Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Francis : Le silence des agneaux
 Publié le 24/03/16  -  19 commentaires  -  804 caractères  -  351 lectures    Autres textes du même auteur

"Créer, c'est résister. Résister, c'est créer." Stéphane Hessel


Le silence des agneaux



Des banlieues de béton à nos petits villages,
Du plat pays de Brel à la région PACA,
La France de Jaurès ou celle de Ferrat
Néglige son devoir, refuse ses suffrages.

Sous son bonnet phrygien, la fille de Solon
Tangue sur les frontons de nos maisons communes
Quand résonne le pas de ces chemises brunes
Au fond de l’isoloir, laissé à l’abandon.

Étendards, gonfalons étoupent l’horizon,
Des collines d’Artois aux coteaux de Provence.
Les slogans assassins enlaidissent ma France,
Le Pays d’Éluard, la terre d’Aragon.

S’il faut mourir un jour, que nous mourions debout
Sous les balles ou les coups des chasseurs de colombes.
Nos enfants graveront sur le marbre des tombes :
Ils avaient refusé de survivre à genoux.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Mauron   
1/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Beau texte qui reprend la chanson de Ferrat de façon fort libre mais très juste. et pose des questions très contemporaines! Quelle tristesse de voir où nous en sommes aujourd'hui, 40 ans après cette éclaircie, cette embellie du Surréalisme et de ce qu'il a produit après son passage. Merci pour ce beau texte, plein de tragique et de gravité.

   GilbertGossyen   
5/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
"De plaines en forêts, de vallons en collines"
Cela me fait penser à Jean Ferrat, qui est cité d'ailleurs.

J'aime beaucoup ce texte revendicatif qui nous alerte sur le risque de délaisser l'isoloir et voir de nouveau les chemises brunes revenir comme la peste. Il nous rappelle notre passé, notre héritage, et ce qui fait la grandeur de la France.

Prendre position, mettre en garde, s'engager, c'est aussi cela la poésie.

Merci

   leni   
24/3/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Là Francis tu as mis dans le mille de ma sensibilité C'est un hymne
que tu as écrit Les mots parlent et chantent vrai J'ai lu plusieurs fois
ton texte Il mérite d'être connu des plus jeunes Je vais citer mais je devrais tout citer Tout Pense que je t'écris ceci de Belgique

S’il faut mourir un jour, que nous mourions debout
Sous les balles ou les coups des chasseurs de colombes.
Nos enfants graveront sur le marbre des tombes :
Ils avaient refusé de survivre à genoux.

Merci Merci Francis Un Belgicain te tire son chapeau mon Ami

Leni

C'est mon ressenti qui ajoute un+

   Sofi   
24/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Des mots qui résonnent. Entrons en résistance. Seuls les poèteseuvent faire changer le monde. La poésie engagée aussi belle que la vôtre ne peut laisser insensible. Merci !

   LenineBosquet   
24/3/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je ne suis pas forcément d'accord avec vous sur le fond. Est-ce vraiment l'abstention qui fait monter les bruns sur le trône? C'est un vaste débat, les abstentionnistes ne sont pas tous les mêmes, ne s'abstiennent pas pour les mêmes raisons, et si ils votaient, sûrement que leurs votes seraient très différents. Je trouve un peu commode de faire peser ce poids sur leurs épaules... Tiens , je vous met un lien à ce sujet, un texte d'Octave Mirbeau, dans lequel je me retrouve tout à fait :
http://www.homme-moderne.org/textes/classics/mirbeau/greve.html

Néanmoins, il y a dans votre texte un souffle, un élan qui fait drôlement plaisir à lire. Vos rimes coulent toutes seules, on ne les sent pas forcées, c'est très agréable. Et puis que je sois d'accord ou pas, on s'en fout hein, j'aime la poésie engagée, celle qui dit quelque chose, sur laquelle du coup on peut débattre! Et ça nous change des fleurs, des papillons et des bons sentiments...

Merci!

   Lulu   
24/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Francis,

Voici un beau poème qui appelle à s'engager un peu plus dans la vie et dans le pays où nous sommes, en rappelant que ce même pays est aussi celui de nos chers poètes disparus qui n'ont pas manqué de s'exprimer.

La citation de Stéphane Hessel est vraiment très belle. Je la fais mienne aussi et vous rejoins dans la teneur de votre texte qui fait question. La France a effectivement tendance à négliger son devoir, il me semble, puisque les abstentionnistes sont toujours trop nombreux...

Créons, ma foi, pour mieux résister.

