Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Automnale : Solenn, à Kerbellec
 Publié le 05/12/15  -  19 commentaires  -  1697 caractères  -  284 lectures    Autres textes du même auteur

La clef de la chapelle bat soudain la chamade…


Solenn, à Kerbellec



Composition musicale et interprétation :
Jean-Marie Djibedjian

http://escapadeautomnale.centerblog.net/15-la-corne-de-brume



La corne de brume retentit sur les quais,
Sur le linceul des flots, bien au-delà du bourg.
Le bateau du courrier reste ancré dans la baie.
Le phare de tribord baisse son abat-jour.

Vers la côte meurtrie, le peintre de la pluie
Pose, sur les goémons, un soupçon d’abandon,
Un camaïeu de gris dans le vent en furie
Et l’ultime frisson d’un bouquet de chardons.

Solenn, à Kerbellec, invente des prières
Pour son jeune garçon bravant houle d’Islande,
Sur un vieux chalutier, aux teintes des bruyères
Égayant, au printemps, les mystérieuses landes.

La clef de la chapelle bat soudain la chamade.
L’âme d’un trépassé s’estompe au lointain.
Des vagues insensées violentent l’estacade,
Fracassent les épaves du cimetière marin.

Vers la côte meurtrie, le peintre de la pluie
Pose, sur les embruns, un galop d’épouvante,
Un crayon de fusain sur les rocs étourdis
Par la danse funeste de l’ouate bouillonnante.

Solenn, à Kerbellec, invente des prières
Pour son jeune garçon, mousse sur L'Astérie :
« Anne, vous le savez, la mer a pris son frère,
Je vous offre ma vie, épargnez le petit. »

La corne de brume retentit sur les quais,
Sur le linceul des flots, bien au-delà du bourg.
Le bateau du courrier reste ancré dans la baie.
Le phare de tribord baisse son abat-jour.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
19/11/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Poème écrit à l'écume des flots, là l'encre marine, où chaque quatrain revient comme le ressac des vagues de l'océan déchaîné. Et le " peintre de la pluie pose sur les goémons, un soupçon d'abandon, un camaïeu de gris".
Et " Solenn, à Kerbellec invente des prières pour son garçon bravant la houle...", supplie la mer d'épargner ce fils.
En fermant les yeux, pour peu que le vent se lève, je me sens breton, aperçois Solenn suppliant.
Comme c'est bien écrit, entre autre la 4e strophe où j'entends comme l'auteur, " la clef de la chapelle battre la chamade..."
Sans la musique, je note l'écriture; et j'écoute ensuite le musicien qui me ferait parfois surnoter un texte moyen, tant son interprétation est magistrale.

   Anonyme   
5/12/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Automnale... Cette complainte de Solenn ne pouvait mieux arriver que par ce jour de gros temps sur la côte finistérienne. Je l'ai complétée, sans le savoir, par quelques photos prises ce matin et visibles sur FB. Revenons à ton petit chef-d'oeuvre !
A la lecture de cette complainte, construite sur une base d'alexandrins, j'ai bien sûr noté ce qui en classique relèverait de la faute de prosodie mais que nul ne te reprochera ici, en tout cas pas moi ! A la lecture, disais-je, j'ai tout de suite eu un faible pour ce qui suit :

Solenn, à Kerbellec, invente des prières
Pour son jeune garçon, mousse sur L'Astérie :
« Anne, vous le savez, la mer a pris son frère,
Je vous offre ma vie, épargnez le petit. »

Superbe, émouvant et tellement authentique !

J'ai ensuite écouté la version musicale et je dois avouer que j'en ai la chair de poule. Ton ami interprète Jean-Marie a su trouver le ton qui convenait à cette chanson de chez nous.
Merci à toi pour ce texte qui m'a beaucoup ému et merci à Jean-Marie pour la musique et l'interprétation...
Une fois n'est pas coutume mais j'irai jusqu'à Passionnément, sans flagornerie ni copinage !

