Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Concours : Noir Abel [concours]
 Publié le 02/10/20  -  4 commentaires  -  1148 caractères  -  102 lectures    Autres textes du même auteur

Thème : J'irai cracher sur vos tombes.


Noir Abel [concours]



Ce texte est une participation au concours n°29 : Histoire de tombes et poésie de poussière...
(informations sur ce concours).





Je te revois mon frère, amoureux et serein,
Des roses à la main, des couleurs plein les yeux,
Marchant droit dans la rue sous le nez des envieux,
Des lâches, des salauds, dignes fils de Caïn.

Les porcs se sont lâchés et t'ont saigné à blanc
Sur le bitume gris des abonnés absents.

Je te venge mon frère et pour eux c'est la fin,
Le cauchemar tant craint de la colère noire,
Le début de l'enfer sans case purgatoire
Ni d'abri pour cacher leurs âmes du malin.

La lune s'est levée, je pars le ventre vide
Retrouver ma victime au sexe encore humide.

Nous ne serons jamais considérés égaux
Ni même autorisés le soir à inviter
Notre voisine blonde au bal des pompiers
Sans déclencher le feu, les croix et les marteaux.

La terre est rouge sang et je crache dessus.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
12/9/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Effrayant ! J'apprécie la manière, sèche, efficace, pas un mot de trop mais la rage est palpable. Le détail sur le sexe encore humide de la victime du frère vengeur est particulièrement glaçant parce que laissant la porte ouverte à l'interprétation : le vengeur a-t-il tué et émasculé l'assassin de son frère ou bien, emporté par la folie, est-il allé jusqu'à violer la femme blanche ? Le dernier vers clôt parfaitement à mon avis.

Mon évaluation reflète mon appréciation de la forme et ma réticence devant le propos, tant la spirale de la violence en général m'atterre.

   Lebarde   
17/9/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Très beau poème parfaitement dans l’esprit de l’oeuvre de Boris Vian qui développe avec tact, fluidité et finesse le sujet du roman qui est subtilement résumé.
L'écriture est précise , simple, mesurée mais terriblement efficace.

J’ai bien aimé le premier quatrain, et puis cette expression « colère noire » a double sens parfaitement dans le ton du propos et du message à retenir.
Au vu de ce qu’on m’a proposé de lire jusqu’a aujourd’hui, je vois là un sérieux candidat au podium.... mais j’ai relevé un vers bancal
«  Notre voisine blonde au bal des pompiers » ( onze syllabes sauf diérèse un peu forcée) et puis ces rimes «  blanc/absents « et « inviter/pompiers » que pourtant le neo-classique accepte.

Dommage, dommage, dommage, trois fois dommage.
Pour moi vous méritez des lauriers.
Bonne chance.

En EL
Lebarde

   Angieblue   
3/10/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime bien ce texte sur la vengeance qui rend le justicier plus monstrueux que les premiers pécheurs et meurtriers.
La spirale infernale de la haine et de la vengeance...

J'aime bien l'insolence et la cruauté du vocabulaire qui se fait à la hauteur de la violence dénoncée.

C'est un texte qui bouscule et met mal à l'aise, mais vous avez parfaitement illustré le style et le thème demandé: "J'irai cracher sur vos tombes".

En effet, on ne s'attend pas à un style bisounours.

J'ai quand même préféré la première moitié.
"La victime au sexe encore humide", ça me met mal à l'aise car je pense au viol. C'est quand même osé. La bête pouvait se contenter de venger son frère des crimes cités plus haut.

La chute est bien réussie:
"La terre est rouge sang et je crache dessus."

Une apologie du mal dans toute son horreur!

   papipoete   
2/10/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour
Alors que ton bonheur était pour eux insupportable, ils t'ont massacré...du haut de leur masculinité !
Je n'a pu rester de marbre, t'ai vengé en souillant une de leurs femmes ! Cela ne nous donnera pas plus de droit " à la différence ", mais au moins ces porcs connaîtront le chagrin.
NB c'est ce que je comprends, à travers vos lignes d'une grande cruauté ( un homo tué, que son frère venge en violant une des leurs )
Certes ma vision est bien loin du " 4e chapitre de la Génèse ", mais mon scénario peut se concevoir ?
Loi du Talion, éternel questionnement !
ça cogne fort dans ma tête, en vous lisant !


Oniris Copyright © 2007-2020