   Vincendix   
24/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Francis,
Voilà un grave sujet traité avec justesse et de surcroit bien écrit.

L’abstention lors des consultations électorales est regrettable en effet, elle favorise l’élection d’extrémistes. Même si les abstentionnistes représentent une grande diversité, on peut estimer qu’il y a, parmi eux, très peu d’adeptes de certaines doctrines extrêmes.

Rendre le vote obligatoire comme en Belgique serait certainement une solution mais ce n’est pas la meilleure. Informer les citoyens sur la nécessité de voter, leur expliquer les enjeux et les risques d’une émergence néfaste, autant d’actions qui devraient être menées, surtout en direction des jeunes.

Il est vrai aussi que, depuis des décennies le comportement de nos dirigeants est plus que décevant et je comprends les « blasés ».

Bravo pour ce plaidoyer poétique.

   hersen   
24/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Francis,

je ne suis pas très douée pour commenter la poésie rimée, mais je ne pense pas que vous m'en voudrez.
je retiens le fond.
on peut être d'accord ou pas, le vrai est qu'il y a une préoccupation.

Et quand la poésie se met de la partie, tout ce qu'on peut souhaiter est que le message passe mieux. Ou plus. Ou autrement.

Créons, résistons. Même si mon impression que les dés sont pipés est de plus en plus forte.

A vous relire.

   Anonyme   
24/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Francis... D'accord sur le fond, je n'ai pas non plus de remède miracle pour motiver l'abstentionniste qui doit pourtant détenir le contrepoids qui pourrait éviter une descente aux enfers...
Pour ce qui est de la forme on peut, après coup, toujours faire mieux mais l'ensemble est de bonne facture et la chute, bien qu'un poil grandiloquente à mon goût, conclue de belle façon cette série de quatrains.
Merci pour ce "coup de gueule" !

   Luz   
24/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est juste et bien dit. Je rejoins la plupart des commentaires.
Pas facile de ne pas désespérer en ce moment, mais il faut résister, et n'est-ce pas le suffrage un des moyens démocratiques le mieux adapté pour ce faire ?
Je lis Eluard en ce moment.
Merci.

   Pouet   
24/3/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un poème que je qualifierais de simple mais efficace.

Deux trois petites choses tout de même pour pinailler et j'aime bien pinailler je l'avoue. :)

Alors, "des banlieues de béton", oui, rares sont les banlieues de marbre tout de même, je pense qu'on peut trouver autre choses pour les qualifier.

Après le "Des banlieues de béton à nos petits village", le "du...à" sous-entend comme dans le vers qui suit un certain éloignement.

Je vais donc vous citer (c'est le cas de le dire) l'exemple d'un charmant petit village de pierre à côté de chez moi du nom de l'Isle d'Abeau qui s'est vu affubler, à quelques centaines de mètres à peine du centre bourg d'une quantité non-négligeable de cités HLM soit-disant pour "désengorger" la cité des Minguettes de Vénissieux. Tout cela pour dire que le béton n'est parfois pas si loin de "nos petits villages". Et mon exemple n'est pas un cas isolé. Je ne dis pas non plus qu'il faille créer des ghettos, bien au contraire, mais parfois l'urbanisme laisse songeur.

Ensuite , "Du plat pays de Jacques Brel à la région PACA", "La France ..." Cela donne l'impression que vous mettez la Belgique en France.

Je n'ai rien d'autres à dire sur la forme car le sujet se passe aisément d'envolées poétiques et d'images marquantes. Je "pardonne" aussi pour les mêmes raisons certaines "banalités" du type "que nous mourions debout".

Sinon l'abstention certes, mais les hommes politiques représentent-ils correctement les français? La question peut se poser aussi ainsi. Voter "par défaut", pas super non plus. Quant à rendre le vote obligatoire.. Je trouve cette idée contre-productive pour rester poli. Et après on pend ceux qui votent "blanc"??? Bref.

Enfin, l'idée du titre détourné est très bonne.

Au plaisir.

   MissNeko   
24/3/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Chacun son opinion sur le fond de votre poème. Il me semble que ce n est pas me lieu pour en débattre.
La forme est magnifique ! Bravo.
Merci pour ce moment agréable de lecture

   troupi   
25/3/2016
 a aimé ce texte 
Pas ↓
Bonjour Francis.

Le silence des agneaux, bon, on peut trouver le titre bien choisi, ce n'est pas mon cas, car je le trouve limite insultant pour le"troupeau qui s'en va voter ou pas" et ça me gêne un peu à la réflexion.
Nous supprimer le droit de vote serait certainement une régression, à contrario rendre le vote obligatoire en serait une autre car l'idée m'apparait comme dictatoriale.