   Vincendix   
5/12/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Automnale
Ô que cela fait du bien de lire et écouter un texte aussi bien écrit et aussi bien chanté.

Une description poétique de la vie des marins, de celle d’un port de pêche, je ne m’en lasse pas, même si c’est du domaine du passé.Cette ambiance particulière des bords de l’océan est toujours présente en Bretagne, l’iode et les embruns sont imprégnés des odeurs de poisson et de varech, porteurs des sons lancinants de la corne de brume.

C’est vrai que ce texte peut se lire sans musique, sa musicalité est déjà agréable, naturellement, la mélodie et la voix de Jean-Marie ajoutent une dose supplémentaire de plaisir.
MERCI

   leni   
5/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour Automnale

Solenn, à Kerbellec, invente des prières
Pour son jeune garçon bravant houle d’Islande,
Sur un vieux chalutier, aux teintes des bruyères
Égayant, au printemps, les mystérieuses landes.

Solenn invente des prières pour son jeune garçon qui affronte la Houle
C'est le refrain
La description du "site "est structurée par deux quatrains répétée
Cette description offre de fort belles images

Un camaïeu de gris la clef bat la chamade...le peintre de la pluie...
un crayon fe fusain...

Anne, vous le savez, la mer a pris son frère,
Je vous offre ma vie, épargnez le petit. »


Et la situation est dite sans pathos Très très joli J'ai un petit problème avec le refrain qui ne s'envole pas au dessus des couplets
il manque de relief d'émotion Bien que la mélodie et le jeu musical soient superbes Les hum 'musés' à la fin de la chansons pourraient
être supprimés et la guitare pourrait nous offrir tout son talent

Je vous remercie de m'avoir fait p passer un excellent moment

Mon salut cordial Leni

   Hananke   
5/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Bien joli mais triste texte que les gens de la mer
aborderont mieux que moi, bien sûr.
La mer est tellement loin d'où je suis.

Refrain mélancolique avec Solenn à Kerbellec, invente des prières.

Le phare de tribord baisse son abat-jour est l'un des meilleurs vers.
Mais tous les quatrains se valent pour faire passer
cette mélancolie des mères, épouses, restant à terre.

Bien jolie chanson et beau texte mais l'un ne va pas sans l'autre.

   PIZZICATO   
5/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très joli poème aux images superbes qui dessinent un tabeau prenant.
" le peintre de la pluie
Pose, sur les embruns, un galop d’épouvante,
Un crayon de fusain sur les rocs étourdis
Par la danse funeste de l’ouate bouillonnante. "
Toute l'angoisse d'une mère qui attend anxieusement le retour, est traduite par ces deux vers : « Anne, vous le savez, la mer a pris son frère,
Je vous offre ma vie, épargnez le petit. »

Une voix chaude, épaulée par une guitare sobre et efficace.
Pour ma part, j'aurais préféré que Jean-Marie restât sur le mode clamé tout au long ; mais ce n'est qu'une affaire de goût personnel et son travail sur ce texte est très bon.

   Francis   
5/12/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Le bruit du ressac, les prières de la mère, le vent salin, les cliquetis des mâts... transportés par les mots puis par la musique sont venus jusqu'à moi. Je ne savais plus si je regardais un tableau, si j'écoutais une chanson ou si je lisais un poème. En fait, j'étais en Bretagne, face à la mer, en pleine tempête ! Merci pour ce très beau partage.

   funambule   
5/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Magnifique texte qui erre sans doute plus en poésie qu'en chanson, un texte qui parle à la fois aux entrailles et aux éléments, un texte d'amour, l'amour d'un lieu, de l'histoire (la petite, la vraie) et d'une mère. Belle mise en musique, pas tout à fait à la hauteur des mots cependant, un peu trop de convenu.

   Pimpette   
5/12/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour à Jean Marie et sa meuf doués et charmants tous les deux!

