Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
fufaru : Mon p'tit bonhomme
 Publié le 13/04/08  -  4 commentaires  -  1109 caractères  -  45 lectures    Autres textes du même auteur

Adoption.


Mon p'tit bonhomme



Si j’t’avais vu ce jour là !
T’aurais couru et pis voilà
Jamais tu ne m’aurais boudé !
Tu m’aurais fait un p’tit sourire laqué

Mon p’tit bonhomme

J’t’ai trouvé au fin fond d’ce merdier
T’étais apeuré et pi j’tai sauvé
J’tai adopté pour te dire que j’t’aimais
Tu m’l'as rendu en m’disant ‘Pa tu m’fais un goûter

Mon p’tit bonhomme

Tu vivais dans c’pays du soleil levant
J’suis allé te chercher au mont Gassan
T’étais tout en haut seul et effrayé
Maintenant que t’es là tu vas t’habituer

Mon p’tit bonhomme

J’aime trop quand tu cours à mes côtés
Et que tu m’regardes avec ton sourire niais
Ton bonheur c’est comme une batterie
Sans sa puissance j’serais à plat pour la vie

Mon p’tit bonhomme

Pis un jour à l’oreille tu m'as chuchoté
Qu’ta p’tite sœur, restée, te manquait
Que tu la voyais maintenant que dans tes rêves
Te voir souffrir quand tu penses à elle, j’en crève

Mon p’tit bonhomme

J’te promets qu’on ira la chercher


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
13/4/2008
Emouvant sur le fond, même si je ne suis pas certaine de bien saisir le sens de la première strophe par rapport au reste (pourquoi ne l'a-t-il pas vu tout de suite, et puis adopté quand même ? J'aurais aimé que tu me racontes plus). Mais le thème me parle. Le ton familier et câlin colle bien à l'histoire, encore que je regrette quand même qu'il y ait autant d'élisions, personnellement ça gêne un peu ma lecture. Cela dit la tendresse sous-jacente rattrappe bien des choses :-)

Il n'y a qu'un adjectif que je n'aime pas, c'est le sourire "niais". Ce terme a une connotation péjorative (c'est la naïveté, mais entachée d'un peu de bêtise). Pourquoi pas "frais" le sourire ?

   nico84   
13/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Oui, ce texte est émouvant, la mise en forme est pas mal, je lis et relis car je pense que tu aurais mieux pu exploiter cette histoire.

Mais je ne vois rien à redire, le rythme, les mots sont bien choisis, les anecdotes rendent le tout vivant et la derniére phrase pontue à merveille ce poéme.

Bravo !

   David   
14/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Fufaru,

J'ai bien aimé, je trouve plein de contraste, ces élisions dans l'écriture, dans le titre refrain notamment donnent une légerté, une joie mais le poême garde une tristesse, beaucoup de rimes masculines sauf le rêve/crêve de la fin...et une promesse contre une absence.

   Anonyme   
22/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Deux mots qui ne sonnent pas vraiment bien "merdier, niais", c'est le seul petit bémol.

Les autres petites imperfections donnent un ton touchant, juste à l'écrit, je suis emporté par cette phrase "Mon p'tit bonhomme" que je finis par percevoir. Tout en pudeur et tendresse, ces mots pour en parler.

L'enfance écorchée, se répare et se réparera peu à peu, au fil du temps qui reconstruira une famille réunie.

Beau texte, je ne regrette pas la poursuite de ma lecture auprès de vos mots.


Oniris Copyright © 2007-2019