Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Alcirion : Indélébile
 Publié le 12/06/16  -  6 commentaires  -  1546 caractères  -  134 lectures    Autres textes du même auteur

À François de Bordeaux.

(… me rendre à mon travail est un plaisir quotidien…)


Indélébile



Que brûle l'aurore
Je glisse mes pas
Dans le siècle passé
Vienne la nuit
Les rues me parlent
D'un roman oublié

À la croix Saint-Genès palpitent les murmures
Du désert de l'amour
Du nœud de vipères
De la fin de la nuit

Je sais que son esprit
A enflammé ces rues
Je laisse ma main tremblante
Caresser le mur chaud
Qui m'accorde
La grâce de son souvenir

Car souvent sont révélées par les feux de l'été
Les anciennes passions des pierres bordelaises
Elles y perdent leurs pâleurs pour des tons d'églantine
Effet du crépuscule qui surprend l'étranger

S'il faut parfois les bousculer
Pour qu'elles veuillent s'acquitter
Du sel de leurs légendes
Mon nom est si connu
Qu'elles cèdent sans rechigner
Leurs secrets les mieux gardés

À la patte de Ségur
J'ai cru voir son ombre
C'est bien son ombre que j'ai vue
Fendre la nuit
Traverser le square
Longer le lycée
Sa tête nue
Ses yeux de souffrances

Passé l'hôpital des enfants
Les lueurs de la lune
Révèlent en sortilège
Sa silhouette diaphane
Ses gestes inquiets
Son sourire contrit
Puis retourne à l'oubli
L'adolescent d'autrefois
Le sagouin donnant au lépreux le baiser

Puisqu'il faut bien ouvrir les yeux
Et laisser mon rêve jusqu'à demain
Passe la nuit étrange
Flambe mon regret
L'aube bienveillante
Ranimera ma joie


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   luciole   
12/6/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour;

Je ne connais pas à mon grand regret la ville de Bordeaux et pas bien mieux l'oeuvre de Mauriac (vagues souvenirs du "sagouin") Ce qui ne m'empêche pas d'apprécier -modérément- votre texte, qui, s'il ne manque pas de sensibilité, manque -selon moi- d'images véritablement prenantes.

   Curwwod   
12/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Moi qui n'apprécie guère la poésie dite libre, qui me laisse souvent un arrière goût d'ésotérisme artificiel, j'apprécie beaucoup votre texte car justement, il révèle une grande sensibilité et la capacité de l'exprimer sans recourir à quelque saucissonnage abscons. Votre phrase est simple claire et souvent touchante comme cette promenade pélerinage en quête d'une grande et émouvante figure à travers une ville dont on sent que vous l'aimez et la connaissez par coeur.

   Ananas   
12/6/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Alcirion,

Il y a dans votre texte une simplicité agréable, qui rend la lecture aisée, malgré les nombreuses références qui le ponctuent.

Le rythme, aussi, est agréable, surtout sur la fin, bien que je sois complètement fan des changements de rythme en cours... ! Et j'ai beaucoup aimé le retour d'ombre, qui semble incongru mais donne au rythme et au sens une précision qui m'a plu.
Le seul souci que j'ai se situe dans la première strophe, entre passé et Vienne, j'ai une cassure qui me dérange.

Les sonorités sont intéressantes au niveau des allitérations et des assonances, ses sons en s et en m qui reviennent sont particulièrement bien réussis.

Le sujet en soi ne me parle pas, et l'émotion n'est donc pas au rendez-vous, même si je vous reconnais un texte bien pensé.
J'aime visualiser les choses, et je pense que c'est à ce niveau que chez moi l'émotion s'échappe. Je n'arrive pas, malgré votre manière de manier les mots, à m’immerger totalement dans ce que vous nous offrez.
Avec mon plus grand regret !

Merci pour la lecture.
Au plaisir de vous relire !

   MonsieurF   
13/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Un bien bel hommage à Mauriac que ce poème.

Je ne pensais pas qu'il aurait été possible de rendre hommage ainsi à un écrivain, encore plus à Mauriac que j'ai beaucoup apprécié plus jeune (maintenant j'ai tendance à le trouver un peu ennuyeux) mais dont le style, terriblement classique à mes yeux est si loin du registre du texte.
Pourtant c'est une réussite !

C'est parfois un peu long (au milieu, les strophes 4 et 5 patinent dans la semoule je trouve), mais c'est globalement fluide.

"Les anciennes passions des pierres bordelaises " c'est un peu lourd non ?

Un beau texte en tout cas !

   Pouet   
18/6/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bjr,

Je suis allé récemment à Bordeaux et j'ai beaucoup aimé découvrir cette ville, il y règne une atmosphère, un charme indéniable, je me souviens du quai des Chartrons ou de la porte Dijeaux notamment, je comprends donc l'auteur.

Pour ce qui est de l'hommage à Mauriac, je suis un peu sec pour le coup car je n'ai jamais rien lu de cet auteur.

J'ai trouvé ce poème assez simple dans l'expression, sans effets de manche inutiles, j'ai bien aimé parcourir ces lignes. Il y a de bons jeux de sonorité et cela se lit agréablement, calmement ai-je envie de dire. Je trouve particulièrement réussie la fin, les six derniers vers sont très bien vus. Joli.

Au plaisir de vous lire.

   MissNeko   
22/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quel bel hommage à MAuriac.
Poème tendre et sincère très agréable à lire.
J ai aimé:
Que brûle l'aurore
Je glisse mes pas
Dans le siècle passé
Vienne la nuit
Les rues me parlent
D'un roman oublié

Merci pour ce partage


Oniris Copyright © 2007-2017