Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Humour/Détente
Menvussa : Après-midi télé chez les Thénardier
 Publié le 19/07/09  -  25 commentaires  -  2677 caractères  -  165 lectures    Autres textes du même auteur

Autour de la télé, le cercle de famille se resserre à grands cris… Mais c’est une autre histoire.


Après-midi télé chez les Thénardier


- Léon ! Qu’est-ce que tu fais là, le cul sur la moquette, adossé contre mon fauteuil ?


Une mouche tourne en rond, témoin involontaire de la scène.


- T’as pas honte fainéant, t’as rien d’autre à faire ? Il y a le chien à promener, la pelouse à tondre, l’évier à déboucher, les robinets à remplacer… Alors bouge de là et magne-toi !


Léon ne réagit pas, la tête appuyée sur le siège du fauteuil, il est comme… hypnotisé.


- Tu crois que c’est un exemple pour le gamin ? Ah ! pour sûr, ce n’est pas à moi qu’il ressemble… pas fichu de se lever avant point d’heure. Tu m’avais pourtant dit que tu tapisserais la chambre. Si tu comptes sur moi pour faire le ménage alors que tu te vautres sur la moquette… ! Rends-toi utile ! Fais la vaisselle, lave-moi ces vitres et puis… change de chaîne ! Mets-moi la première et dégage que je regarde mon feuilleton. Le gosse n’a pas terminé ses devoirs, va donc un peu l’aider au lieu de rester planté là.


Léon n’a pas bronché, une certaine lassitude, une forme de résignation… la force de l’habitude…


- Tu ne réponds pas ! Tu te crois malin, tu crois sans doute que je vais laisser tomber. Tu te dis : « Quand elle en aura marre, elle se cassera et me fichera la paix » mais tu te goures espèce d’abruti, fumier ! T’as intérêt à te bouger et en vitesse ! Je vais te botter le cul… ton foot, je m’en tape.


Elle balance mollement son pied dans les côtes enrobées, la masse réagit tel un flan que l’on aurait poussé du doigt.


- Mais ma parole, il dort ce con… à deux heures de l’après-midi. Et mon feuilleton qui va commencer. Mais tu vas te réveiller espèce de salaud… tu vas te réveiller ! Attends un peu…


Elle s’éclipse un court instant et revient armée du balai. Il ne s’agit pas de l’assommer mais de le forcer à se lever. Un coup, deux coups, sur l’épaule, la masse inerte de son homme bascule mollement sur le côté. Intriguée, elle pose le balai, se penche, lui prend la main, la laisse retomber, lui tapote la joue et pour finir lui donne deux claques. Elle se relève l’air un peu hagard.


- Ben merde alors ! Il ne dort pas ce con, il est mort… nom de Dieu ! Il m’aura tout fait l’enflure.


Elle n’est pas paniquée. Elle essaye, mais sans succès, de déplacer le corps. Elle appelle son fils.


- Bernard ! Viens m’aider à déplacer ton père, il est canné sur la moquette. Bernard ! Tu te grouilles ! J’ai mon feuilleton qui commence.


Pas facile de mobiliser l’attention des enfants… Alors elle tambourine, s’impatiente, enrage et tambourine encore.


- Bernard ! Merde ! Tu te grouilles !


Plus chouette la vie va commencer.



 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
19/7/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Oui pour le thème...
Non pour le traitement.

J'ai un souci avec le coté synthétique... j'ai pas de vraie surprise... j'ai pas d'émotion... pas même de trouver la scène pathétique, ce qui serait un minimum mais rien, le vide émotionnel... le néant.
Crédible mais j'y crois pas.
J'ai donc trouvé mon paradoxe du jour et il n'est que minuit passé de quelques minutes...!

Oui, c'est bien de traiter la profondeur (ou en tout cas la profondeur du souci de société qui fait qu'on remarque pas que son mec est mort et qu'on s'en fout pasque le film va commencer) par l'humour...Rassure moi, c'est de l'humour!

Non pasque le titre, oui, bon... mais je sais pas... la forme va pas avec le fond, en tout cas pas pour fonctionner sur moi. Désolée...
La prochaine fois...

   florilange   
19/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
À mon avis, la Thénardier n'aurait pas parlé autrement. Il me semble aussi que ce genre de scène a souvent lieu dans certains ménages. Quant à ne pas voir immédiatement que son homme est mort, elle est bien trop partie dans ses reproches habituels pour le regarder vraiment, pour le voir. Et comme lui ne répond jamais... Je vois tout à fait le tableau & j'en aurais voulu +, ça fait 1 peu théâtre "à la manière de". Bien vu.
Florilange.

   solidane   
19/7/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
L'impression d'un sketch, bien écrit mais sans plus. Bref c'est drôle mais ne déclanche pas chez moi un intérêt au-delà.

   widjet   
19/7/2009
 a aimé ce texte 
Pas
Allez 2 choses sympas : "la masse réagit tel un flan que l’on aurait poussé du doigt", est amusant. Et l'éventualité (voulue ou pas), que le gamin aussi est crevé.

