Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
apierre : Une chanson de Cole Porter
 Publié le 07/07/19  -  10 commentaires  -  579 caractères  -  153 lectures    Autres textes du même auteur

Petit hommage pour ce grand compositeur et parolier.


Une chanson de Cole Porter



Un air
pétillant
rend les bulles de champagne
encore plus fines
nuit et jour

Une musique
drapée dans des ailes d'anges
voyage sur la lune bleue
dans un wagon capitonné
de rêveries

Une mélodie
dans le calme de la nuit
teinte les chambres à coucher
de la couleur des vagues à l'âme
et des corps lascifs

Des notes
comme des billets
pas si doux
pour les amours tarifées

Une biguine
si facile à aimer
qui ne finit jamais

Juste une chanson


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   poldutor   
10/6/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Ça swingue. Pour qui aime la musique c'est OK.
C'est de la poésie libre.

   papipoete   
7/7/2019
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour apierre
un moment de vague à l'âme, où pour oublier... une " raccomodeuse " de coeur brisé, fait tout son possible contre quelques billets, pour chasser le gris d'un être désabusé... mais sur une chanson de Cole Porter...
Et le Champagne pétille de plus belle ; et l'on danserait volontiers...mais ici la musique manque cruellement !

   PIZZICATO   
7/7/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un sympathique clin d'oeil romantico-érotique à ce talentueux auteur compositeur.

" Un air
pétillant
rend les bulles de champagne
encore plus fines
nuit et jour " Comment ne pas penser au fameux "Night and day " - Ah, que de fois l'ai-je 'gratté' ! -

" Une musique
drapée dans des ailes d'anges
voyage sur la lune bleue
dans un wagon capitonné
de rêveries ". Beau passage.

" Des notes
comme des billets
pas si doux
pour les amours tarifées " j'aime bien aussi.

Une lecture agréable.

   senglar   
7/7/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Apierre,


C'est un véritable bain de jouvence que tu nous offres là, je viens d'aller écouter Cole Porter sur You Tube : par Billie Holiday, un rêve ; par des étudiants, surdoués ; par lui-même, ambroisie.

Mon impression est exactement celle de ta première strophe : pétillance et bulles de champagne, elle est aussi précisément celle de la deuxième strophe au wagon capitonné de rêveries, elle est enfin très précisément celle de la troisième strophe aux vagues à l'âme et corps lascifs. Pour la suite j'attends que tu nommes la chanson.

J'ouvre les oreilles, je barre mes fesses.

Et bien sûr
"Juste une chanson"
Je suis baba

M'a des accents de Disney ce Cole (je m'en tiens là, devraient pas grandir les enfants !)
Trop cool :)))

ça donne envie d'acheter un vinyle tout ça.


Dis-donc, te rend loquace le gars, à quand un poème de 3000 caractères ?


Senglar :)))))))

   Vincente   
7/7/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poème sans prétention, aérien et dansant, libre, libre de se sentir raconter en quelques lignes, quelques portées (oserai-je de Porter ?...) Oui l'évocation est très sympathique.

Et puis cette jolie idée d'écrire un poème qui peut se lire uniquement composé de chaque premier vers de chaque strophe :
"Un air... Une musique... Une mélodie... Des notes... Une biguine... Juste une chanson". Voilà le fil mélodique, le reste donne des couleurs (comme cette Blue Moon qui nous voyage...), trace un décor, accorde le propos qui nous raconte cette Divine Biguine du grand compositeur.
J'ai beaucoup aimé l'art et la manière.

   Gabrielle   
8/7/2019
 a aimé ce texte 
Bien
juste une chanson... quel joli titre pour une ébauche de mélodie à fredonner
lL'auteur'e) invite le lecteur à rentrer dans le monde de la musique par l'intermédiaire de l'"ecriture

merci à l'auteur(e) pour ce texte plaisant.

   Donaldo75   
8/7/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour apierre,

Cole Porter, ce nom est pratiquement devenu synonyme de jazz classique, parce que les musiciens de jazz se sont appropriés ses chansons et en ont fait des standards. A mon goût, c’est un peu de ce que Joe Jackson – qui a lui-même repris lesdits standards et composé un album entier portant le titre d’une de ses plus célèbres chansons – appelait la « night music » pas forcément fabuleuse mais juste envoutante. Et ce poème rend un très bel hommage à cette « night music » en l’imageant de beaux vers, dans une forme libre qui sied à cette époque volage que furent les années 20.

Bravo !

   Davide   
9/7/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour apierre,

Un petit texte joliment construit, bien écrit pour un bel hommage.

Mais n'est-ce pas un air de piano que j'entends, au loin ?
Attendez-moi, j'arrive...

"Une biguine
si facile à aimer
qui ne finit jamais"

En somme, un poème si facile à aimer.

Merci apierre,

Davide

   Eclaircie   
15/7/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

Je ne connais pas cet artiste et j'hésitai donc à venir commenter.

Cependant, la douceur, la tendresse du narrateur pour ce parolier, chanteur, musicien est belle à lire.

J'ai bien aimé la composition des trois premiers paragraphes où le verbe est placé sur la troisième ligne, donnant à l'ensemble un rythme régulier et musical.
(le verbe "rendre" du premier paragraphe soit pouvoir trouver un synonyme plus léger)

Le "juste une chanson" final, isolé apporte ce brin de respect du narrateur, mais aussi l'envie de réfléchir sur le rôle de la chanson, sur sa dose d'Art relatif ou "absolu".

Merci du partage,
Éclaircie

   Lariviere   
16/7/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour apierre,

N'étant pas un érudit de jazz et ne connaissant pas du tout cet artiste avant ça, j'avoue non sans honte que le titre m'a d'abord fait croire que j'allais lire un texte pastiche en forme de calembour, type B. La pointe ou Raymond Devos, sur ce magnifique métier de camelot, type "la complainte du marchand ambulant" ... je m'en excuse auprès de l'auteur et de l'artiste, américain si je comprends bien (et si je lis bien Wiki), qui n'a peut être pas la notion du jeu de mot crée par hasard par l'association de son nom et prénom (oui, j'ai l'esprit tordu!^^)...

Bien sur, en découvrant le texte précisément, je me suis aperçu que non...

Je n'ai actuellement aucune clef (de sol) pour m'imprégner vraiment de l'atmosphère que dégagent les oeuvres musicales de Col A. Porter ; juste en lisant les quelques vers de l'auteur, je les trouvent crédibles avec une ambiance et une écriture musicale jazzy... fond et forme semblent bien coller ensemble pour réussir celà.

En conclusion, un texte qui m'a séduit, malgré mon manque de culture dans le domaine qui ne me permet sans doute pas d'appréhender toute la subtilité de l'hommage ni son véritable succès, mais qui m'a fait découvrir un artiste de jazz que je ne connaissais pas, tout en me donnant l'envie d'explorer sa musique et son univers... alors déjà merci à l'auteur pour ça !

En espérant que ce commentaire puisse être utile à l'auteur, je lui souhaite une bonne continuation.


Oniris Copyright © 2007-2019