Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
bolderire : Un matin
 Publié le 04/06/16  -  14 commentaires  -  365 caractères  -  270 lectures    Autres textes du même auteur


Un matin



rouge
papillon sous le zeste des astres
naître
à l'encre de soirs maudits
abreuver le bassin des mots
et choir
ruiner l'espace
renaître

vois !
l'air est lumineux
il glisse tes spores
sous l'arche vagissante

aurore
< j'embrase la fureur des cités
et désarçonne des dieux sans glaive >


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Purana   
14/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un petit tableau impressionniste esquissant un moment d'étonnement suivi du désir de se le dire (ou de le partager avec l'autre) et se terminant par un hommage chaleureux à l'aurore.

Presque tous les vers sont imagés, mais ici, cela ne me dérange pas, même si personnellement, les poèmes "sur-imagés" ne sont pas mes favoris.
Peut-être que grâce à la longueur du poème, l'abondance des images ne rend pas la lecture fatigante et un éventuel besoin de comprendre chaque vers séparément devient redondant.

Amicalement.

   socque   
18/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien
C'est le tercet final du poème qui m'a décidée à commenter, parce que je le trouve excellent : les deux vers m'évoquent des images saisissantes en rapport avec la flamboyance de l'"aurore" qu'ils me dévoilent soudain !

Avant, je dois dire que l'ensemble n'a pas éveillé grand-chose chez moi. Oui, un matin rouge où le papillon surmonte les astres maudits... ah non, ce sont les soirs, les astres ils ont des zestes... les images se mélangent dans ma tête, preuve qu'elles ne m'ont pas fait grande impression ; et puis pourquoi l'arche serait-elle vagissante ?

Alors, je suis peut-être injuste, peut-être que les douze vers précédents, dont je n'ai pas vu l'intérêt, m'ont subtilement préparée à l'éblouissement des trois derniers ! Je n'en sais rien, bien sûr. En tout cas, tel est l'effet que m'a fait votre poème : l'engourdissement, puis soudain le réveil fulgurant. Ben oui, pour un matin c'est finalement très approprié...

   Anonyme   
4/6/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Je n'ai pas trop apprécié ce texte, parce que les mots me semblent trop lourds.

Dans mon imaginaire l'aube est un moment calme et doux, et j'ai été surpris par cette évocation violente, brutale de ce moment.
Mais pourquoi pas ?

J'apprécie le rythme du texte, les coupures aussi.

mais pour moi des mots comme maudits, vagissante, choir sont en trop, brutaux et lourds et donnent au poème trop de lourdeur, de brutalité (qui existe déjà avec le rythme saccadé).

Bref, je ne suis pas convaincu.

   Anonyme   
4/6/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bien aimé ce court poème pour ses images.
Il y a comme une violence tue, comme si quelque chose allait éclater.
Les deux derniers vers sont superbes.

   Lulu   
4/6/2016
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour bolderire,

pour ma part, je n'ai pas du tout aimé ce poème qui ne me fait naître aucune image. Or, il semble que vous misiez sur cela avec si peu de mots. Pour moi, ça ne marche pas du fait du vocabulaire choisi.

Tout d'abord, je me suis arrêtée sur "le zeste des astres". J'ai essayé en vain de me représenter la chose, mais j'y ai passé trop de temps. J'aurais aimé de la fluidité, que cela m'apparaisse à la première lecture (ou le deuxième). De plus, je n'aime pas du tout les sonorités de ces mots. Trop de zzz et de sss.

De même, je me suis interrogée sur "il glisse tes spores". Que vouliez-vous dire par là ? Pour moi, les spores renvoient aux champignons... Du coup, la strophe entière s'en va dans l'incompréhension, même si la lumière y apparaît avec "l'air est lumineux".

C'est un point de vue singulier ""naître / à l'encre des soirs maudits") et cela se respecte, mais je n'ai rien ressenti du fait de ne pas percevoir d'aurore clairement, quelle qu'elle fut.

   Pimpette   
4/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
OUI!

Sur un sujet banal une bonne réussite!

Un bol de plaisir dès le matin pour le lecteur!:-))

"naître
à l'encre de soirs maudits
abreuver le bassin des mots""

ces mots là sont de ma famille!
Merci!

   PIZZICATO   
4/6/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Je dois dire que les images de ce court poème ne m'ont pas séduit.

< j'embrase la fureur des cités > seule celle-ci a retenu mon attention.

" désarçonne des dieux sans glaive " je ne saisis pas le sens..

   plumette   
4/6/2016
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour bolderire

Ce texte illustre ma limite lorsqu'il s'agit de poésie,
pas d'image pour moi, pas de musique ( sauf peut-être avec le zeste des astres) , de la perplexité car le sens m'échappe complètement.
Je ne décolle pas, dommage!

Plumette

   louvegothique   
4/6/2016
 a aimé ce texte 
Bien
J'avoue à la première lecture, je n'ai pas été séduite! Mais après relecture.... Seulement, je ne suis pas sûr de bien comprendre... "l'arche vagissante" je vois la naissance et le nouveau né...
"les spores", les fines particules dans l'air? mais aussi peut-être les chromosomes qui nous constituent?... Désolée, si j'interprète mal...

   Pouet   
4/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bien aimé. Beaucoup même. De belles images, fortes. Que de "l'original" ai-je trouvé. Donc j'aime. Mon seul regret: un peu court.

   Anonyme   
5/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quand j'ai lu votre poème hier, il ne m'a pas parlé. Et ce matin, tranquillement, sereinement, malgré les nuages, j'ai entendu ce qu'il voulait bien me dire..
Par contre, je serai passer de renaître à aurore, et j'aurai supprimer la strophe Vois... vagissante. Perso, elle fait tâche, et sans elle, votre poème aurait eu plus de force.
Car vos poèmes sont philosophiques, et ce sont avec peu de mots, que vous arrivez à transporter l'esprit, vers cette imagination unique, abstraite, dont le ressenti est primordiale, pour en apprécier la lecture.

Vos deux derniers vers sont somptueux. Ils nous amènent à rester humble.

   Lylah   
13/6/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Court, concis, avec de belles images qui parlent vraiment.
J'ai juste un petit recul sur "choir" que je trouve peu harmonieux en sonorité par rapport au reste...

Un grand plus pour les deux derniers vers, magnifiques !

   MissNeko   
16/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Très beau poème court et percutant.
J ai apprécié le choix des mots et le rythme du texte.
Un beau moment de lecture.

   Sodapop   
19/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très beau poème surréaliste. On dirait presque que ce texte a été composé en écriture automatique. J'adore ce côté décalé qui laisse place à l'imaginaire de chacun. Différentes personnes peuvent se l'approprier et en ressentir des choses totalement différentes. Le piège est que parfois, cela peut ne rien provoquer chez certains lecteurs. Mais ceux qui se sentiront touchés seront emmenés très loin, du côté des rêves... Bravo pour le côté spontané de ce que tu as ressenti, à l'instant où tes synapses ont guidés ta plume... ;-)


Oniris Copyright © 2007-2020