Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
archibald : Autoportrait de l'artiste en musicien
 Publié le 22/08/16  -  11 commentaires  -  877 caractères  -  257 lectures    Autres textes du même auteur

À la manière d'Arcimboldo.


Autoportrait de l'artiste en musicien



J'ai le crâne en forme de cloche,
Les oreilles en quart de ton,
J'ai le nez en forme de croche
Et les lèvres en mirliton.

Un œil en forme de guitare
Et l'autre en forme de violon,
J'ai la chevelure en fanfare
Et les dents comme un xylophon.

J'ai les mains comme des cymbales,
Les pieds en forme d'hélicon,
Le ventre en forme de timbale
Et le dos comme un tympanon.

Les vertèbres en castagnettes
Et les côtes en carillon,
La trompe en forme de trompette
Et la queue en accordéon.

Mon haut, un hautbois c'est tout comme,
Mon bas, c'est tout comme un basson,
Mes jambes comme un métronome,
Ma tête comme un diapason…

Mais au delà des apparences,
J'ai, si je devais me décrire,
La bouche en forme de silence
Et le cœur qui demi-soupire.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   JulieM   
22/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Léger et rigolo cet autoportrait, faut le faire !

Et j'adore la dernière, qui remet le tout dans l'ordre des choses "La bouche en forme de silence
Et le cœur qui demi-soupire."

Merci

   Cristale   
22/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Oh ! quelle harmonie en cette mélodie pas fa si la toucher sans mon luth, déhancher.
Mais non, rien ne dièse, aucune diérèse sous le médiator quand le vers sort du cor le fa do de la corde à laquelle je m'accorde.

Tout cela pour dire que ce corps instrumental et symphonique, haut en couleur et, je suppose, fort en décibels, mérite bien un concert de louanges et les applaudissements du fidèle public que je suis.

Jolis tes derniers vers en bouquet final : quand l'autodérision lève son masque mine de rien pour laisser une petite place aux sentiments...
« 
La bouche en forme de silence
Et le cœur qui demi-soupire. » 

Archibald, bravo pour la performance !
Cristale

(concernant le titre j'aurais écrit "Autoportrait" c'est tout...)

   MissNeko   
22/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C est frais et drôle ! J imagine bien le personnage surréaliste qui est décrit.
Parfois peut être des vers un peu lourds de par la répétition de "comme" ou "en forme de " mais l' ensemble est harmonieux
Et agréable.
A vous relire

   Vincendix   
22/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une œuvre fantaisiste menée tambour battant, j’imagine le tableau, un véritable homme-orchestre que ne renierai pas Arcimboldo.

J’attribue une bonne note à ce texte « anthropomorphe » pour son originalité et la qualité de l’écriture.

Un bémol toutefois, les deux premiers vers de l’avant-dernier quatrain accrochent à ma lecture.

   Sodome   
22/8/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
C'est agréable à lire, mais je ne vois pas quel est l'intérêt de cette énumération comparée...

Ah si, ça fait passer 45 secondes agréablement.

   Lulu   
22/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour Archibald,

j'ai trouvé ce texte fort plaisant à lire. Il est, pour moi, une de ces formes de poésie que j'apprécie. Je fais allusion, là, à son côté fantaisiste. Il est tout plein de bonne humeur et cela passe très bien au lecteur.

Cependant, j'ai un peu buté sur l'avant-dernière strophe qui coule moins bien que le reste, je trouve. Terminer un vers par "comme" ne me plait guère... Du coup, j'ai trouvé le rythme un peu bancal dans la strophe.

Enfin, je n'aime pas du tout le titre. Il est bien trop long. Je vous conseille de l'épurer, comme vous avez su si bien le faire pour le poème !

Au plaisir de vous relire.

   luciole   
22/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Le seul canard de ce morceau de choix est le fait que vous ne nous parliez pas de votre baguette... Moi ça m'aurait rudement intéressée...
Sinon que dire ? La Muse vous obéit hautbois et à l’œil !

Désolée j'ai mal lu, vous évoquez bel et bien cette partie de votre anatomie.

   PIZZICATO   
22/8/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Cette énumération d'instruments de musique assimilés à des parties du corps n'a pas suscité, pour ma part, beaucoup d'intérêt.
je n'y ai pas trouvé d'originalité particulière.

A vous lire une prochaine fois.

   Brume   
22/8/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour Archibald,
Seuls les 2 derniers vers dégagent de l'émotion car ils évoquent un état d'esprit, je les préfère. Votre autoportrait n'est que simple énumération, je n'arrive pas à le visualiser, bien que vous l'habillez d'instruments vous ne lui avez pas vraiment donné de vie.
Mais la description reste malgré tout mignonne.

   papipoete   
23/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour archibald,
un autoportrait de l'artiste tout en instruments de musique, un homme-orchestre en quelque sorte !
Entres solfège et ses croches, silences, le coeur qui demi-soupire, voici une partition bien écrite dont vous avez la clef de sol fa mi ré do !
NB je sais que c'est facile à dire, mais j'aurais essayé d'éviter les répétitions de " comme, en forme " .

   Anonyme   
3/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je me suis bien amusé à lire cet autoportrait…et la chute lui donne un petit côté mélancolique (au musicien, pas au poème).

Sympathique moment, merci.

Corbivan


Oniris Copyright © 2007-2020