Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Fantastique/Merveilleux
Twinkle : Le trésor des vents
 Publié le 02/03/08  -  8 commentaires  -  7042 caractères  -  5 lectures    Autres textes du même auteur

Histoire d'un aller-retour marin.


Le trésor des vents


Les plus belles histoires naissent souvent des lieux les plus inattendus, des êtres les plus insignifiants. Tous les conteurs le savent, mais la petite anémone qui rêvait dans l'eau bleue de la Méditerranée l'ignorait.


Collée à son rocher, elle s'imaginait parcourant le monde et assommait les poissons de questions sur leurs merveilleux périples. Ces derniers se plaisaient à inventer les histoires les plus incroyables pour la faire rager. Les blennies surtout adoraient ce jeu, elles qui ne quittaient jamais l'ombre protectrice de l'herbier de Posidonie. L'anémone enviait ces petits poissons malicieux et se lamentait. Elle étendait ses tentacules pour épier les conversations animées du Mistral et des vagues et se disait que des aventures pareilles ne lui arriveraient jamais.


Un jour, le Mistral se posa juste au-dessus de l'anémone, si bien qu'elle entendit clairement chacune de ses paroles. Le vent était venu faire ses adieux. Comme chaque année il partait rejoindre ses frères pour admirer leur trésor. L'anémone aurait donné n'importe quoi pour l'accompagner dans ce voyage. Tous ses tentacules étaient tendus vers le vent et quand celui-ci s'envola dans un grand bruissement d'eau l'anémone s'envola avec lui. Pour la première fois de sa vie, elle nageait.


Illustration de Colette


Hélas, sa joie fut de courte durée. Le Mistral s'éloigna et la petite anémone se retrouva seule flottant dans l'eau obscure, son rocher hors d'atteinte. Elle lutta frénétiquement contre la panique, mais avait beau agiter ses tentacules, plus elle bougeait plus le rocher s'éloignait. Nager lui avait paru si palpitant et elle vivait maintenant un véritable cauchemar. Ses pitoyables efforts l'épuisèrent et elle continua à dériver en sanglotant de désespoir.


Nul ne sait combien de temps la petite anémone passa ainsi au fil de l'eau, réagissant à peine lorsqu'une ombre la frôlait, tellement perdue qu'elle ne souhaitait rien d'autre que de finir rapidement dans la gueule d'un poisson. Mais des mérous aux rascasses, tous savaient reconnaître le poison des tentacules et l'évitaient avec soin. Seule et apeurée, incapable de se diriger, l'anémone sentit soudain une ombre gigantesque s'approcher d'elle et ne put rien faire pour l'éviter. Elle se referma et se sentit bizarrement bercée par une musique grave et rassurante. Elle se croyait déjà au paradis des anémones quand la musique lui enjoignit sourdement de dégager. Un choc brutal suivit aussitôt, et l'anémone étourdie mit un moment à comprendre qu'elle n'était pas dans la gueule de la mort mais sur le museau d'une énorme baleine.


La baleine appréciait modérément d'avoir une anémone piquante collée entre les yeux. Cette dernière n'avait pourtant pas l'intention de s'en aller. Une fois la surprise passée, elle comprit que cette rencontre était la meilleure chose qui pouvait lui arriver, qu'agrippée à la baleine il lui serait facile de voir le monde sans courir aucun danger ! L'anémone était pourtant bien élevée et elle n'osait pas rester ainsi sans avoir la permission de la baleine. Il suffirait que celle-ci se gratte le museau contre un récif bien acéré ou plonge vers les profondeurs menaçantes et c'en serait fini du voyage.


Illustration de Colette


Désagréablement consciente d'avoir une voix fluette et trop aiguë, elle commença à supplier la géante de la garder avec elle et même de l'emmener voir le trésor des vents. Cette supplique toucha le cœur du grand animal qui était d'un naturel bienveillant. La baleine accepta de lui faire voir le monde et de l'emmener jusqu'au grand rassemblement des vents. Elle n'y mit qu'une seule condition : que l'anémone fasse de son mieux pour ne plus être si irritante.


C'est ainsi qu'une toute petite anémone parcourut le monde et découvrit les mystères des océans. Elle s'extasia devant les chatoiements du plancton, les nuances inimaginables de l'eau, les jeux de la lumière et des vagues. Elle frissonna devant le ballet délicat des raies aigles et des bancs de sardines, vibra dans une course effrénée contre des dorades brillantes et s'esclaffa aux blagues salées des marsouins. Elle apprit à retenir sa respiration lorsque la baleine bondissait dans l'air brûlant et ouvrait des yeux émerveillés devant les nuages lointains. La baleine se divertissait de la naïveté de sa passagère et lui répétait sans cesse qu'il n'est rien de plus au monde que le trésor des vents.


Pourtant, la mer devint bientôt glaciale et l'anémone se lassa des merveilles qui l'entouraient. Le voyage ne lui plaisait plus et elle se languissait des eaux chaudes de sa calanque natale. Pour la soutenir, la baleine lui chantonnait une chanson grave et réconfortante, lui parlant constamment du trésor des vents. Le désir de l'anémone la maintenait doucement en vie.


