Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Ascar : Balade éthylique
 Publié le 30/04/22  -  12 commentaires  -  1511 caractères  -  223 lectures    Autres textes du même auteur

Pas facile de suivre cette fameuse petite voix intérieure qu'on représente souvent par un petit Ange…


Balade éthylique



La tête comme une enclume,
du plomb dans les semelles,
acide comme un agrume,
amer comme une prunelle,

j'inventais, dans le noir,
des zigzags au chemin,
m'éloignant de la foire,
pissant le mauvais vin,

avec pour seule fortune
un collier de chagrins,
le lapin d'une brune
et l'idée d'un refrain :

Faudrait changer, dit l'Ange,
changer le vin en eau.
Faudrait qu'tu prennes, dit l'Ange,
le large des bistrots.

Écoutant cette p'tite voix,
je gravais dans le bois
de ma gueule matinale
ce nouvel idéal !

Je balançais mes clopes
et presque nyctalope,
j'abandonnais ma vie
de papillon de nuit.


Tournant le dos au vice
sans qu'il en soit vaincu,
d'un baiser de novice,
j'embrassais la vertu.


C'est bon d'changer, dit l'Ange,
tout ira mieux demain
et de remettre, dit l'Ange,
ta vie entre mes mains.

La journée s'écoulait
comme d'un mauvais tonneau,
mon sang tournait en lait
quand vint l'ami Pierrot.

Il me dit : « T'es tout pâle,
passe donc à la maison,
j'ai un remède de cheval
pas piqué des hannetons.

On finira au bal
avec tous les copains
et en bouquet final
on pouss'ra ton refrain. »

Tu m'as déçu, dit l'Ange,
C'est vrai qu'c'est bon le vin
tu m'as déchu, dit l'Ange,
invite-moi au festin !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
30/4/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément
bonjour Ascar
Tellement bourré que j'trouvais plus mon ch'min : avec un dernier lapin posé par cet' brune, j'en avais plein l'dos... quand une petite voix me glissa un conseil :
" et si t'arrêtais d'fair' le con ? laisser tomber la picol' et jeter tes clop' ?
Chiche ! mais fallait pas que j'tomb' sur Pierrot ! et j'ai r'piqué et la ptit' voix d'mon ange... on aurait dit qu'elle chialait...
NB en général, je n'aime pas les textes de pochetron, surtout quand on leur trouve toutes les excuses du monde ! Mais là, notre picolo est si touchant, veut s'en sortir et écoute ce qui résonne dans son coeur, va lui obéir tout-de-suite... enfin était bien parti pour !
Si je me permet ces remarques, c'est que la saoulerie éclaboussa ma famille, et mena jusqu'aux portes de l'enfer où le diable se frottait les mains !
Mais à force de persévérance et courage, on put guérir notre malade de cette saloperie, alors qu'il avait un pied dans la tombe.
Je trouve votre récit tellement touchant, et bien écrit !
la 3e strophe est ma préférée.
une petite musique accompagnant ces couplets et refrains, fut un plus, mais l'ensemble est vraiment réussi !

   Cyrano   
30/4/2022
Bravo Ascar,

J'ai lu avec plaisir cette histoire pleine d'humour et bien troussée. Encore !
Cyrano

   Dugenou   
30/4/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Ascar,

Quel drame que l'alcoolisme ! Surtout, on collectionne les revers, comme ce lapin d'une brune, et, à force de se sentir la gueule de travers, la voix de la raison, ici celle d'un ange, similaire à celui de la chanson de Tiéphaine, qui gueulait "viens chez moi mon salaud", finit par se faire entendre...

En vain ; l'occasion faisant le larron, on finit bien par repiquer au truc !

Merci du partage.

