Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Anonyme : Si j'avais su
 Publié le 25/07/16  -  8 commentaires  -  846 caractères  -  252 lectures    Autres textes du même auteur

"Il y a 60 coups qui ont sonné à l'horloge
Je suis encore à ma fenêtre, je regarde, et j'm'interroge ?

Maintenant JE SAIS, JE SAIS QU'ON NE SAIT JAMAIS !"
Jean Gabin


Si j'avais su



J’aurais chanté le ru courant entre les berges
Et son ondulation torturée et plaintive,
Je n’aurais pas troublé l’amour prude des vierges
Sur une aube sanglante qui s’allonge lascive.

Je n’ai pas toujours su aimer la chair des roses
Ni jouir de l’aiguail sur leurs corps veloutés,
Pourquoi naissent-elles avec leurs lèvres closes
Pour mourir en fanant sur les draps des rosiers ?

Avec toi j’ai appris l’amour et ses épines
Mais j’ai ligaturé la douleur qui saignait,
Si j’ai choisi un jour ces amours clandestines
Aujourd’hui dans mes veines une sève renaît !

Je peux voir le soleil qui fleurit ma prunelle
Naître, et pâlir le champ où l’épi d’or ondule,
Je connais à présent le bruissement de l’aile
Venant ombrer ma peau au chant du crépuscule !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Vincente   
10/7/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un poème agréable à lire, à la prosodie équilibrée, avec une mélancolie enveloppante.

Le temps du constat étant venu, s'impose le questionnement sur ce qu'on a fait de notre vie et sur les virtualités que l'on n'a pas saisies. De ce thème universel, il est bien difficile de rebattre les cartes de sa formulation, aujourd'hui dans ce texte autant que celle des occasions manquées. Votre singularité se trouve dans une recherche emprunte d'humilité, où votre seule prétention serait d'appuyer sur votre sincérité. Vos mots sont travaillés voire inspirés, comme par exemple dans :
"Ni jouir de l'aiguail sur leurs corps veloutés" ou
"Je connais à présent le bruissement de l'aile
Venant ombrer ma peau au chant du crépuscule !"

Votre vague à l'âme englue de ses langueurs l'expression générale, peut-être un peu trop, on a du mal à s'enthousiasmer pour votre évocation. Mais l'ensemble est émouvant et bien écrit.

   MissNeko   
25/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un beau poème qui donne comme un "mea culpa" amoureux.
Il n est pas facile de savoir aimé.... C est ce que ce texte nous enseigne. Mais il n est jamais trop tard :

"Aujourd’hui dans mes veines une sève renaît !"
Le début du texte est assez nostalgique avec une tristesse sous jacente. Il semblerait qu après le vers cité ci- dessus, le temps d un amour solide pourrait poindre. Mais malgré un léger regain, il semble que le doute et la mélancolie soir toujours présente: pâlir / crépuscule.
L amour n est vraiment pas chose facile

Merci pour ce partage.

   leni   
25/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
j'ai perçu beaucoup de sensibilité dans ce texte Sensibilité exprimée avec nostalgie

l'auteur plaide coupable SOIT!


Je n’ai pas toujours su aimer la chair des roses
Ni jouir de l’aiguail sur leurs corps veloutés,
Pourquoi naissent-elles avec leurs lèvres closes
Pour mourir en fanant sur les draps des rosiers ?

et puis j'ai choisi les amours clandestines...
et je connais à présent .....

VIRAGE affectif classique et bien écrit

Merci à toi et Salut cordial LENI

   Anonyme   
25/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
" Si j'avais su " combien de fois cette expression ne revient-elle pas durant le cheminement de notre vie.
Ce que l'on a fait, ce que l'on aurait pu, et ce qu'on a omis.
Je trouve que cet état d'âme est bien rendu ici.

De belles images ornent cette poésie aux accents mélancoliques.
" Je n’aurais pas troublé l’amour prude des vierges
Sur une aube sanglante qui s’allonge lascive. "
"Pourquoi naissent-elles avec leurs lèvres closes
Pour mourir en fanant sur les draps des rosiers "

Mais il y a le présent et l'espoir qui renaît
" Aujourd’hui dans mes veines une sève renaît ! "

   Vincendix   
25/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Pieds-enVERS
De la nostalgie, des regrets, des tranches de vie avec ses douceurs et ses épines, un bilan un peu déséquilibré que le dernier quatrain revalorise et après tout, c’est le présent qui compte.
Je crois que chacune et chacun peut avoir des conclusions similaires quand l’horloge sonne 60 coups…

   papipoete   
25/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Pieds-enVERS,
Si j'avais su... qu'aurais-je choisi entre " l'amour prude des vierges ", ou celui des " passions clandestines " ?
Le premier où l'on fusionne le meilleur et aussi le pire ?
Le second où l'on s'aime quand on se rencontre en cachette, s'aime de chair principalement ; mais parfois au prix de ne pas avoir de l'autre, l'exclusivité !
Femme abandonnée, je sens pourtant le bonheur couler dans mes veines, cette sève qui bientôt donnera la vie ...
NB j'ai appris un nouveau mot " aiguail " que je m'empresse de ranger dans un tiroir de ma tête !
Des vers forts " avec toi j'ai appris l'amour et ses épines
mais j'ai ligaturé la douleur qui saignait "
et le dernier quatrain où l'espoir resplendit !
Mon commentaire s'éloigne peut-être de votre idée, mais il est mon ressenti ...

   Sodome   
26/7/2016
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Cette aube sanglante déborde comme il faut, mais je ne comprends pas pourquoi elle est lascive. Elle s'étire et craque comme un vieux chewing-gum. Le vers des lèvres closes, celui de vos veines, ont une rythme gênant, pas en accord, me semble-t-il.

Ces roses, ces rosiers, ce velouté, on les connaît un peu trop ; des prunelles qui fleurissent, des naissances et des ailes... Bon, je passe peut-être à côté d'un gros quelque chose, mais je ne comprends pas le poème.

Désolé

   dom1   
28/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Rien que le titre me plaît. Ensuite c'est une gageure d'inscrire du corps à cette phrase. Vous y arrivez et ce n'est jamais facile. On reste néanmoins sur sa faim, ce qui est bon signe car la fin laisse toujours sur sa faim quand on ne sait pas...

Dominique


Oniris Copyright © 2007-2022