Ton texte:
Quel beau travail
Un peu trop sage pour moi
je n'ai pas lu jusqu'au bout...pardon Auto'

   bipol   
5/12/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
bonjour Automnale

je ne comprends pas

pourquoi cette chanson

a pu m'échapper en première lecture

je dirais que le texte

et la musique sont véritablement en symbiose

quelle superbe peinture

quelles belles images et sons

Jean Marie lui a donné vie à merveille

merci à vous deux

   Cristale   
5/12/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
On peut dire que vous ne lui avez pas facilité la tâche à Jean-Marie car composer une musique et chanter sur du dodécasyllabe est extrêmement difficile, mais quel joli résultat !

Bien sur, vous vous doutez qu'en venant naviguer sur votre océan poétique je ne pouvais que m'y sentir bien chez moi.
Combien de mères et d'épouses auront prié Ste Anne pour un fils, un mari, péri en mer...

"Vers la côte meurtrie, le peintre de la pluie
Pose, sur les embruns, un galop d’épouvante,
Un crayon de fusain sur les rocs étourdis
Par la danse funeste de l’ouate bouillonnante."

J'aime le tangage mélodieux des rimes alternées qui donne déjà, avant le travail du compositeur, un rythme particulièrement musical.
Le poème est dense, le vocabulaire est riche.

Bravo Automnale !
Toutes mes félicitations à Jean-Marie.

Au plaisir d'une prochaine publication.
Cristale

   senglar   
5/12/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Automnale,

Beaucoup de pudeur dans la composition musicale et l'interprétation de Jean-Marie Djibedjian.

A mon avis l'association donne ici un magnifique ex-voto au diapason d'un vitrail.

Qu'accourent les maîtres verriers à l'appel de cette corne de brume pour faire battre encore le choeur de la chapelle de Kerbellec !


Brabant

   lala   
6/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Automnale,

Des images et un rythme très soignés, avec une fluidité maîtrisée.
Une approche intéressante par les couleurs et l'art plastique.
Donc, j'aime beaucoup.

Je regrette cependant un ensemble très polissé, qui ne me transmet ni la violence des éléments les jours de tempête, ni la force de caractère des gens de la mer, et singulièrement des femmes bretonnes. Trop mélancolique et pas assez tourmenté.
Pour moi, « bravant houle d'Islande » n'est pas du meilleur effet.

Mais la balance penche largement du côté des qualités !

   ameliamo   
6/12/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Une chanson d’un grand lyrisme ; un tableau troublant, plein d’émotion, mélancolie et tristesse. La mer et l’âme d’une mère

   cervantes   
7/12/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Rien à dire de plus...
Juste que moi aussi je suis subjugué par votre texte et sa mise en musique.

Je sais la Bretagne terre d'Ancou. J'attends maintenant que vous nous la donniez terre d'envie, terre de vie...

Merci

   madawaza   
7/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour
Je connais bien l'endroit.
J'aime beaucoup le texte.
J'aime beaucoup la voix.
Mais, pour moi, ce n'est ni une chanson, ni un slam.
Peut-être faudrait-il une rubrique "poème chanté" ?
Merci pour ce texte chanté.
A+

   Automnale   
11/12/2015

   vendularge   
11/12/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
magnifique et bouleversant

c'est un peu court et sans réel intérêt mais j'avais envie de le dire.

merci

   Anonyme   
2/2/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Comment rester insensible devant tant de justesse, les mots vous prennent aux tripes. C'est un magnifique poème, qui dépeint une atmosphère belle et à la pesante devant cette étendue qui donne mais sait reprendre aussi.

Un poème, où j'ai pris plaisir à m'attarder, votre plume talentueuse offre une lecture dès plus touchante, chaque mot est à sa place, votre sensibilité est présente, bien soulignée par la composition de Jean-Marie, sobre, tout à fait dans le ton, pour une mélodie accompagnant ce phrasé émouvant.

Très bel ensemble de belle qualité.


Oniris Copyright © 2007-2019