Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
fugace : Cadeau
 Publié le 13/01/13  -  14 commentaires  -  1313 caractères  -  208 lectures    Autres textes du même auteur

Rien à vendre, tout à offrir…


Cadeau



Sur des prairies humides,
De grands champs de narcisses
Qui tremblent sous la brise
Faisant battre leur cœur orangé ;

Les premiers iris, élancés,
Fiers et rigides qui ne se livrent
Qu'à ceux qui savent les approcher
Tout simplement avec leur âme ;

Je t'offre l'enfance.

Les champs de colza
Qui scintillent de tout leur or,
Les étendues de blé tendre
Qui chatoient comme velours ;

Les étoiles blanches
Du jasmin enivrant,
L'églantier aux fleurs sauvages
Attrayant et couvert d'épines ;

Je t'offre l'adolescence.

La rose ancienne épanouie
Ancrée sur un vieux mur,
Son parfum enivrant, persistant
Qui poursuit le passant ;

La senteur des moissons,
Les fruits gorgés de sucre,
La langueur de l'été,
Le cri des hirondelles ;

Je t'offre la maturité.

Sur la lande, l'infini des bruyères,
Le velours et l'odeur des coings dorés,
Le soleil rasant qui incendie
La nature qui va s'endormir ;

Les premiers gels et leurs étoiles de givre,
La bûche consumée qui chante et chauffe encore,
La douceur de la lampe allumée qui tisse
De soie la tendresse partagée ;

Je t'offre mon automne.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Pimpette   
21/12/2012
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime!
Et pourtant moins rurale que moi tu meurs et je n'offrirais rien à mes amours qui ne tiennent sur un morceau de bitume ou un coin de trottoir!!!...mais c'est la magie de la poésie de sentir sans connaître...de sentir sans savoir...
TOut est douceur et charme ici et l'idée du'cadeau' me plait beaucoup

!Il manque un peu une ou deux trouvailles pour trancher le beau ron ron, mais ce n'est pas obligatoire!

   brabant   
1/1/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour et bonne année,


On reste sans mots, interdit et ébahi, quand vous nous surchargez de fleurs et de senteurs. La tête tourne à ce spectacle d'amour et de couleurs ici offert comme une chanson.

Enfance, adolescence, maturité, tendresse et chaleur, cet automne a tout à offrir et l'on ne peut que succomber sous son ravissement.

Enchanté ! Madame !... et preneur !...

brabant

:)))

   leni   
13/1/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est un diaporama de fleurs de senteurs Tout en sensibilité simplissime Pour qui sait approcher avec son âme... Je t'offre... Oui
Merci J'ai beaucoup apprécié Salut Cordial Leni

   Marite   
13/1/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Magnifique cadeau Fugace ! Tout ... j'accepte tout ! Les champs de colza ... l'églantier aux fleurs sauvages ... la rose ancienne ... la senteur des moissons ... la lande et l'infini des bruyères ... les étoiles de givre ... tout !!!
Voici des vers libres comme je les aime. Pas de mystère, tout nous est offert avec générosité. J'apprécie particulièrement la construction du poème avec ces vers autour desquels s'articulent les chapitres d'une vie
"Je t'offre l' enfance ... Je t'offre l'adolescence ... Je t'offre la maturité ... Je t'offre mon automne "
Ma lecture se termine avec le sourire et une sérénité bienvenue ! Merci à l'auteur !

   Anonyme   
13/1/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bien joli cadeau que vous faites là en nous offrant toutes ces merveilles de la nature, qui nous accompagnent sur le parcours de notre vie.
J'aime beaucoup.

   Anonyme   
13/1/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Vous me faites cadeau, je prends. Je n'ai rien de mieux à vous offrir pour l'instant qu'une pensée enivrée par votre bouquet.
De l'extrait de parfum, votre poème. Vous bossez à Grasse?

   Cristale   
13/1/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Fugace

Cadeau d'une vie dont les yeux ont gardé l’essentiel, la beauté innée de ce qui entoure l'existence de l'inerte et du vivant.

Un texte fleuri et parfumé, riche en couleurs et sensations épidermiques telles la douceur veloutée des coings, la griffure des épines de l'églantier, et sonore : le cri des hirondelles, la bûche qui chante... sans oublier le goût des fruits gorgés de sucre.

