Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Basile : Avec mes excuses à madame Zohra Drif
 Publié le 09/10/20  -  2 commentaires  -  712 caractères  -  118 lectures    Autres textes du même auteur

Une sale affaire...
Peut-être à éviter si vous avez déjà le cafard.


Avec mes excuses à madame Zohra Drif



elle s'est levée, est sortie
avant six heures et demie
laissant au bar traîner un bout
de guerre, de merde et de sang

elle l'a laissé en dessous
d'une table entourée d'enfants
ainsi diffèrent ici-bas
le courage et les vertus flasques

*

et comme un masque, le visage
de l'opprimé vole en éclats
s'enfoncent au profond des cœurs
l'horreur et le chaos encore

l'autre bourreau pourra alors
puiser ce qu'il faut de douleur
pour redorer son coutelas

la Mort salue bien bas les lâches
ceux qui sèment et qui s'arrachent
les meurtres qu'on applaudira


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Lariviere   
9/10/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

"l'autre bourreau pourra alors
puiser ce qu'il faut de douleur
pour redorer son coutelas"

J'ai bien aimé ce libre contemporain plutôt bien construit, incisif, que je lis comme un texte dénonçant la violence qui appelle la violence, en évitant le manichéisme ou le parti pris.

Un texte fort comme je les aime

merci pour cette lecture et bonne continuation

ps : le titre est terriblement bon...

   Mokhtar   
9/10/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Ce texte fait allusion à l’attentat du Milk bar, à Alger, en septembre 1956 où bombe posée par Zohra Drif a fait pour victimes uniquement des femmes et des enfants. On a récemment vu cette femme dans un récent documentaire télévisé traitant de la décolonisation.

Odieux et lâche assassinat pour les uns, acte héroïque de résistance pour les autres. Cela fera de Zorah Drif, graciée par De Gaulle une moudjahidine, dont la caste profitera des prébendes accordées généreusement, sur l’argent du peuple, à ceux qui ont combattu beaucoup, un peu, et souvent pas du tout dans les rangs du FLN.

Les lâches qu’on applaudit…Thème qui me semble un peu trop convenu, un peu top « bateau » pour en faire un poème original, même si l’écriture ici est plaisante, et si certaines tournures de phrases sont de qualité.

Je pense qu’il aurait fallu un axe un peu plus original pour aborder le propos. Par exemple, le fait que ce soit une femme l’auteure, avec ses éventuels problèmes de conscience personnels, a posteriori. Pour humaniser un peu la chose.

Dégâts collatéraux, à la guerre comme à la guerre… ? Terrorisme lâche et aveugle ?
Qui peut trancher ?


Oniris Copyright © 2007-2020