Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
bernalot : La pluie
 Publié le 08/11/07  -  7 commentaires  -  712 caractères  -  83 lectures    Autres textes du même auteur

A toutes les victimes des caprices de la météo


La pluie



Enfin elle s'annonce et le ciel menaçant
Couvre de sa noirceur la campagne assoiffée
Elle pourra chasser les terribles méfaits
D'un été bien trop sec ayant jauni les champs


Hélas elle s'abat en un violent torrent
Dont on ne compte plus les horribles effets
Il charrie des rochers, la ville en est truffée
Chacun en sa demeure se terre en priant


Le Rhône en colère déborde de ses rives
Emportant le troupeau revenu des estives
Le paysan pleure le fruit de son labeur


Prisonnier du courant, je vais à la dérive
Je me débats en vain et sombre dans l'eau vive
Un filin m'est tendu, je bénis mes sauveurs


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   nico84   
8/11/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↑
L'eau, élément de vie devient parfois élement de desespoir et de mort.

Beau poéme Monsieur Bernalot :)

   clementine   
8/11/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
J'aime ta poésie Bernalot, authentique,vraie,une poésie qui va droit à l'âme des gens simples.

   bernalot   
9/11/2007
NICO 89
Monsieur Bernalot est une femme !

   Bidis   
9/11/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je n'aime pas trop "la ville truffée de rocher" - truffée veut dire garnie, bourrée. Pour des rochers, j'aurais préféré "hérissée" mais évidemment ça fait boîter le vers...
Et aussi, être emporté par les eaux puis sauvé in extrémis à la fin du poème, en trois petits vers... C'est un événement fort qui eût demandé un poème à lui seul, me semble-t-il.
Je me permets de dire tout cela parce que, par ailleurs, on se croirait presque au coeur d'une tempête, on s'accrocherait bien à un arbre... Et ça, d'être emporté dans une lecture, j'aime bien.

   lotus   
13/11/2007
C'est une pluie qui m'emporte...joli poème!
Lotus

   jensairien   
15/1/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
un poème d'une grande limpidité et toute aussi grande efficacité sur un thème original traité ici sans emphase ni pathos

   Anonyme   
28/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
"La pluie", peut-être toute à la fois, salvatrice et destructrice.

Quand elle se déchaîne, rien ne l'arrête. Un texte bien écrit, qui nous narre bien son côté dévastateur.

Seul petit défaut, le manque de ponctuation, là, encore pose problème, c'est quand même un peu dommage, de négliger ce détail, qui pour moi, apporte un plus à un écrit. D'ailleurs je m'aperçois que quelques virgules fleurissent ici et là.

Heureusement, dans cet écrit, cela se termine bien. Votre poème a su captiver mon attention.


Oniris Copyright © 2007-2020