Tous les sens sont en éveil dans ce poème, c'est un régal!

Petite répétition du mot "velours" aux quatrains 3 et 7 cependant, assez éloignés l'un de l'autre, cela ne choque pas outre-mesure.

La poésie libre sans le chichi "des poudres de lune et perles de rosée nacrées d'ambre violine" et j'en passe...

J'aime la vision du cœur orangé des narcisses qui bat sous la brise.

Un beau cadeau, un joli tableau, une toile de maître qu'il me plairait d'installer dans mon salon.

Bravo et merci Fugace

Cristale

   Artexflow   
15/1/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
fugace,

Très agréable lecture pour ma part, une certaine fluidité, et une construction originale et intéressante.

Je ne note pas mieux puisque le poème reste pour moi assez opaque même après de nombreuses lectures, c'est dommage, cependant je vous rassure, votre poème est bon et il me touche particulièrement, simplement j'ai du mal à m'imaginer quelque chose de précis à la lecture.

Bravo à vous fugace, et merci pour cette belle lecture !

   Edelweiss07   
15/1/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une poésie que j'aime beaucoup. Tout d'abord le thème m'interpelle, la nature abordée, cette comparaison et progression à chaque fois, d'un amour d'enfance, celui de l'insouciance à celui qui a mûri et qui est devenu adulte, et une chute qui vient conclure le tout "je t'offre mon automne"... qui sous-entend que tout n'est pas fini, mais qui est sans doute la saison, assimilée ici à une vie qui évolue au fil du temps, où l'on profite de chaque senteur, couleur, que la vie nous offre, et où l'amour atteint son pic... j'adore !

   melancolique   
16/1/2013
 a aimé ce texte 
Bien
Bonsoir fugace,

J'aime ce cadeau tout en images très évocatrices pleines de couleurs.

J'en retiens particulièrement:

"Les premiers iris, élancés,
Fiers et rigides qui ne se livrent
Qu'à ceux qui savent les approcher
Tout simplement avec leur âme ;"

Merci pour cette lecture.
Au plaisir de vous relire.

   batoding   
17/1/2013
Commentaire modéré

   Charivari   
21/1/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ah oui, très bon texte, je trouve.

En ce moment, je suis plongé dans la peinture impressionniste, et j'ai aussitôt lu ton texte avec un "oeil de peintre"... Tu donnes de très bonnes consignes pour des paysages impressionnistes !

1ère strophe, un paysage normand de Monnet, le second, les champs de blé de Van Gogh, et les étoiles blanches, ses nuits étoilées, les deux suivantes, je vois tour à tour Renoir et Cézanne.

La construction est très simple à saisir et fonctionne bien... Je trovue tout de même qu'à partir d'un moment le texte aurait pu basculer, aller crescendo, mais il reste "plaisant" et en surface (ce qui n'est déjà pas une mince affaire, attention)

   tchouang   
6/3/2013
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
bonjour. cette poésie bucolique me semble cruellement dénuée d'originalité et de personalité. que de poncifs !... peut-être faudrait-il chercher des thèmes plus personnels et ne pas se contenter de rêvasser aux corneilles.

   irisdenuit   
28/2/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Fugace,

Moi qui vit au Québec et qui subit cette année un hiver implacable, froid, comme on n'en a pas connu depuis fort longtemps, j'ai eu le bonheur de tomber sur votre magnifique poésie.

Que de belles sensations et de belles images à la lecture de votre texte.

Une poésie qui parle, qui inspire, qui appaise.

Merci de ce moment détente sous vos lignes.

Amicalement, Iris

   Anonyme   
7/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est un beau texte suggérant des tableaux changeants, comme seule la nature sait le faire, observation attentive sans doute, vous avez su bien plaisamment nous les décrire.

Des tranches de vie colorée, vibrante, émouvante, c'est là un "cadeau" dès plus personnel, il ne manquera pas de rester inoubliable.

Juste un petit bémol, un peu trop de "qui, qu'", dix en tout. Parfois la lecture accroche, la sonorité écorche comme ici "Qu'à ceux qui savent les approcher", cela fait un peu cacophonie.


Oniris Copyright © 2007-2020