Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
dom1 : On se reconnaîtra...
 Publié le 18/10/17  -  6 commentaires  -  724 caractères  -  123 lectures    Autres textes du même auteur

Chacun de nous a à faire avec ses fantasmes. Faut-il tenter de les vivre ? Les exposer au grand jour ? Les renier ? S'en débarrasser ?
Chacun de nous répond à leur puissance motrice à sa manière...
J'en expose un ici.
Ce qui le caractérise d'ailleurs, comme tous les fantasmes, ce n'est pas de plaire ou d'être aimé, c'est simplement d'exister...


On se reconnaîtra...



Tu auras franchi les barrières de corail
traversé le désert du Sinaï
grimpé sur les monts de l’Oural
nagé dans les eaux de l’Aral

Tu auras croisé trop de fêlés
lassée par leurs lits de goujats
par ces murs qu’ils voulaient tisser
pour piéger ton cœur à l’étroit

Tu seras en morceaux
de glaise et de roseaux
tant la vie t’aura nourrie
du meilleur et du pis

Tu seras belle à croquer
dans cette robe rouge fendue
qui mettra tes courbes à nu
posée sur des talons élevés

Tu riras de ton mieux
à mes mots ennuyeux
à ma blague tordue
à mon rire perdu

Et tu me souriras
On se reconnaîtra...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Robot   
2/10/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Le thème est intéressant mais il y a des erreurs de construction, surtout si on oralise le texte.

Par exemple:
"Tu seras belle à croquer
dans cette robe rouge fendue
qui mettra tes courbes à nu
posée sur des talons élevés"

A l'oral, si on ne sait pas que posée est au singulier on a l'impression que ce sont les épaules nues qui sont posées sur des talons élevés. Cette strophe irait mieux ainsi:

(Tu seras belle à croquer
posée sur des talons élevés
dans cette robe rouge fendue
qui mettra tes courbes à nu)

La poésie est aussi faite pour être dites, surtout quand elle utilise le tutoiement qui est porteur d'une parole.

   papipoete   
12/10/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
contemporain
Quand tu auras déjoué tous les pièges de ton long chemin, traversé des déserts, des sables-mouvant , me voyant sans que je te fasse un signe, tu me reconnaitras ...
NB je suis tenté de fredonner la musique de Francis Lalanne, en vous lisant, vos vers s'y prêtant parfaitement .
Des mots brodés de dentelle pour peindre cette femme venue de si loin, de nulle part, que la vie et les hommes ont maltraitée ( 3e quatrain ) et qui fera rêver l'auteur ( 4e quatrain )
papipoète

   wancyrs   
13/10/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quand on a aimé éperdument, qu'on a su pertinemment que l'être aimé était faite pour nous mais qu'en retour on a pas reçu à juste valeur l'affection de celui-ci ou celle-ci, et que par amour on l'a laissé aller vadrouiller un peu partout avec l'espoir qu'il ou elle nous revienne, alors on peut comprendre ce texte. J'ai aimé la simplicité de vos mots, leur franchise, cet absence d'orgueil face à l'être aimé(e) et cette immense compassion, cette compréhension sans borne... cette envie de reconnaître et de reprendre cette personne qui malgré la souffrance qu'elle nous a fait subir, on continue d'en pincer pour.

Votre texte me parle. Merci !

   PIZZICATO   
18/10/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La lecture de cette poésie m'a fait penser à << l'Enfant Prodigue >>, et auussi << La femme du boulanger >>

"Elle " aura voulu assouvir sa soif de vivre et de connaître.
"Tu seras en morceaux
de glaise et de roseaux
tant la vie t’aura nourrie
du meilleur et du pis "

"Et tu me souriras
On se reconnaîtra.. "

   Marie-Ange   
18/10/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Vos écrits sont comme un rendez-vous improvisé,
il y a l'émotion, l'inattendu, la découverte.

J'aime les maladresses de votre écriture, elles la rendent
encore plus attachante.

Pour moi, le premier temps fort de ce moment de lecture
se trouve dans :

" Tu seras en morceaux
de glaise et de roseaux
tant la vie t’aura nourrie
du meilleur et du pis "

Des mots qui me sont très parlants, je ne sais pas
si "On se reconnaîtra...", mais dans cette strophe,
moi je me reconnais, car chaque vie est faite ainsi ...

Le deuxième temps fort dans :

"Et tu me souriras
On se reconnaîtra ..."

Vous parlez des choses qui vous touchent avec sincérité et par ricochet cela nous touche à notre tour.

   fugu   
20/10/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Je suis assez intrigué par ce poème.
Le fantasme (si l'on en croit l'exergue) serait ici de rencontrer une femme venue de loin, une femme brisée par la vie, une femme paumée.
La description de cette femme me laisse penser qu'il pourrait s'agir d'une de ces filles à qui l'on promet la lune et que l'on oblige au final à se prostituer.
Mais peu importe.

La dernière strophe :

Et tu me souriras
On se reconnaitra...

laisse croire que la vie du narrateur est elle aussi en miettes et que quelque chose est en train de se passer entre ces deux êtres brisés.
Comme un Amour naissant qui pourrait peu à peu recoller tous les morceaux ?

Je pense ceci étant que ce poème aurait pu avoir plus de force sans la recherche de rimes.
En y allant carrément dans le vers libre.


Oniris Copyright © 2007-2017