Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
CDV : Les petits bonheurs
 Publié le 21/11/15  -  14 commentaires  -  863 caractères  -  407 lectures    Autres textes du même auteur

Prendre le bonheur en patience.


Les petits bonheurs



Prendre le bonheur en patience
Au creux du matin qui s’avance
Au vol des oiseaux qui défilent
Sur l’horizon en longues files

S’enivrer des gouttes de pluie
Qui réveillent les joues réjouies
Vagabonder au gré du vent
Là où le ciel est plus vivant

Cueillir les fleurs d’imprévisible
Le long des chemins invisibles
Humer les senteurs de la terre
Aux éclaboussures éphémères

Abandonner les souvenirs
Se délester de l’avenir
Chercher le secret au présent
En soi et par soi seulement

S’émerveiller sans retenue
Aux rencontres d’inattendu
Quand les plaisirs d’étonnement
Butinent le nectar du temps

Puis serrer l’aube sur son cœur
Et désirer l’amour à deux
Pour goûter le pas du bonheur
Au rire brûlant de ses yeux


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Vincendix   
2/11/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Les petits bonheurs font les grandes joies !
Prendre le bonheur en patience, une philosophie qui me convient.
Il faut les saisir quand ils passent, ces petits bonheurs, ils ne reviennent pas toujours.
Ils faut aussi les chercher car ils se cachent parfois dans les "fleurs de l'imprévisible, sur des chemins invisibles"
De jolis quatrains frais comme la rosée du matin, agréables à butiner, voilà un réel petit bonheur. Je crois me souvenir qu'un chanteur Québecois en avait un à son répertoire...

   cervantes   
2/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je n'adhérerai jamais au manque de ponctuation mais il faut bien reconnaitre que pour une fois dans ce poème, il ne se fait pas trop sentir tant la composition et les images suggérées sont agréables et musicales. Les enchainements se font naturellement, bravo!
De nombreux très jolis vers et une très belle célébration du carpe diem.

Merci beaucoup pour ce partage.

   bipol   
5/11/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
S’émerveiller sans retenue
Aux rencontres d’inattendu
Quand les plaisirs d’étonnement
Butinent le nectar du temps

Puis serrer l’aube sur son cœur
Et désirer l’amour à deux
Pour goûter le pas du bonheur
Au rire brûlant de ses yeux

émerveillé

bonjour

je suis émerveillé

il faut lire beaucoup de textes

avant d’atteindre l'émerveillement

vous nous faites visiter votre jardin secret

empli de belles choses

de trouvailles magnifiques

c'est un enchantement

j'ai adoré

   Miguel   
21/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
De vraies images, une fraîcheur, une joie de vivre qui sont un beau travail en soi, et qui sont particulièrement opportunes par les temps qui courent ; ça fait du bien ; le bonheur est une chose simple et délicieuse comme ce poème.

   Lulu   
21/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour CDV,

j'aime beaucoup votre poème qui nous exhorte à "prendre le bonheur en patience". Par les temps qui courent et notamment en cette période où l'on entre progressivement dans la saison froide hivernale, je trouve que ces mots font beaucoup de bien.

J'aime bien vos images et vos jeux de mots "au creux du matin qui s'avance"... etc.

Ecrire à partir de verbes à l'infinitif n'est pas original, mais vous y adjoignez les oiseaux, les fleurs... bref, tout ce qui émerveille en nous de façon douce et simple.

Il n'y a que du positif dans ce poème frais et doux à la fois. Je ne peux que souhaiter qu'il soit contagieux !

Merci pour cette lecture rafraichissante et au plaisir de vous lire à nouveau.

   Hananke   
21/11/2015
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour

L'énumération de ces petits bonheurs me semble quelque peu
banale sauf peut-être le dernier quatrain qui fait preuve
d'originalité.
autrement, regarder les oiseaux, la pluie (merci bien), les fleurs,
et ainsi de suite, ne me change pas du quotidien.

Prenons ce texte gentillet, un brin enfantin, comme une volonté
de retour aux sources.

Non, je ne vois rien de bien surprenant dans ce poème.

