Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
dom1 : Extraits d'horizons...
 Publié le 26/09/17  -  10 commentaires  -  918 caractères  -  131 lectures    Autres textes du même auteur

L'horizon forme une limite. Celle que l'on voit, au lointain.
Il y a aussi ce que l'on imagine derrière cette limite qui apparaît comme une nébuleuse dans laquelle nos pensées s'engouffrent pour tenter d'y percevoir l'avenir...


Extraits d'horizons...



Le temps est si long
celui qui me sépare de toi
qui me donne le vertige
de vivre sans ta peau
sans tes lèvres, ni tes mains
et pire, sans tes yeux

Le temps est si court
celui qui me lie à ta vie
qui me donne le vertige
de le vivre sans toi
sans tes rires, ni tes mots
et pire, sans ta joie

Qu'y a-t-il de plus lourd
dans cet amont de bris
qui nous conduit ici
par le fait du hasard
ou peut-être des choix
ou encore de nos voies ?

Qu'y a-t-il de plus léger
dans ces lits à ressorts
qui nous lancent au plafond
par le fait du plaisir
ou bien aussi des rires
ou bien encore des mots ?

Que ce temps est si court
lorsque le jour se lève
lorsque les amants sourds
à l'idée de trépas
s'embrassent encore une fois
afin de s'aimer pour toujours


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Proseuse   
6/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

Un poème bien agréable à lire, tout simple et tout ... amoureux!
Parfois la poésie n' est pas plus " compliquée " que cela et c' est rafraîchissant !
Merci pour ce partage
à bientôt de vous lire

   Alcyon   
13/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour

une approche sur la vision de l'amour
et la perception du temps
qui sonne comme une piqûre de rappel

dans l'ensemble les images sont déjà vues
par contre j'aime beaucoup
"Qu'y a-t-il de plus léger
dans ces lits à ressorts
qui nous lancent au plafond
par le fait du plaisir"

j'aurais supprimer le peu de virgule
à chacun d'y mettre son souffle

merci pour ce partage

   Provencao   
15/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"Le temps est si long"
"Le temps est si court"....
Ces mots à eux-même forment cette limite de l'horizon.
Très poétique , cet horizon figure l'essence même de l'être; j' en ai aimé ,cette imaginaire porte de sortie hors du réel, un lieu de l'Imaginaire : un leurre, un vertige chimérique.

Jules Renard disait: « Regarder l'horizon, c'est regarder loin, mais c'est aussi regarder quelque chose de faux. » très bien assigné en vos mots, à mon sens :

"L'horizon forme une limite. Celle que l'on voit, au lointain.
Il y a aussi ce que l'on imagine derrière cette limite qui apparaît comme une nébuleuse dans laquelle nos pensées s'engouffrent pour tenter d'y percevoir l'avenir..."

J'ai beaucoup aimé la dimension de la rêverie dans ce concept imaginaire de l'horizon. On y retrouve en vos vers cette sublime confusion du rêve touchant le réel et l'irréel, avec l'ideal du flottement, comme:"Qu'y a-t-il de plus léger
dans ces lits à ressorts
qui nous lancent au plafond
par le fait du plaisir
ou bien aussi des rires
ou bien encore des mots "

Tres belle poésie sur les profondeurs de l'inconscient.
Merci de nous laisser croire à un horizon imaginaire que nous créerons en inventant un horizon propre à nous-mêmes.

Au plaisir de vous lire.
Cordialement.

   Queribus   
26/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour,

En ce qui concerne la forme, ce poème ressemble beaucoup plus à un poème "classique" par le nombre de "vers" (septains) réguliers; on retrouve même des rimes (toi-joie, bris-ici, choix-voies, plaisir-rires, trépas-fois) qu'à un poème" libre" mais pourquoi pas, après tout. Les mots et les phrases s'enchainent dans un mouvement de simplicité et de logique , ce qui en facilite la lecture.

Le fonds lui aussi traite de sujets très classiques mais sans tomber dans le pathos et le grandiloquent, le tout avec les mots de tout le monde.

Finalement, un poème plutôt réussi que j'ai lu avec plaisir.

Bien à vous.

   papipoete   
26/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour dom1,
Une évocation du temps qui s'écoule trop ou pas assez vite selon le moment de l'amour, ou de son attente .
NB le vers " qui me donne le vertige " est habilement répété en 2 strophes diamétralement opposées . Et le poids mis dans la balance " plus lourd/plus léger " pèse de toute son importance ! Le dénouement du récit clôt cette rêverie de belle manière .
" libre " dans ce poème me semble pencher davantage vers " contemporain " avec ses sizains parfaitement équilibrés !

   luciole   
26/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

J'ai trouvé votre poème simple et parlant. Touchant.
Merci.

   PIZZICATO   
26/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien
La perception du temps quand il s'agit de l'Amour. Long durant l'absence " Le temps est si long
celui qui me sépare de toi ", trop court lorsqu'il unit, comme le décrit bien la dernière strophe.

   Marie-Ange   
27/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime cette oscillation argumenté du long, court,
puis du lourd, léger.

Cela me convient tout à fait, vous narrez ces moments-là
qui donnent aux événements une durée en fonction
d'une émotivité nuancée.

Ce temps nous joue des tours, semble
ne pas être toujours identique, c'est perturbant,
mais tellement bien décrit dans votre texte ...
Le ressenti est là, évident.

Dans l'ensemble, écrit très intéressant, de plus
il a un côté "touchant", chacun peut y trouver
un peu de son vécu.

Juste un petit "reproche", un peu trop de "qui",
mais je reconnais aisément qu'il n'est pas facile
d'en faire abstraction.

   emilia   
27/9/2017
Ce paradoxe du temps à la fois long et court, léger et lourd… selon le vécu d’un couple désirant s’aimer pour toujours laisse douloureusement percevoir la crainte de la disparition de l’autre, le pire de l’absence, dans une présentation symétrique et en opposition qui traduit bien le propos sur les variations d’horizons l’espace d’une vie…

   jhc   
30/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Dom1,
lecture agréable et fluide.
pas de véritable nouveauté dans ces ressentis paradoxaux mais une manière profonde et sincère.
Je trouve la fin touchante dans sa maladresse, et tellement vraie.
L'impression générale est rafraîchissante.
jh


Oniris Copyright © 2007-2017