Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
David : La guerre de Toi
 Publié le 14/07/08  -  5 commentaires  -  684 caractères  -  67 lectures    Autres textes du même auteur

Un article archéologique relatait la découverte d'un aqueduc souterrain en Turquie, dans la région supposée de la cité de Troie, il y a quelques années. Je le rapporte homèriquement.


La guerre de Toi



J’ai pris par l’aqueduc souterrain
Sur pas loin de trois cents kilomètres.
Je parle hittite et un peu le hun
Au guide en ce tunnel sans fenêtre.

La ville n’a pas fait un geste à l’aube
De nos yeux retrouvant son demain ;
Rues, remparts, et puis hommes en robe,
Des bûchers allégeaient leurs défunts.

La plage est emplie de Mycéniens
Cocus et par ailleurs, sanguinaires ;
Des lépreux sont mordus par des chiens,
L’ambiance est coincée de militaires.

J’ai une trotte avant la première herse
Car ici l’alphabet tonne en loi ;
Portes et sentinelles à verse,
Je viens pour voir ce cheval de bois.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   belaid63   
14/7/2008
 a aimé ce texte 
Bien
joli reportage en rimes
du bel ouvrage
belaid

   Melenea   
15/7/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Etrange ambiance que ces vers qui décrive à mon entendement une douleur, au travers de clichés mythologiques... Le cheval de bois est symbole de traitrise et avec le titre, j'ai pensé à une trahison amoureuse, des explications, des douleurs... mais j'avoue que ce n'est que mon interprétation...
J'aime bien

Mél

   Anonyme   
15/7/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ben ... je surssois sur et sous ce champ sémantique, je m' incline dans les coqueliquots, car j' ai mon p'tit coeur tout mou devant, ou sous, tant d' essence et de kilomètres.

Gaffe, david, y' a le cheval de Troie, ( pas TROIS, hein, entendons nous bien ! ) eh ben c' est comme un big brother qui va te-me je-nous ficher.

Finalement, je surssois pas, je te taille de ma notation très subjective et extracongugale ...

   cyclo   
16/7/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
pas mal du tout, plein de réminiscences, ça me parle...

   Anonyme   
24/7/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai beaucoup beaucoup aimé. Le ton grave, le verbe précis, la sensibilité, et ça : "Je viens pour voir ce cheval de toi".


Oniris Copyright © 2007-2018