Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Forums 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
BlaseSaintLuc : Le vampire déploie… [concours]
 Publié le 02/10/23  -  7 commentaires  -  779 caractères  -  126 lectures    Autres textes du même auteur

Poésie pour concours n°34.


Le vampire déploie… [concours]



Ce texte est une participation au concours n°34 : De l'un à l'autre
(informations sur ce concours).





C’était l’heure où la nuit chuchote une chanson.
Moment où les ténèbres glissent leurs frissons.

Étoiles glaçantes dans leurs voiles lactées
percent la toile brillante de nudités.

Devine dans le noir les âmes d’outre-tombe
bestioles échappées, des plus profondes combes.

L’instant des trépassés, leurs cortèges funèbres.
Sortis de leurs tombeaux, ils craquent des vertèbres

balade romantique, morts-vivants de l’onde
le vampire déploie des ailes vagabondes.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eki   
11/9/2023
trouve l'écriture
très perfectible
et
n'aime pas
Je passerai pour une intransigeante probablement...

Je pense que, la moindre des choses, lorsqu'on présente un texte en concours, est de soigner l'orthographe...Dans ce texte, j'ai relevé des fautes.

   Lebarde   
12/9/2023
trouve l'écriture
perfectible
et
n'aime pas
Les contrantes du concours sont respectées… pour le reste la syntaxe fautive, l’expression alambiquée, les inversions, la ponctuation et même l’orthographe sont tellement « complexes » que le sens du propos m’échappe.
Je décroche trop vite , peut-être un brin de poésie par ci par là.
Non je ne peux adhérer.
Désolé
Bonne chance pour la suite mais sans moi.

   embellie   
12/9/2023
trouve l'écriture
très perfectible
et
n'aime pas
Je relève dans ce poème une incohérence. Dans le premier vers « chuchote une chanson » et dans l’avant-dernier « balade romantique » sont en totale contradiction avec tout ce que comporte le sujet de macabre : ténèbres – frissons – étoiles glaçantes – âmes d’outre-tombe – trépassés – cortèges funèbres – tombeaux – morts vivants - vampires … Tout ceci au pluriel. De quoi terrifier le lecteur !
Les mots, pas toujours utilisés à bon escient, produisent un langage quelquefois abscons : percent la toile brillante de nudités (que sont ces nudités?) – les âmes d’outre-tombe bestioles échappées (ce sont les âmes qui sont qualifiées de bestioles?)– l’instant des trépassés, ils craquent des vertèbres (un peu excessif, le craquement des vertèbres des trépassés !) – morts vivants de l’onde (quelle onde ? Elle me paraît figurer ici uniquement pour la rime avec vagabonde, mot qui était imposé par l’exercice). Je cherche le sujet du verbe devine : s’il s’agit des étoiles il doit être mis au pluriel.
La ponctuation est très perturbante. Trop de points jamais suivis de majuscules, sauf pour Sortis. Pourquoi ? Trop de virgules mal placées qui gênent, à la lecture, pour la compréhension de l’écrit.
Je suis navrée de ne pouvoir mieux apprécier ce texte, mais je me dois de donner une appréciation reflétant avec exactitude mon ressenti.

   papipoete   
18/9/2023
trouve l'écriture
perfectible
et
aime un peu
libre
C'est la nuit venue, que le vampire déploie ses ailes s'en allant auprès des sépultures, s'y repaître du sang des âmes d'outre-tombe.
NB que n'a-t-on versifié, scénarisé pour cinéma, ce thème vampirique ? et à travers vos lignes, nous suivons Mickael Jackson dans son " Triller " où les morts-vivants nous glacent les sangs...
Mais votre écriture me semblent pâtir de légèreté (4e vers et d'autres )
Ce texte qui put faire peur, fait plutôt sourire ( 8e vers )
je ne suis guère séduit.
papipoète

   Donaldo75   
18/9/2023
trouve l'écriture
perfectible
et
aime bien
Ce poème est intéressant ; ses scories ne spolient pas sa tonalité. Certes, il y a des fautes, une ponctuation aléatoire, une syntaxe parfois surprenante mais l’ensemble reste franchement tonal. Les contraintes du concours sont respectées et je ne les trouve pas forcées ici même si le sens ne l’emporte pas toujours sur l’expressionnisme. Je crois que poli, usiné, relu avec plus de constance, il n’en aurait pas perdu sa spontanéité, son impact brut. Il aurait alors moins ressemblé à un caillou brillant et plus à un diamant juste sorti de sa gangue. Cependant, ceci étant dit, j’aime bien ce que j’ai lu et je passe outre l’impression de négligé qui pourrait dominer ma lecture.

   Cyrill   
18/9/2023
trouve l'écriture
perfectible
et
aime bien
Malgré le peu de soin apporté à la relecture, il y a dans ce poème une atmosphère que j’ai trouvé réussie. Du gothique-romantique un rien outrancier mais c’est sans doute ce qui m’a retenu.
Je salue les « voiles lactées », comme bâtardes de la voie lactée, les trépassés qui « craquent des vertèbres » pour leur effet si délectable.
Sans doute écrite un peu vite, cette « balade romantique » aurait bien mérité que l’auteur s’y attarde un peu plus longtemps pendant les quelques jours qu’il avait devant lui avant la fermeture.

   fanny   
2/10/2023
trouve l'écriture
convenable
et
aime un peu
Ha, les vampires saison 2, c'est un peu comme les oiseaux migrateurs les vampires sur Oniris, l'automne arrive, Paf ! le retour des vampires.

La caractéristique des vampires oniriens c'est qu'ils sont très sentimentaux, tombent amoureux dès qu'arrive le printemps, culpabilisent au moindre coup de dent et s'évanouissent à la vue du sang.

C'est un être fragile, une petite nuit avec Pieralun dans l'herbe mouillée et vlan, les rhumatismes lui font craquer les vertèbres, bercé par Myndie quand sa peine l'effarouche et le voilà prêt à s'envoler, d'un voile lacté déshabillé, pour une ballade romantique, toutes ailes vagabondes ouvertes.

Non mais franchement les Draculas faîtes un effort : des petites bestioles qui ne sortent que lorsque la nuit leur murmure une chanson, vous ne voulez-vous pas une berceuse non plus pour être sûrs de vous endormir au moment d'attaquer la chair fraîche, bientôt à Halloween c'est vous qui allez voir peur des enfants ; on va passer pour qui sur Oniris je vous le demande ? Des sentimentalistes, des empathiques, des poètes ?

J'aime bien le second vers mais j'aurai voulu que l'ensemble soit un peu plus structuré et étoffé, les frissons plus frissonnants, les nuits plus ténébreuses, et que les trépassés aient les yeux un peu plus plus exhorbités, mais peut-être n'est-ce pas votre nature que de planter vos cros dans l'âme du voisin. Un bon point pour cela.


Oniris Copyright © 2007-2023