La dernière strophe est assez guerrière et dans ce monde que j'observe depuis pas mal de temps j'ai du mal avec les va-t-en guerre.
Pas que je sois du genre à tendre l'autre joue mais j'aime bien l'idée de la diplomatie, même si elle ne triomphe pas toujours.

Quand je lis des poésies c'est toujours avec l'idée que je pourrais les lire et les expliquer à des (mes) petits enfants et je ne pourrais pas les convaincre du bien-fondé d'avoir à graver les noms de leurs frères sur du marbre.

Je n'ai pas du tout l'impression que sont seulement des "survivants à genoux" ceux qui œuvrent pour la paix.

Les monuments funéraires ne sont-ils pas en définitive que les indispensables témoins de la bêtise humaine ?

Pour ces raisons je n'ai pas pu ou su apprécier votre poésie.

   veldar   
25/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Francis

Ha oui ! En plein dans le mille ! Ca vaut bien une Marseillaise. J'aime et j'adhère.
Merci. C'est simple comme une évidence.

   Anonyme   
25/3/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Il y a toujours un risque à écrire les mâchoires serrées, vous savez, le mot de trop qui passe quand même et écroule tout. Je n'en ai pas vu ici. j'assimile malgré tout d'avantage ce texte comme un coup de sang que comme un poème, mais cela ne tient qu'à moi.
Merci Francis.

   Anonyme   
25/3/2016
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour Francis,

Sur le fond je n’arrive pas du tout à adhérer à ce que votre texte sous-entend (si j'ai compris).

D’abord sur l’abstention qui fait le jeu de certains partis qui en rappellent d'autres de triste mémoire.
C’est sans doute vrai, mais comment faire pour voter encore pour les partis en place (les 2 principaux) quand on sait comment leurs représentants crachent sur le peuple depuis des décennies.
Bien sûr de nouvelles personnes au pouvoir feraient de même ou pire.

Alors je renvoie à l’article d’Octave Mirbeau cité par un des commentateurs précédents…ce texte rédigé en 1888 n’a pas pris une ride.

Par contre la France sa grandeur (passée), etc., les Français…ça sonne aujourd’hui comme un archaïsme, un peu comme l’air de Marseillaise de votre texte sonne comme une vieille rengaine un tantinet poussiéreuse.

Je veux dire qu’à mon sens si le constat est réel (montée des nationalismes, désintérêt des électeurs, etc.) l’antidote proposé (voter…et taratata…) n’est pas adapté, et même jusqu’à un certain point ne fait que conforter le mal.
Parce qu'au fond beaucoup de votants vivent à genoux le reste du temps, et si leur seule heure de gloire est de s'être traînés jusqu'à l'isoloir pour faire leur devoir en cachette, ben je leur en laisse volontiers l'aura.
Pire, certains voudraient punir ceux qui résistent à donner leur aval a la mascarade ambiante, j'en connais, c'est saisissant.

Un de vos commentateurs précédents écrit que ce n’est pas le lieu de s’attarder sur le fond, ben pour moi si, car dissocier le fond de la forme...on peut essayer, c’est sans doute préférable, mais ne pas se soucier du fond…je crois que c’est une erreur (de fond ; o). Surtout sur de genre de texte où il me semble le fond prime sur la forme.

Quant à la forme je n’adhère pas non plus, mais j’admets que c’est bien fait dans le genre.


A vous relire

Corbivan (a voté !)

   StayinOliv   
25/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai toujours aimé les texte vindicatifs qui ont quelque chose de fort à dire, sans négliger pour autant la forme. Le votre contient tout ce que j'apprécie en littérature et vos images sont particulièrement bien choisi pour dénoncer cette situation. Bravo !

   Arielle   
26/3/2016
 a aimé ce texte 
Pas
Si mon silence est celui d'un agneau je le préfère mille fois aux aboiements de ces roquets qui dès qu'ils ont une parcelle de pouvoir ne font pas mieux que le voisin et me sautent aux mollets avec la même hargne !
Enfin,"S'il faut mourir un jour ... " Rien d'autre ne me vient à l'esprit que ces paroles d'un sage qui ne se berçait pas d'illusions :
https://www.youtube.com/watch?v=iZpNgSaYWts
Désolée pour la qualité du texte que ses idées me font rejeter.

   madawaza   
29/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Francis
Résister,
Ne pas plier,
S'exprimer,
Ne pas se taire...
LIBERTE
Très beau texte,
Très belle écriture.


Oniris Copyright © 2007-2019