Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Absolue : Renaissance [concours]
 Publié le 28/10/17  -  8 commentaires  -  1281 caractères  -  188 lectures    Autres textes du même auteur

Concours 23.


Renaissance [concours]



Ce texte est une participation au concours n°23 : Un monument
(informations sur ce concours).





L'aube se lève
Sur ton ventre de porphyre.

Contre l'écorce lisse,
Je dépose mon front.

Une poussière bleue,
Aux effluves de myrrhe,
Traverse tes rosaces
En chuchotant ton nom.

Des cascades dorées
S'écoulent sur tes fleurs,
S'enroulent aux escaliers,
Désarment le béton.

Entre les doigts de l'orgue,
Dans ton ventre de granite,
La voûte du ciel,
Les dos fléchis,
Se répondent.

Décrypter l'archer.

Dehors, la flore.
Les saints.
Des gargouilles rampantes.
Les montagnes sacrées,
Sur le dos des tortues.
Des épis de blé, fiers et conquérants !
Un arbre de vie s'étale.
S'étend.
Si près.

De l'autre côté,
Le Christ se meurt.
À angles aigus.

Tu as mille visages.

Mes pas m'amènent,
En douceur,
Vers le parc.

Dans ta superbe chevelure,
L'étoile du matin
S'accroche
À des oiseaux d'acier.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   myndie   
28/10/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

Que le monument en question ne me soit jamais dévoilé et reste un mystère m'importerait peu, parce que d'emblée j'ai été séduite par le souffle poétique qui traverse votre texte.
Tout est là : douceur, simplicité, sincérité et surtout émotion.
Il y a aussi la finesse des images :
"Des cascades dorées
S'écoulent sur tes fleurs,
S'enroulent aux escaliers,
Désarment le béton."
"les gargouilles rampantes"
"un arbre de vie
s'étend
si près".

et surtout la dernière strophe qui clôt le poème en apothéose.
Franchement, à la lecture de vos vers, je n'ai nulle envie d'intellectualiser et je me laisse aller à ce que je ressens.

Merci pour cette belle lecture.

myndie

   PIZZICATO   
28/10/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
" ton ventre de porphyre " m'a orienté vers la cuve baptismale de la cathédrale de Metz ; de même que les gargouilles et " De l'autre côté,
Le Christ se meurt "
Toutefois, ce texte étant assez descriptif, une parfaite connaissance du monument en question est indispensable.

Je reste donc assez dubitatif sur mon idée.
Cette poésie reste très agréable à lire.

   vb   
28/10/2017
Bonjour,
Je voulais simplement dire que j'ai adoré les quatre première strophes; mais, déjà au vers "Désarment le béton.", j'ai perdu pied. Qu'à à voir le béton armé avec une œuvre Renaissance faite de porphyre et d'or? Ça ne cadre pas bien. La suite m'a vraiment déçu, car je n'y ai pas vraiment entendu la musicalité du début. Dommage.

   Fowltus   
28/10/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Sans doute le meilleur poème du concours que j'ai lu.
Le meilleur pour moi, lambda parmi les gargouilles lectrices.
J'ai trouvé dans ces mots sans épines une immense paix
Même si cela me rappel ma visite de la cathédrale d'Avranches, la transposition ne me pose aucuns soucis
j’ai trouvé dans votre écriture de belles focales (les vôtres), de beaux angles parmi les pierres, oui, une façon 'imposée' de faire renaître les mots.
L'ultime strophe en est l'illustration.
Merci à vous.

   papipoete   
29/10/2017
bonjour,
Je pense au Panthéon de Paris avec ses tombeaux de porphyre, mais suis peut-être à cent lieues de votre monument ?
NB des vers aux métaphores subtiles " désarment le béton " et " les dos fléchis " que je vois comme les personnages illustres reposant ici ?
N'étant pas sûr de moi, je ne puis aller plus loin dans votre texte, qui brille pourtant par ses mot !

   Bidis   
29/10/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ce poème m'a transportée et j'aimerai relire ce texte lorsque le mystère sera levé. C'est dire que j'ai beaucoup apprécié les images que ces vers évoquent.

   Vilmon   
29/10/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour, J'aime les images qui m'apparaissent en lisant que quelques mots, une économie de mots bien choisis offrant un éventail d'images! Mais je n'arrive pas à identifier le monument...

   David   
1/11/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Je ne devine pas le monument, les vers ont leurs charme et le poème tient bien sa longueur. Ça reste assez descriptif même si c'est fait de façon onirique.


Oniris Copyright © 2007-2017