Arrivée au pôle Nord, la baleine bondit plusieurs fois hors de l'eau, et l'anémone éblouie contempla le trésor qui s'étalait haut dans le ciel. Elle n'avait jamais rien vu d'aussi troublant et la joie réchauffa son cœur minuscule. Heureusement, la baleine était assez sage pour reconnaître l'illusion de cette chaleur, comprenant que sa petite protégée ne vivrait pas longtemps ici. Malgré les pleurs et les menaces, elle cessa bientôt de bondir et repartit vers des eaux plus douces.


Illustration de Colette


Le voyage du retour fut si rapide que l'anémone sursauta quand la baleine la déposa à l'entrée de sa calanque et lui souhaita bon vent. Il n'y avait rien d'autre à faire que d'obéir. La petite anémone qui n'avait plus peur de grand-chose fit ses adieux et se laissa doucement porter par le courant jusqu'à son rocher. Elle avait hâte de raconter toutes ses aventures aux poissons de l'herbier. Bien sûr, aucun d'eux ne la crut, les blennies se moquèrent d'elle et même les oursins ricanèrent en la regardant. La pauvre anémone pleurait, pleurait en pensant qu'elle avait fait tout ce long voyage dont il ne restait rien.


Un jour le Mistral revint se poser à la surface des vagues, juste au-dessus de la triste petite anémone. Elle se souvint que le vent avait failli l'emporter une première fois et le supplia de l'emmener avec lui, car elle ne désirait rien tant que de voir à nouveau le trésor des vents. Le Mistral refusa ; il savait bien que la frêle créature ne survivrait pas à un si dur voyage. Touché par son grand désespoir, il décida pourtant de lui faire un don. Désormais quoi qu'elle regarde, l'anémone verrait la beauté du monde, comme elle avait vu un instant la beauté du vent.


Le Mistral repartit, et l'anémone vécut heureuse et eut beaucoup d'enfants. À tous elle enseigna ce qu'elle avait enfin appris, que la plus grande beauté naît souvent des lieux les plus inattendus, des êtres les plus insignifiants.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   studyvox   
2/3/2008
Une petite anémone très touchante.
Un joli contepour lesenfants et pourquoi pas, pour les plus grands!

   pounon   
3/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Et bien moi ce conte me plaît beaucoup, et je retrouve grâce encore une fois à Twinkle, mon enfance. Le monde marin est si bien décrit poétiquement, que je me transformerais volontiers en dauphin pour discuter avec cette anémone curieuse. Merci pour cet agréable moment.

   marogne   
4/3/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
On imagine de beaux dessins dans un livre de la collection des loisirs. Une bien belle histoire, et on est de tout coeur avec cette petite anémone qui est partie pour un bien beau voyage.

On sait comment celà va finir, le thème est si vieux et universel, malgré celà on est tenu en haleine jusqu'à la fin. Quelques tournures par ci par là qui pourraient être ciselées un peu, mais des broutilles, et comme vous le dites, la beauté vient souvent du coeur, et ici il y a beaucoup de coeur.

   Bidis   
31/3/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Tout comme pour l'histoire de la framboise, c'est le dessin de Colette sur le diaponiris qui m'a fait me précipiter sur ce texte. Et - merveille - il me plaît autant que le dessin...
Un grand bravo pour cette assocation de jolie écriture et de charmantes illustrations !

   Togna   
25/4/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Oui, la beauté est souvent là où on ne l'attend pas, mais de ta part on s'y attendait. Beau conte joliment illustré.

   xuanvincent   
4/5/2008
J'ai bien aimé, Twinkle, comme pour vos précédents textes, ce conte Une bien jolie histoire, pour les grands comme pour les plus petits, bien écrite. Les illustrations, aux délicats coloris de Colette, s'accordent avec le texte et le rehaussent. On se surprend à trembler pour la petite anémone abandonnée par le Mistral... La fin, qui reprend l'enseignement du début de l'histoire, m'a plu de même.

   xuanvincent   
8/5/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Pour la fraîcheur de ce conte si frais et si joliment illustré, je donnerai un 14 (mais si j'étais une enfant... j'aurais certainement donné un 16 !)

   Flupke   
14/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Sympathique histoire.
Du chipotage flupkéen: bon je sais bien que c'est dans la catégorie Fantastique/Merveilleux mais j'ai trébuché sur la phrase: arrivée au pôle nord, la baleine bondit plusieurs fois hors de l'eau. Je ne sais pas si c'est vraiment possible avec la banquise qui est quand même plus épaisse que la couche de caramel sur une crème brulée. Je suggèrerai arrivée à destination, ou passé le cercle artique. Bon d'un autre côté c'est une histoire qui peut plaire aux enfants, auquel cas ce détail est vraiment négligeable.


Oniris Copyright © 2007-2019