Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
cervantes : Ton cœur est innocent…
 Publié le 19/07/15  -  12 commentaires  -  712 caractères  -  276 lectures    Autres textes du même auteur

Malgré le temps, le cœur n’oublie jamais un premier amour…


Ton cœur est innocent…



Ton cœur est innocent du temps qui le malmène.
Il bat, stoïque et fort, les coups du désespoir,
Sans deviner tapi derrière le miroir
Le sombre balancier du destin qui l’entraîne.

Dans la brume des ans s’évapora sa haine
Des fantômes chéris qui n’avaient voulu voir
Ni ses plaies ni sa croix, qui hantent le couloir
Glacé de l’abandon et dansent sur sa peine.

Aveugle désormais aux couleurs de l’instant,
Il n’oubliera jamais l’éternelle promesse
De l’amour noir et blanc de sa prime jeunesse,

Et dans la nuit qui vient, il s’endort palpitant
Au souvenir vivant et lointain d’une histoire
Toujours inachevée au fond de sa mémoire…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bipol   
23/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Et dans la nuit qui vient, il s’endort palpitant
Au souvenir vivant et lointain d’une histoire
Toujours inachevée au fond de sa mémoire…

c'est un amour vivant

qui compte tant pour lui

que cette nuit encore

son âme en est troublée

vos images nous font revivre cette passion

car pour moi il s'agit d'une passion

plus qu'un amour de jeunesse

j'ai beaucoup aimé votre texte bien construit

   lala   
3/7/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Le coeur, c'est juste un métronome étranger au destin qui décide, un organe vital. Le coeur, c'est aussi le siège des émotions, qui peut recevoir un choc de haine, ou un sursaut d'amour. Je lis "il s'endort palpitant" "au souvenir vivant" et je comprends qu'il s'endort vivant au souvenir palpitant, ce souvenir d'amour qui ne l'a jamais quitté.

   Hananke   
19/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour

Oui, je suis bien d'accord avec l'incipit, c'est déjà ça.

Après un premier quatrain de, ma foi, bonne facture, je trouve
vraiment que le second n'est pas à la hauteur.
C'est dommageable de couper par un rejet le :
qui hantent le couloir glacé de l'abandon.

Je pense que c'est plus la construction du quatrain qui, indéfinissablement, me dérange.

Par contre l'auteur nous offre deux très bons tercets.
J'aime bien le :
De l’amour noir et blanc de sa prime jeunesse
et le :
Toujours inachevée au fond de sa mémoire…

Au final, je crois, personnellement, qu'une légère refonte
du second quatrain donnerait plus d'éclat et pourrait ouvrir la voie au sonnet classique.

   Lulu   
19/7/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

j'ai été un peu gênée dans ma lecture par "les coups du désespoir". Je ne comprends pas, en effet, la place de cette expression dans la phrase. C'est une question de syntaxe.

Indépendamment de cela, j'ai bien aimé ce poème qui trace le chemin d'un coeur éprouvant encore. Cela me rappelle des choses. Il est vrai qu'on n'oublie pas son premier véritable amour...

Le dire sous l'angle du coeur qui parle en toute innocence est originale. Il est vrai qu'un coeur est innocent. Il éprouve qu'on le veuille ou non.

   papipoete   
20/7/2015
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour cervantes; Les coups du désespoir malmènent votre coeur au fil du temps qui passe et que le balancier du destin entraine sans cesse.
Abandonné par ce fantôme chéri, vous ne voyez plus la vie autour de vous, qui s'écoule; seul vous importe le souvenir de cette promesse non tenue, d'un amour éternel.
Chaque soir, votre mémoire se réveille sur la même pellicule; le film de votre drame en noir et blanc démarre au sombre de votre chambre, avant que palpitant, vous vous endormiez.
Bémol; le poème commence par " ton coeur est innocent..." et le premier quatrain parle de lui; or, les autres strophes semblent parler du héros que vous ne faites pas entrer en scène?
Je me trompe peut-être?
Le premier tercet est mon passage préféré.

   PIZZICATO   
19/7/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
" Un premier amour ne s'oublie jamais
.... Dans d'autres amours toute sa vie on court après " Belle chanson de Isabelle Aubret.
Ah, le premier amour ! Souvenir indélébile d'une vie.

Je trouve à ce poème un style un peu grandiloquent pour le sujet. Mais ce n'est bien sûr qu'un goût personnel.
J'ai plus apprécié le dernier tercet.

   Robot   
19/7/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Le premier vers est très expressif et d'une superbe fluidité.

Pour la compréhension le second vers passerait mieux construit ainsi: - Stoïque et fort il bat les coups du désespoir, -

Si le premier quatrain et les tercets m'ont été agréables, le second quatrain me paraît d'une construction et d'une rédaction lourde, aggravées par un défaut de ponctuation. Une trop longue phrase qui ne permet pas de respirer.

