Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
emilia : Renaissance au jardin...
 Publié le 29/04/20  -  12 commentaires  -  1232 caractères  -  256 lectures    Autres textes du même auteur

De Vivaldi à Stravinski, une extase printanière admirée au jardin...


Renaissance au jardin...



Au bal du temps joli, dansent les jeunes fées,
Quand le jardin s’apprête au bel assortiment,
Un regard nous invite à choisir nos trophées,
Au sacre du printemps et son bourgeonnement.

D’un petit cœur vert tendre, étoilé finement,
La vive primevère, en touffes étoffées,
Nous lance son clin d’œil, s’incline élégamment,
Au bal du temps joli, dansent les jeunes fées.

Si fraîchement éclose au matin de rosée,
Égaye les oiseaux d’un ardent sentiment,
En robe blanche ou mauve, au soleil exposée,
Quand le jardin s’apprête au bel assortiment.

Cette chanson d’amour au doux frémissement,
Pour ces fleurs sous la brise, à peine ébouriffées,
En séduisants bouquets et divertissement,
Un regard nous invite à choisir nos trophées.

Tant fleurit crescendo notre belle épousée,
Se berçant de clarté pour son couronnement,
Spectacle grandiose en saison jalousée,
Au sacre du printemps et son bourgeonnement.

La frêle violette embaume galamment,
D’un parfum captivant, la blonde liliacée,
Quand vibre au violon l’intense enchantement,
Allègre ritournelle à jamais enlacée,
Au bal du joli temps !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Miguel   
4/4/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un fort beau rondeau redoublé, qui est une performance technique, mais surtout un petit chef d'oeuvre de poésie. Le maniérisme charmant de cette langue désuète s'accorde à merveille au genre. La musicalité fait écho à l'exergue et charme l'oreille. Les images sont douces et fraîches. On se régale.

   Queribus   
10/4/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

De la poésie de maitre (Tout est bon chez elle, y'a rien à jeter): pas de faute de prosodie, de charmantes images poétiques qui se succèdent, des phrases un peu longues peut-être mais sans doute est-ce voulu., une construction très habile qui fait qui fait revenir les quatre vers de la première strophe à la fin des strophes suivantes (J'ai oublié le nom de cette forme)

Enfin que du bon qui témoigne d'une longue pratique et d'une grande maitrise de la poésie classique.

Bien à vous.

   Anje   
29/4/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément
Pas facile de lier les quatre premiers vers, un par un à la fin de chaque quatrain qui suit. C'est la difficulté majeure du rondeau redoublé à laquelle s'ajoute d'éviter la répétition en utilisant seulement deux rimes pour vingt-quatre vers. Ici, en plus des jolies images qui ravissent le regard du lecteur dans ce jardin de fées, c'est parfaitement réussi.
Je me réjouis à votre vision du printemps et ne ferai que frôler votre poème avec une petite question. Pourquoi ne pas avoir gardé "au bal du temps joli" à la clausule ? Le i final ne laisserait-il pas un sourire sur le visage ?

   Hananke   
29/4/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

Une forme classique que je ne connaissais pas.
Ici, pour une fois la poésie se joue de la prouesse technique
et malgré la répétition de toutes ses rimes, ce double rondeau
se lit avec un certain plaisir.
J'ai quelques doutes sur la synérèse de liliacée mais bon, puisqu'il
est accepté comme cela, tant mieux.
J'aurais rajouté un D' devant un regard.
Nous sommes également au bal des adjectifs mais avec cette forme,
il ne peut guère en être autrement.

   Cristale   
2/5/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Le jeu de rimes en "ment" est parfait, mais je me questionne, vu que nous sommes en classique, concernant la rime en "ées" qui passe du pluriel au singulier au strophes 3, 5 et 6. Il me semble que le rondeau se compose sur deux rimes, une féminine, une masculine, chacune se faisant écho à l'identique et vu qu'on ne peut faire rimer un singulier et un pluriel... Si je fais erreur, je prends ma retraite poétique sur le champ* (s'il* est aussi fleuri que ce rondeau, je ne m'en plaindrai pas).

Concernant "liliacée" le Littré compte 4 syllabes, donc en diérèse. voir aussi Sorgel p.20 diphtongues "ia". Le vers a 13 syllabes.

Un bien joli poème où l'on se promène sur les mots parfumés d'un jardin qui s'éveille au printemps, pour le plus grand plaisir de nos yeux.

Je reviendrai pour une évaluation quand j'aurai jeté Le Littré et Le Sorgel au feu. J'hésite entre ...et... ^^, d'autant plus que j'aime l'encre colorée et délicate qui a peint ce tableau.