   PIZZICATO   
21/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
" Prendre le bonheur en patience " voilà qui est bien trouvé.
Redonner de l'importance aux choses simples de la vie, tout à notre portée et "s'enivrer" de ces petits bonheurs.
" Abandonner les souvenirs
Se délester de l’avenir
Chercher le secret au présent " oui, cueillons le jour présent.

   Anonyme   
21/11/2015
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour CDV,

'Les petits bonheurs' que je viens de lire ne m'en procurent aucun de vraiment poétique.
En soi le sont-ils probablement, mais exprimés de la sorte, ils restent pour moi, muets.
Les images à mon sens sont trop 'à plat' pour créer un effet poétique.
Je trouve aussi que la facilité consistant à employer l'infinitif en début de chaque strophe, alourdit l'ensemble ou tout au moins le prive de rythme.
A vous lire

   Anonyme   
21/11/2015
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour,
"Le matin,les oiseaux, quelques gouttes d'eau, le vent, le ciel vivant, fleurs, chemins, senteurs de la terre, éclaboussures,..." les ingrédients...
"Prendre, s'enivrer, vagabonder, cueillir, humer,..." la confection...
Ne dirait-on pas là une recette ?
La recette du bonheur, plein de petits bonheurs pour s'en faire un gros ? Pourquoi pas, c'est si facile, c'est si banal...
Je ne retiendrais que cela de vos énumérations de jolies images : "Abandonner les souvenirs
Se délester de l’avenir
Chercher le secret au présent"... Juste cela peut créer ce bonheur, et tout le reste, comme disait quelqu'un de célèbre dont j'ai oublié le nom, n'est que littérature ( ou se veut littérature).
Désolé, c'est un rien trop léger pour moi.

   papipoete   
21/11/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour CDV, bonheur à savourer, du plus petit jusqu'au plus merveilleux; comme une pâquerette, dont chaque pétale évoque un " je t'aime... ", prenons le temps de ne pas nous hâter de gâcher le plaisir!
Et surtout, avant d'être seul avec un miroir pour ami, goûtons à deux la vie...
Ah, la ponctuation!!!

   Anonyme   
21/11/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Bonsoir

Finalement le bonheur faut pas le rêver trop grand il est fait de tout petits riens .....comme le montre bien votre poème !

C'est simple , sans prétention ,...peut-être aurai-je aimé un peu plus de profondeur, mais lorsqu'on est heureux ,faut-il de grands mots pour le dire ?

Merci

   Anonyme   
22/11/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Je vais de strophe en strophe, de merveille en merveille, portée par vos mots qui me comblent, amassant richesse sans nom, je partage pleinement cette vision de la vie, en communion avec la nature, qui nous apporte chaque jour son lot de ces "petits bonheurs", il faut savoir s'émerveiller de cela sans retenue, toujours à l'écoute du moindre frisson de vie, sentir, goûter, toucher, voir, observer, se laisser guider, porter et transporter au-delà, toujours plus loin avec un rien qui devient un tout, mais rester humble, la vie qui bat en tout, s'offre de battre plus fort alors en nous.

J'aurai pu retranscrire ici tout votre écrit, mais je retiendrai ces deux strophes :

"Abandonner les souvenirs
Se délester de l’avenir
Chercher le secret au présent
En soi et par soi seulement

S’émerveiller sans retenue
Aux rencontres d’inattendu
Quand les plaisirs d’étonnement
Butinent le nectar du temps"

   Francis   
24/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ces petits bonheurs renferment les secrets du bonheur: savoir encore s'émerveiller avec une âme d'enfant, vivre en harmonie avec la nature qui nous offre tant de richesses, vivre l'instant présent intensément, et puis comme le dit la dernière strophe aimer, se perdre dans le regard de l'autre. Je partage avec plaisir vos petits bonheur !

   Curwwod   
27/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaucoup ce texte aussi simple que la philosophie de la vie qu'il propose. Un rythme fluide, dansant, des images à la fois simples et très évocatrices, une sincérité attachante dans le ton comme dans l'écriture. C'est une réussite.

j'aime particulièrement :
"Cueillir les fleurs d’imprévisible
Le long des chemins invisibles..."
"Abandonner les souvenirs
Se délester de l’avenir
Chercher le secret au présent
En soi et par soi seulement..."
"Puis serrer l’aube sur son cœur
Et désirer l’amour à deux"


Oniris Copyright © 2007-2019