Le reste est poussif. Le texte se veut sans prétention. Pour sûr, il l'est. Même beaucoup trop.

Widjet

PS : une question. Le mec a t-il les yeux ouverts ou fermés ? On peut supposer qu'ils sont ouverts "il est comme hypnotisé". Pourtant, elle pense (mais pas tout de suite, au bout d'un moment seulement) qu'il pourrait dormir.
Les yeux ouverts ? Je sais que ça arrive, mais bon c'est pas super fréquent quand même...

   Anonyme   
19/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
C'est court, peut être trop si on prend ça du point de vue d'une nouvellle, mais je sens (je me trompe peut être ) comme une envie de faire autre chose qui se rapprocherait du théâtre.

Sinon le style n'est pas mal du tout malgré quelques lourdeurs, l'humour me plait.

Donc je pense qu'il faudrait donner plus de corps pour que ce soit une vrai nouvelle, mais le passage par la scène pourrait être pas mal je crois.

   Anonyme   
19/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Salut Men ! C'est court il est vrai, sans doute un peu caricatural (quoi que !) mais ça m'a fait penser à un dessin de Plantu en forme de coup de griffe à notre société. J'ai trouvé cet instantané plutôt sympa...

   Anonyme   
19/7/2009
Bonjour Menvussa. Je dois avouer que je n'ai pas accroché sur ce texte qui ne m'a pas procuré d'émotion. Désolée...

   jamesbebeart   
19/7/2009
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Cette histoire ne m'a pas vraiment emballé ; à la fois par le contenu et le traitement. Sans grande surprise aussi !

   calouet   
19/7/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Pas vraiment folichon, mas as mauvais non plus. On va dire que tu traites légèrement d'un sujet lourd, mais qu'au final ça manque un peu de poids. J'auaris bien aimé une montée dramatique plus poussée (on ne s'attache pas à un seul personnage, on devine assez vite ce qui se passe)... La chute en aurait été bien plus puissante. Dommage, mais ça vaut le coup de s'y remettre, je pense.

Pour W : des yeux ouverts et endormis, ce sont des yeux qui roulent dans leurs orbites, impossible de s'y tromper. Je relève la remarque de Widjet car j'ai eu le même souci à la lecture.

   Manuel   
19/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Dur ! Dur ! Et pourtant c'est la réalité journaliere de beaucoup de ménages.
Ambiance assez bien retranscrite, le ras le bol journalier et une cohabitation sous tension.

   Flupke   
20/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Menvussa,

Dialogue et descriptions intéressants, mais un peu déçu par la chute.
Une certaine lassitude … Pas vraiment tromperie sur la marchandise, car on doit pouvoir mourir de lassitude, mais un peu limite quand même.
J’aime bien tes scènes de ménage quand même, à quand une saine dispute, assez étoffée, entre Mr et Mme Tout le monde ?
Amicalement,

Flupke

   Marite   
20/7/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le titre, bien trouvé, nous met déjà dans l’ambiance… et la suite ne déçoit pas ! Bien que ce soit une situation tragique je n’ai fait que sourire en lisant . Sans doute la façon dont c’est écrit. Je verrais bien cette scène dans une comédie de boulevard avec un épisode avant et un autre après cet après-midi télé… Pas mal Menvussa, je suis même tentée de dire : bien vu !

   Anonyme   
21/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Moi j'aime bien. Sauf la fin, "plus chouette la vie va commencer", un peu lourdingue, un peu de trop.
Sinon j'ai trouvé cela court mais efficace et j'ai lu avec plaisir.
Le ton est bien rendu.

   NICOLE   
21/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Une caricature drôle et grinçante à souhaits. Si on est déténteur d'un poste de télévision, pas sùr qu'on ait envie de l'allumer tout de suite. Efficace donc.

   Anonyme   
23/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien
On commence par le bémol ? C'est trop court ! Tu manies ce cynisme amusé avec une dextérité peu commune.

J'ai aimé ici l'alternance qui donne au récit deux rythmes, un peu comme au théâtre. Et puis rien n'est laissé au hasard, chaque mot est à sa place (fais gaffe, tu vas devenir maniaque à force de bien ranger ton vocabulaire !)

Bref, de la rapidité, de la dextérité et je reconnais bien là ton esprit rieur et tous les sourires que tu sais donner à tes phrases. Ce qui est dommage c'est que ce soit si court, en fait... (Ah, je l'ai déjà dit ? Mais à force de fréquenter tes textes qui vont de maisons de retraite en maison de pas tranquilles... ;-)

J'ai apprécié ce texte.

   liryc   
27/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Ce type est vraiment à plaindre. Il aurait mieux fait de la quitter autrement :-)

Bon ceci dit, j'ai trouvé cette nouvelle très drôle et cruelle. C'est bien mené, bien écrit.
Bon ce n'est pas un chef-d'oeuvre d'inspiration mais une nouvelle-surprise de Menvussa quand on sait ce qu'il a fait d'autres.