   Pouet   
30/4/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Slt

que voilà une balade éthylique bien rythmée qu'on imagine aisément fredonnée. De plus l'écriture est de qualité et le propos intelligemment tourné. Le regard posé ici est tout sauf brumeux. Je ne sais trop qu'ajouter d'autre, ni de "conseils" particuliers à dispenser, si ce n'est que j'ai lu avec plaisir.

   AnnaPanizzi   
1/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Ascar,

Comme les collègues précédents, je crois que l’alcoolisme, pas de celui des lâchers prise du samedi soir, de l’aide à la désinhibition, ou des beuveries occasionnelles entre potes pour fêter tout et rien, et souvent faire passer quelques chagrins ou nervosités. L’autre, celui du quotidien, de la dépendance, des soliloques amers, etc, est un fléau trop courant qui a ruiné nombre de couples, maltraité des enfances, fait avorté des carrières prometteuses et déchiré des familles entières. Mais vos mots, entre humour dosé à 13 degrés, talent de poète avéré, et la bonne idée de cet ange faillible, fonctionnent à merveille. Sans pour autant verser dans l’angélisme (encore lui) des ligues bien-pensantes ni des apologues des goulots de toutes sortes, vous avez su rester dans votre intention avec une belle musique d’ensemble.

Merci pour la ballade et si vous me le permettez, j’accroche un brin de muguet au revers de votre veste pour la journée.

Anna à l’eau aujourd’hui

   Queribus   
1/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Et un texte de plus sur l’alcoolisme et ses dérives -(Je pense au Je bois de Boris Vian et aussi à celui d'Aznavour".) Le votre est joliment et habilement troussé avec une prosodie "populiste" (avec l'emploi d'élision notamment) mais en même temps très soignée, ce qui a du demandé un très gros travail d'écriture malgré les apparences. Avec une bonne musique, on tient là, j'en suis certain, une excellente chanson et ce ne serait que justice. Bravo et au prochain texte de cet acabit.

Bien à vous.

   wancyrs   
2/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Salut Ascar,

Comme dit l'apôtre Paul dans sa première lettre aux Corinthiens, au chapitre 15, le verset 33 : "Ne vous y trompez pas: les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs." Voilà un qui était parti sur la bonne voie, mais qu'un instant fragile ramène en arrière. Et pire encore, il entraine l'ange dans sa chute. Ce n'est pas la première fois qu'on a vu des anges chuter ; le livre de la Genèse au chapitre 6 en parle, quelques temps avant le déluge.
Le texte est bien amené d'un bout à l'autre ; le jeu de mot à la fin, déçu et déchu n'est pas très original pour moi, mais il vaut ce qu'il vaut.

Merci pour le partage.

Wan

   Cyrill   
7/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Jolie ballade qui nous feraient presque croire que l'alcoolisme est une promenade de santé.
C'est le but, pour supporter son addiction faut lui inventer des aspects romantiques et légers.
Et puis le musical est là sans la musique, et pour une chanson c'est un sacré atout.
Rien de bien nouveau, un thème auquel j'ai moi aussi sacrifié quelques vers. Mais le texte a une bonne tenue, la petite voix de l'ange sur l'épaule m'a plu.

   chacalchabraque   
19/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien
mdr marrante et chantante ta fable à boire; sympa la fin ;-)

   Otoot   
28/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaucoup la musique des mots et ces pas incertains.
Bravo pour ce texte, humour, tendresse, un brin de dérision, ce que j'aime

   Ascar   
1/6/2022

   Evelit   
6/6/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément
Le ton est "tout léger", comme une plume, une caresse. J'entends presque une chanson en le lisant grâce au rythme. C'est comme une pluie de syllabes et de mots, une toute fine pluie.
Du début à la fin, j'aime. Je ne sais même dire quelle expression/paragraphe je préfère parce que je les trouve tous bien trouvés. J'aime particulièrement le collier de chagrins et "je balançais mes clopes et presque nyctalope, j'abandonnai ma vie de papillon de nuit. C'est ma préférée je dirais.


Oniris Copyright © 2007-2022