Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Arlet : Là-haut [Sélection GL]
 Publié le 25/08/16  -  15 commentaires  -  869 caractères  -  196 lectures    Autres textes du même auteur

Les jours heureux nous accompagnent dans les moments difficiles.


Là-haut [Sélection GL]



En haut d’une montagne
Des Alpes de Provence,
Il est une cabane
Bonheur de mon enfance.

Il n’y a pas de route
Juste un chemin de pierres,
S’il grimpe c’est sans doute
Pour chercher la lumière.

Dans ce décor géant
À quelques pas du ciel,
Nous étions deux enfants
S’inventant des merveilles.

Faisant le tour du monde
Accrochés aux nuages,
Se blottissant dans l’ombre
Lorsque grondait l’orage.

Mon Père était toujours
Auprès de ses moutons,
Ma Mère de son amour
Remplissait la maison.

Elle connaissait tout
Des fleurs et des oiseaux,
Lui, d’un morceau de bois
Savait faire un berceau.

Leurs cœurs étaient si grands
Ils sont partis trop tôt,
Mais j’ai le sentiment
Qu’ils sont toujours là-haut.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Pouet   
6/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bjr,

Petit poème simple plein de tendresse et d'humanité.

Rien à dire de particulier si ce n'est que c'est un texte touchant, qu'on ressent sincère.

Nostalgique mais pas larmoyant.

Cordialement.

   dom1   
27/8/2016
Commentaire modéré

   papipoete   
12/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
contemporain
La vie est faite de bonheurs et malheurs qui alternant régulièrement, rend nos jours si riches . Qu'il est bon, lorsque c'est le tour du gris, de songer au bleu, au rose, tels ces moments de l'enfance où l'on s'inventait des merveilles " faisant le tour du monde accrochés aux nuages ... "
A la maison comme au-dehors, nos parents nous apprenaient à savourer le temps qui passe, découvrir les trésors de la nature . Ils ne sont plus, mais nous habitent pour toujours .
J'aimerais qu'un jour, devenu très vieux, mes petits-enfants me disent << te souviens-tu des bâtons de marche que tu sculptas pour nous ? etc... >>
papipoète

   Hananke   
25/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Outre le fait que l'on sent l'auteur très attaché à sa cabane, ce petit poème simple m'interpelle par quelques unes de ses images et tournures :
S'il grimpe c'est sans doute
Pour chercher la lumière.

Faisant le tour du monde
Accrochés aux nuages

Et l'ensemble du dernier quatrain.

Oui, ce joli petit texte me remémore l'enfance de Pagnol
racontée dans un de ses livres et film par la suite.

   Robot   
25/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Une version de "La haut sur la montagne" plutôt sympathique. Le premier quatrain fait d'ailleurs automatiquement penser à la chanson, c'est probablement voulu.
Écologie, nature et nostalgie.

   MissNeko   
25/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Un poème simple mais efficace qui sent bon l air de la montagne et de l amour.
Rien de bien original certes mais la lecture est agréable et la plume délicate et légère
Merci pour ce partage

   JulieM   
25/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une évocation simple, nostalgique pour des coeurs purs et généreux, ceux des parents et ces enfants qui jouent entre ciel et terre.

J'ai été là-haut avec vous, "faisant le tour du monde accrochés aux nuages".

Jolis souvenirs, merci.

   Anonyme   
25/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien
C'est bien qu'il y ait un endroit pour aller, de temps en temps, rencontrer les souvenirs d'enfance.
Il est bien décrit ici, simplement, avec sérénité.
Une agréable lecture.

   Anonyme   
25/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Arlet.... Comment ne pas songer à Pagnol en lisant vos vers par ailleurs fort bien tournés ?

Il n’y a pas de route
Juste un chemin de pierres,
S’il grimpe c’est sans doute
Pour chercher la lumière...

J'aime beaucoup ce sentier qui doit fleurer bon la garrigue et tout ce qu'elle nous cache.

D'autres très jolis passages comme ...
Ma Mère de son amour
Remplissait la maison.

En ce qui concerne le quatrain final j'aurais bien vu...

Leurs cœurs étaient si grands
Ils sont partis "si" tôt,
"Que" j’ai le sentiment
Qu’ils sont toujours là-haut.

Mais ce n'est qu'une simple suggestion !

J'ai bien aimé l'ensemble et compte-tenu de la catégorie je n'ai rien à reprocher à la forme...
Merci pour cette balade provençale.

   Vincendix   
25/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Des vers évocateurs d’une enfance heureuse, dans un endroit hors du temps, une cabane, un chemin de pierres qui grimpe pour chercher la lumière, c’est beau !

Deux enfants s’inventant des merveilles avec des petits riens, la peur de l’orage dans ce décor sauvage des Alpes du Sud et puis le père et ses moutons, son art de rendre un banal morceau de bois utile et agréable, la mère et son amour, un bonheur simple mais tellement riche…
Oui, ils sont toujours là-haut, avec Jean de Florette et Manon des Sources…

Un très joli poème, on sent l’odeur de la lavande et on entend le chant des cigales, on ressent la chaleur du soleil tempérée par la caresse du vent.

   Anonyme   
25/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
L'élégante simplicité de ce poème, rend les lectures agréables, les images qu'il suscite en appel d'autres, ces propres souvenirs.

Texte très évocateur, une douce et tendre nostalgie s'en dégage, du fait de à la référence aux parents aimés et aimants, leur départ prématuré accentue, le côté émotif.

Tout cet écrit, tant par la forme que par le fond est plaisant, ma préférence ira cependant à ces deux strophes :

" Dans ce décor géant
À quelques pas du ciel,
Nous étions deux enfants
S’inventant des merveilles.

Faisant le tour du monde
Accrochés aux nuages,
Se blottissant dans l’ombre
Lorsque grondait l’orage. "

J'ai ressenti à quel point la force d'un endroit peut laisser une trace indélébile au cœur de l'enfant et de l'enfance. Ce "Là-haut" prend une dimension bien singulière et touchante.

   plumette   
25/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Arlet

la simplicité ne nuit pas à la profondeur de ce très joli texte émouvant.
voilà une jolie manière de dire le bonheur de l'enfance, la gratitude d'avoir reçu l' amour de ses parents, la présence forte de la nature.

j'ai vraiment bien aimé
A vous relire sûrement

   Lulu   
26/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Arlet,

j'ai trouvé l'écriture de ce texte fort simple, mais l'évocation des souvenirs est belle. Elle nous entraîne avec vous à la montagne où l'on se prend à rêver à votre vie d'avant ou à revivre ses propres souvenirs, même s'ils sont d'une autre montagne...

En fait, plus que l'écriture, j'ai surtout aimé les sentiments qui se dégagent de ce poème. Ils sont exprimés si simplement qu'on ne peut passer son chemin sans en être touchés en tant que lecteurs.

Bonne continuation

   Proseuse   
26/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,
Un poème plein de candeur et d' émerveillements, et c' est souvent par ce chemin-là, qu' on parvient à parler le mieux de l' enfance !
bien agréable à lire ! merci

   Brume   
27/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Arlet
C'est doux, intense, intimiste, et d'une belle émotion qui me soutire un sourire.
Une lecture sans accroc, mélodieuse, limpide.
Vous m'avez emmenée ailleurs et c'est très beau.

   Annick   
4/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai beaucoup aimé ce poème car il est simple et très touchant. Simple ne veut veut pas dire qu'il n'y ait pas de belles images. Au contraire, ici, l'émotion est palpable, immédiate. Le trait est sûr, à la manière d'un peintre.


Oniris Copyright © 2007-2020