Cristale

Edit : un rondeau redoublé dont je sais la difficulté et le travail qu'il demande mérite que je rehausse ma note ^^

   papipoete   
29/4/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
bonjour emilia
Alors que dans nos maisons rode le malin, à l'affut de nos mains que l'on oublierait de laver, au-dehors la vie renaît parmi le vert de la nature. Et, confinés de corps, nous envoyons notre esprit s'emplir de joie, au ras de la prairie où fleurissent les jolies petites fées...primevères ici, violettes là comme autant de " doux frémissements " que nous susurre le Printemps.
NB à moins d'être complétement insensible au beau, je retrouve moi mon côté " fleur bleue " à lire de si jolis vers, pour évoquer le miracle de la " renaissance au jardin ". l'avant-dernière strophe a ma préférence dans cette symphonie... achevée où les yeux se régalent comme autant d'oreilles séduites !
Je ne vois pas là, de poésie mais une broderie de dentelle précieuse, où chaque point m'émerveille !
techniquement, le rondel ne m'est pas familier, et en vérifier la construction m'apparait ardu ? mais les alexandrins me semblent ne pas dépasser d'un pied ! ( il n'est que le mot " liliacées " que je n'ai pu trouver dans la rubrique " diérèse/synérèse "
encore une fois, je suis ébahi de voir comme est " facile " la forme classique sous votre plume !

   Myo   
29/4/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un bal tout en fraîcheur, en vert tendre, en couleurs douces et lumineuses, cela fait du bien.

Un poème finement travaillé dont les règles imposées par le rondeau double ne brident pas l'élan.

Merci pour ce joli "clin d'oeil"

   jfmoods   
30/4/2020
Annonciatrice du printemps, la poétesse réinvestit le topos de la femme-fleur. Dans le festin des sens, la beauté miroite à qui veut doucement la cueillir. L'alternance des féminines et des masculines nourrit le pas de danse de la séduction.

Merci pour ce partage !

   Pouet   
30/4/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bjr,

le poème m'a fait penser à la série sur les animaux des livres pour enfants (mais pour adultes aussi je trouve) d'Antoon Krings, si vous connaissez. Cela commence souvent par "Au jardin des drôles de petites bêtes.." où les lucioles sont des fées, les papillons de nuit des gardien de l'obscurité, les fleurs ont des visages, le scarabée se prend pour Monet, la reine des abeilles porte une couronne tandis que les ouvrières s'appellent Lilas, Rose ou Jacinthe pour ne pas se tromper de fleurs...

"Au bal du temps joli", donc.

Très joli, très doux, du merveilleux bucolique qui coule comme un bon miel de châtaignier...

   sympa   
2/5/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonsoir Emilia,

Une très belle poésie dont je ne connaissais pas la forme, et qui fait preuve de beaucoup de travail et de maîtrise.
J'ai beaucoup aimé la beauté,la fluidité et les belles images de vos vers qui me font oublier , le temps d'une lecture, notre printemps que nous vivons confinés.

   Louis   
3/5/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
La vie danse quand elle renaît, c’est une évidence.
Ce poème le consacre.

Au printemps, en effet, au « temps joli », dansent dans la lumière les jeunes faits du renouveau, fraîchement éclos d’un «bourgeonnement » ; au printemps dansent « les jeunes fées ».

Dans le jardin, toute vie est de sortie pour un bel assortiment, pour le bal où tout se lie en harmonie.

Le jardin, ainsi fée, compose un regard qui nous est jeté.
Le jardin n’est pas vu, en effet, mais voyant : « un regard nous invite à choisir nos trophées ». Il nous invite du regard à participer, « La vive primevère, en touffes étoffées / Nous lance son clin d’œil…», nous convie à la grande fête de la vie.
Le printemps est cet élan qui nous emporte dans le tourbillon de la vie. Et toute vie est une victoire, sur l’hiver, sur la mort, sur le néant. Et au « jardin » on peut choisir « nos trophées ».

Au « bal joli » importent l’union et l’harmonie, les « belles épousées» et la « ritournelle » d’un enchantement, « à jamais enlacée ».
Au jardin printanier, le poème convoque tous les arts, peinture, danse, musique… des « arts florissants » pour que se perpétue le bal de la vie, pour entraîner aussi dans leur ronde un art humain de vivre.

Merci emilia pour ce poème si musical, si harmonieux, si enchanteur.

   tundrol   
24/6/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

L'exigence des rimes donne à ce poème une légèreté surprenante. On a bien l'impression d'une danse élégante, une scène de chez Watteau. Stravinsky, peut-être pas: il manque les désaccords et la puissance, la brutalité et le sentiment de la vie qui pulse. Vivaldi, là, il y a des complexités qui ont même fasciné Bach.

Mais bravo, un beau poème bien raffiné.

T


Oniris Copyright © 2007-2020