Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Davide : Rose bleue
 Publié le 06/02/19  -  10 commentaires  -  713 caractères  -  324 lectures    Autres textes du même auteur

En hommage aux roses bleues parties trop tôt, qui n’ont pas su trouver ici-bas un regard d’amitié.


Rose bleue



Enfant nue de Cythère à couronne d’épines,
Née de l’aube muette et d’un bris de diamant
Je revêts mon collier en bleu de firmament,
Une averse a fleuri ma terre clandestine.

Je me suis tant éprise, en fausse colombine,
Du rêve d’un beau soir et d’un prince d’Oman,
Mais ne suis-je pour vous qu’une rose qui ment ?
Sur ma robe, une teinte trop bleue dodeline.

Un vent de blâme court sur ma silhouette fine,
Étrangère, apportant un doux cœur d’orpheline,
J’ai perdu ma lueur au jeu de vos griefs.

De paroles flétries en grains de nicotine
Je récolte la haine au joug de votre fief,
La mort, de ma corolle, effeuille la patine.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Gabrielle   
23/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un très bel hommage rendu par ce sonnet qui met en avant le talent de l'auteur(e) à travers une fibre poétique riche et féconde.

Les métaphores sont subtiles.

Le texte transpire de la fibre poétique de l'auteur(e) et ne laisse pas indifférent.

L'auteur(e) sait émouvoir et faire partager cet hommage rendu aux"roses bleues".


Merci à vous pour ce partage.


Au plaisir de vous lire.

   Vincente   
6/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je ne sais pas s'il y a un sens caché derrière cette rose bleue, mais ce dont je suis sûr c'est que ce poème m'a beaucoup plu.

Délicatesse et élégance, incarnation subtile de cette fleur/enfant gracile qui n'a pas pu trouver l'amour du grand nombre des fans. Fans ainsi fanés avant qu'elle n'ait pu affirmer l'évidence de sa beauté.

Edit: Séduit par la grâce de ce texte, j'ai eu envie de découvrir d'autres productions de l'auteur. J'ai du coup vu que je l'avais déjà lu (et commenté) par deux fois, mais avais oublié son nom. Ainsi son contexte personnel me propose une compréhension sous un nouveau prisme. Cette maman disparue serait cette rose à la vie écourtée, j'ai trouvé que tout se tenait dans cette métaphore, une métamorphose. Que ce soit écrit de façon subliminale ou très délibérément, dans les deux cas, c'est très réussi et touchant.

   papipoete   
6/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Davide
je suis une rose bleue, donc artificielle puisque cette teinte n'existe pas...je rêvais pourtant qu'on me considérât et qu'un Prince Charmant se pâme pour moi ; il n'en sera rien, puisque je ne suis pas !
Plutôt que des " oh, des ah qu'elle est belle ", on me blâme et se détourne de moi !
NB une belle écriture qui sied à cette orpheline, fausse colombine dont les épines sont la seule véritable parure !
le 9e vers et ses 13 pieds vous ont empêché le " néo-classique " ?

   PIZZICATO   
6/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La nature nous offre des fleurs qu'elle a conçues. Sachons les apprécier telles qu'elles sont, sans leur faire subir nos fantaisies et caprices d'humain.

Nonobstant cet aparté, j'ai trouvé l'écriture très élégante, portée par de belles images.

Cette fleur mal aimée est-elle la métaphore de la beauté artificielle ?

   STEPHANIE90   
6/2/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour Davide,

c'est l'une de plus belles poésies que j'ai lu ici depuis mon arrivée. Une poésie qui vous perce le cœur et dont la délicatesse ne peut que me toucher.
L'ensemble de vos vers est tellement harmonieux qu'il m'est impossible de ne pas les citer tous.

Vous trouverez pour vos prochaines publications une lectrice fidèle, un grand merci pour la lecture,

StéphaNIe

   senglar   
6/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Davide,


J'aime ce sonnet, d'emblée. La facture en est belle :)

Je ne savais pas qu'il existât des roses bleues, Wiki m'a confié qu'elles s'appelaient Delphine ;)

J'ai du mal à frisotter un sens quant à cette jolie Delphine, je l'admire pourtant sans trop la connaître. Bleu de Sèvres, bleu de Chine, est-il besoin de connaître le secret de leur fabrication pour se pâmer ? Je caresse ces vers comme on caresse une porcelaine... Brillance du regard. Attention fragile ! Délicat ! Ornementé !


Je lis maintenant les autres commentateurs pour voir s'ils donnent des clefs...

Hum...

Je vais suivre le conseil de Vincente et aller lire vos autres textes. J'ai entrevu un début de cheminement mais je me casse la figure sur les grains de nicotine ; oui je chemine mais je n'arrive pas à boucler. Pureté d'un amour qui s'étiole avant que d'être né. Rose toujours orpheline.
Ô Delphine faut-il que tes couleurs s'effacent !
Ô paria !


Senglar

   VictorO   
6/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poème original de par son thème et sa forme, qui donne la parole à la rose.

De belles associations : "Née de l'aube muette et d'un bris de diamant"?

"Du rêve d'un beau soir et d'un prince d'Oman"

   Hubert   
7/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Vénus née de l'émasculation de son père (bris d'un diamant), dans les eaux de Cythère.

Je veux penser que l'auteur, émule de Verlaine, et de Baudelaire (Voyage à Cythère), parle des amours non partagées, impossibles (rose bleue).

Après avoir définit le thème, j'ai trouvé le fil conducteur. Ainsi, pour moi, ce poème a un sens, que l'auteur réfutera, sûrement.
Mais comment peut-on apprécier de si belles images, vers et mélodie, sans en comprendre le sens ?
Mon scénario (tangible) fait que ce poème devient splendide.

J'aurai juste préféré TEMPS à MORT au dernier vers.
Mon appréciation sera "beaucoup", car il n'y a pas de transition avec passionnément (qui est irréaliste).
Pour ledit scénario, on pourrait en discuter en MP.

   Davide   
10/2/2019

   solo974   
27/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Davide,
J'aime beaucoup votre sonnet.
Le titre m'a d'emblée séduite par son originalité.
J'ai en outre apprécié que le champ lexical de la souffrance ("épines", "aube muette", "bris", "fausse colombine", "ment", "blâme", "perdu", griefs, "flétries", "haine") soit très développé, car cela confère à votre texte une grande unité poétique.
La chute m'a également plu.
Merci pour cette belle découverte et excellente continuation à vous !


Oniris Copyright © 2007-2019