Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Alcyon : Écrire pour desceller les pierres des murs
 Publié le 22/07/17  -  7 commentaires  -  620 caractères  -  160 lectures    Autres textes du même auteur


Écrire pour desceller les pierres des murs



Écrire pour desceller
les pierres des murs
édifiés entre les hommes
entre soi et soi

Écrire sans emphase
pour dire ce qui est
sans rendre le beau plus beau
le mal plus mal

Écrire pour s’immiscer
dans la vérité
s’en approcher au plus près
la débusquer peut-être

Écrire pour révéler
l’instant présent
et lui rendre sa place
au sein du monde

Empli de joie ou de peine
dans la nudité première des mots
écrire, écrire encore et toujours
pour enfanter nos vies

Si approximatives soient-elles


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eccar   
4/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Quelques belles choses dans votre texte: " Écrire pour desceller
les pierres des murs", dommage que ce soit votre titre;
"écrire pour s’immiscer dans la vérité s’en approcher au plus près la débusquer peut être";
"Écrire pour révéler l’instant présent et lui rendre sa place au sein du monde";
"écrire encore et toujours
pour enfanter nos vies Si approximatives soient elles".
Tous ces passages sonnent juste et veulent montrer ce sens de la démarche de l'écriture qui serait sans doute inutile et stupide sans cela, surtout dans ce fouillis des mots qui emplissent les écrans, les papiers, les cervelles...
Un peu de vérité, bonne à dire, et bien il ne faut pas cracher dessus.
Merci de nous réveiller un instant.


Eccar

   Arielle   
22/7/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Il y a mille raisons pour se mettre à écrire. Débusquer sa propre vérité en est une qui me paraît primordiale à l'âge où on se cherche ou quand les aléas de la vie bousculent "les châteaux [de nos] pierres blessées"
A la nudité des mots qui enfanterait nos vies je préfère cependant le brin de poésie qui les réenchanterait. Je veux bien" desceller les pierres des murs" (quelle jolie formule !) mais c'est pour apercevoir derrière, un monde qui, sans perdre son identité, se pare de couleurs plus vives, un monde où les mots qu'on partage soufflent un air plus vivifiant.
La vérité toute nue je me la garde au fond du puits mais chacun fait à sa manière et la vôtre me touche par la sincérité de ses accents.

   Annick   
22/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Le ton est juste et la forme sobre se veut au service du sens :

"Écrire sans emphase
pour dire ce qui est
sans rendre le beau plus beau
le mal plus mal"

Aucune volonté de "faire" un poème de ce texte et pourtant, la poésie est bien présente, elle s'est révélée naturellement car l'auteur est allé à l'essentiel et en même temps, il semble avoir tout dit dans ce court poème.

La pureté du discours a touché mon cœur.

   MissNode   
22/7/2017
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Je ne commente plus de textes depuis bien longtemps (accaparée par la correction) mais le titre de celui-ci a déjà déclenchée trop d'émotion poétique pour que je prive ma curiosité d'être satisfaite.
J'ai cliqué pour lire plus avant.

Je vous avoue avoir été déçue car je m'attendais à rencontrer autant d'images poétiques que dans le titre, or, j'ai lu davantage un "discours" que de la poésie. Je veux dire par là que le propos de chacune des strophes aurait pu être abordé lui aussi par le même procédé d'image que pour la 1e strophe.

Par ailleurs j'ai trouvé "enfanter nos vies" "la nudité des mots" trop abstrait voire limite clichés. Pour moi, le dernier vers est de trop.

Cependant, j'ai apprécié le rythme balancé produit par la répétition de "écrire", qui nous est intelligemment épargné dans la dernière strophe, pour une ouverture (malheureusement refermée par le dernier vers).

   papipoete   
22/7/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
bonjour Alcyon,
Ecrire jusqu'à en abuser, ne jamais laisser tomber " l'encre ", pour abattre les murs, s'enchanter et se rapprocher .
NB écrire, j'aime cela et ne manque pas de noter la couleur du temps qui passe ; gris, bleu ou rose mérite une page, laisse une trace .
Mais parler, n'est-il pas plus nécessaire, impérieux pour ne pas laisser monter une haie, ériger une palissade, et ne se parler que par " SMS " ?

   PIZZICATO   
22/7/2017
 a aimé ce texte 
Bien
" Écrire pour desceller
les pierres des murs
édifiés entre les hommes
entre soi et soi " J'aurais bien aimé que cette image fût développée.

" Écrire sans emphase pour dire ce qui est , écrire pour s’immiscer
dans la vérité, écrire pour révéler l’instant présent " tout ça reste une source d'inspiration parmi tant d'autres.

   corbivan   
22/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Souvent je me suis demandé pourquoi écrire…je n’ai pas trouvé de réponse satisfaisante…j’aime bien la (les) vôtre(s).
Desceller ces murs-là…ambitieux projet. Écrire pour aller vers le monde…creuser les évidences, les rendre caduques, s’il le faut…décaper, se décaper…

Votre poème est simple et pourtant il va à l’essentiel du questionnement, apporte des éléments de réponses…sans tricher, humblement malgré l’ambition…puisque vous nous parler simplement d’enfanter nos vies même approximatives à travers, avec, l’écriture… beau projet…et légitime accès à la parole…sa propre parole…peut-être bien…au-delà du silence…avec le silence…apprendre à se connaître, à connaître.

Merci du partage et bonne route dans votre écriture vers votre vérité.

Corbivan


Oniris Copyright © 2007-2017