Bonne continuation.
Liryc

   Anonyme   
27/7/2009
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Bonjour,

à la lecture de ton texte, j'ai eu l'impression de revoir certaines saynètes du petit théâtre de Bouvard (les quarantenaires sauront de quoi je parle), avec ce même côté un peu surjoué, cette caricature de la bêtise ordinaire et une certaine, excuse-moi du terme, superficialité.
je ne suis pas sûr que la blague méritait une nouvelle. Mais c'est un avis personnel.
la mise en italiques des commentaires et descriptions aurait pu donner lieu peut-être à un travail d'entomologiste (observons cette famille comme des fourmis dans leur environnement naturel), mais là, je ne vois pas de véritable exploitation à part deux petits clins d'oeil au lecteur : "il est comme....mort ? mais non hypnotisé voyons ! ah ah ah ! et "pas facile de mobiliser l'attention des enfants".
voilà voilà...un peu maigre quoi...

   leon   
16/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Allez, deux minutes de plaisir à te lire, le sourire aux lèvres : ça me convient tout à fait.

En plus, le pauvre héros s'appelle Léon et il adore son fauteuil : ça me rappelle qqun !

Personnellement, je demande à en lire comme ça sur plusieurs pages...

   Anonyme   
14/10/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Le sujet est original mais on devine la fin un chouïa trop tôt. C'est le seul point négatif que j'ai trouvé.
J'ai apprécié l'idée de placer une mouche en témoin, bien qu'on y voit pas l'intérêt en 1ere lecture.
Je retrouve un petit peu de l'ambiance familiale au moment du canapé-télé... bien que je doute qu'une telle situation s'y produise un jour :)

   marogne   
16/10/2009
 a aimé ce texte 
Pas
J’aurais dû me méfier avec le choix de la catégorie, humour/détente….

Mais ce qui m’a déplu, outre un langage vulgaire non nécessaire, c’est cette impression de dénigrement, de caricature féroce d’une partie de la « population » qui n’est pas forcement plus méprisable que ceux qui se considèrent supérieurs parce qu’ils ont reçus une éducation ou parce qu’ils se font une fierté à ne pas regarder la télévision…

Ce n’était certainement pas l’intention de l’auteur, mais en tout cas c’est ce que j’ai ressenti, et malgré l’éducation, malgré le fait que je ne regarde jamais la télé, ce côté « critique » m’a choqué.

   noway   
30/10/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Court, efficace et terriblement cynique: j'aime beaucoup. Quelques lourdeurs (à mon sens) dans les propos de Madame mais l'idée est simple et bien traitée. Un bon petit moment de lecture.

   jaimme   
30/10/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Idée à la Charlie Hebdo, dessin hargneux. Quelques cadres de BD cradingues. Oui.
Mais il y a une chose qui me gêne dans les phylactères. Je m'explique: dans les phrases en italiques, moi ce n'est pas "hypnotisé" qui me gêne, car on peut l'imaginer les yeux ouverts; mais bien dans la phrase suivante: "une certaine lassitude, une forme de résignation… la force de l’habitude…". Alors que les autres en italiques décrivent la scène, celle-ci décrit ce que ressent Léon. On n'est pas dans le même registre.
Le reste me plaît, car l'histoire va vraiment jusqu'au bout du cynisme.

   Anonyme   
3/11/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Pas mal, pas mal mais sans être excellent. J'ai souri à quelques endroits comme "Il dort ce con" mais l'ensemble est un peu...lourd. Les phrases de narration me semblent un peu trop poussives mais l'atmosphère générale est bien sympathique avec deux personnages caricaturaux et cyniques.

Je reste quand même sur une bonne impression finale.

ToitoineH.

   souni   
26/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je crois que cette histoire ressemble beaucoup à la réalité. J'imagine la femme, un peu forte, et peu soignée qui gueule sur son mari qui, à l'opposé, est faible, petit et mince.
Je ne m'attendais pas au fait que l'homme soit mort mais il y a des indices tout au long du texte qui laisse à penser à cette fin possible.
J'ai apprécié la totalité du texte avec le vocabulaire qui va avec, la situation (elle préfère son film) et la domination de l'homme face à la femme.
Félicitations !

   Anonyme   
3/5/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Ça y est ! Je sais enfin pourquoi je n'ai pas la télé. Plus chouette la vie sans... Léon. En plus Léon zi trone devant le fauteuil à feuilletons et il en foot pas une. Feignasse.


Oniris Copyright © 2007-2019