Mais un poème que j'ai eu plaisir à lire.

   angelina   
19/7/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Cervantes ,
Le destin éloigne parfois ceux qui s'aiment et décide du chemin qu'ils ont à parcourir .
"To coeur est innocent du temps qui le malmene ."
L'amour ne connaît ni la raison ,ni le temps qui s'écoule , il est intemporel
"Aveugle désormais aux couleurs de l'instant
Il n'oubliera jamais l'éternelle promesse
De l'amour noir et blanc de sa prime jeunesse ."
Un premier et grand amour qui s'inscrit avec passion ,et pour l'éternité dans une histoire inachevée mais trés présente au fond de sa mémoire .
J'ai aimé passionnément votre texte

   Anonyme   
20/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir Cervantes !

Personne n'est maitre de son cœur ....il nous joue bien des tours !
Même si l'histoire reste inachevée elle a eu le mérite de faire palpiter ce cœur un peu plus vite , et avec le temps , les souvenirs ont tendance à s'enjoliver
j'aime bien les émotions par lequel il passe , tout d'abord la haine qui s'estompe au fil des ans , la peine et enfin l'apaisement !

particulièrement touchée par le dernier tercet !

   TheDreamer   
21/7/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un sonnet sur des rimes ABBA ABBA CDD CEE.

Ce qui empêche la classification en classique se trouve au 3e vers du 2nd quatrain : le mot "plaies" avec sa terminaison "ies" dans le corps du vers, interdit (sauf à la rime) de le classer ainsi.

Dans les quatrains, le poème nous parle d'abord qui lutte contre les coups du sort et le 2nd qui pardonne à ceux qui l'ont blessé.

J'aurai bien vu "les coups du désespoir" entre deux tirets. Puisqu'il me semble que la logique du propos après "Il bat, stoïque et fort..." reprend au 4e vers avec "le sombre balancier...".

Les vers 4 et 5 font s'entrechoquer deux idées contraires. On y trouve le mot "haine" auquel fait suite "des fantômes chéris".

Les tercets quant à eux parlent des sentiments que celui-ci ressent. L'idée qui ouvre le 1er tercet me semble en contradiction avec la suite du poème. L'auteur nous dit que désormais "il est aveugle aux couleurs de l'instant" (donc il ne se laisse plus désarçonner par ses sentiments du moment), et tout de suite après, il annule ce vers parlant d'oubli en disant "qu'il n'oubliera jamais...".

   Pussicat   
21/7/2015
"Ton cœur est innocent"... et doublement ! j'allais pour envoyer mon commentaire quand soudain : Pchhiiitttt : plus de connexion... quelques secondes ont suffi pour jeter à la poubelle mon sentiment, mon ressenti mon....
argh ! on s'en fiche, là il est question de choses graves, de peines de coeur - au singulier ! de peine de coeur, l'incipit est clair :

"malgré le temps, le coeur n'oublie jamais un premier amour"

Ah le premier amour, la première flèche, le premier pinçon, la première larme, le premier frisson, la première dèche, et le grand désert, dépose les armes et apprends sans recours...

Le texte a du rythme et une musique. C'est indéniable.

Le premier quatrain, écrit au présent, dessine les contours de ce qui attend le personnage, l'à-venir, dans un mode passif : "Ton cœur est innocent du temps qui le malmène. "
ce n'est pas lui qui commande /"innoncent "/, le coeur est présenté sous les traits d'une mécanique qui " bat, stoïque et fort, les coups du désespoir," sans savoir qu'il est observé comme un suspect - comme une proie ? derrière une vitre sans tain.

Le second présente un ici et maintenant pas très réjouissant.
Le personnage se rappelle ses amours défuntes/ "fantômes chéris"/, ses amours aveugles... la "haine" fait son apparition... la "haine" mangée rongée par les ans... et la rancoeur, peut-être ?...
mais pourquoi cette victimisation ?
Pourquoi devenir martyr ?
"Des fantômes chéris qui n’avaient voulu voir
Ni ses plaies ni sa croix, qui hantent le couloir
Glacé de l’abandon et dansent sur sa peine."

A t-il été malheureux en amour toute sa vie durant ?
Ces amours ratées sont-elles ces "plaies" ?
Ce fardeau est t-il sa croix ?
Ce pauvre hère collectionne t-il les râteaux au point de se faire martyr de l'amour ?
Oh, oh, martyr de l'amour...

Arrive la fin, les deux tercets, arrive le temps présent et la fin de tout /"Aveugle désormais aux couleurs de l’instant,"/

le personnage recouvre les couleurs de la vie des cendres du passé/" De l’amour noir et blanc de sa prime jeunesse,"/en s'endormant seul dans son lit...

avec le "lointain"-souvenir-"d’une histoire/Toujours inachevée au fond de sa mémoire"...
histoire qui demeurera inconnue aux yeux du lecteur.

"malgré le temps, le coeur n'oublie jamais un premier amour"

Lequel ?

Une belle écriture, un style, un rythme et une musique agréables qui ne respectent pas l'incipit... je suis restée sur ma faim...
Que des généralités, rien de concret qui porte l'émotion, qui touche au profond.

À bientôt de vous lire,

   Vincendix   
10/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'était bien de choisir un sonnet pour évoquer ce souvenir qui, au fil du temps, s'estompe pour ne devenir qu'une ombre.
Nostalgie, regrets, que serait devenu ce premier amour s'il avait duré plus longtemps et même toute la vie?
J'ai bien aimé et retrouvé des sentiments qu'il m'arrive d'éprouver.


Oniris Copyright © 2007-2019