Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
hersen : Chant de tulipes
 Publié le 05/01/19  -  37 commentaires  -  455 caractères  -  671 lectures    Autres textes du même auteur


Chant de tulipes



tulipes
vase

trois tulipes
pourpres

le vase est jaune

courbées ensemble
écartant leurs pétales
oh ce cœur noir –

trois tulipes pourpres dans un vase jaune

un mot dessiné de ta main

mon amour
je ne t'aime plus


courbées ensemble
s'enlaçant
et cependant
oh ce cœur noir –


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Vincente   
10/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Belle évocation de la scène où s'apprend le désamour.
Peu de mots, peu de fioritures, juste ce qui marque l’œil meurtri en ce jour maudit.
J'ai beaucoup aimé cette façon si réaliste de dire un trouble si indicible. Et ce cœur noir, enlacé de rouge, jusqu'à ce jaune désabusé... des couleurs, trois couleurs qui inondent ce monde à ce moment-là.

   Anje   
12/12/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Libre.
Malgré la douleur qu'il évoque, j'ai trouvé ce petit texte charmant car, immédiatement, j'y ai vu un tableau, un des Tournesols de Van Gogh. Faisant donc appel à l'imaginaire tant visuel qu'émotionnel, en tout cas chez moi, ce court texte mérite son cadre.
Anje en EL

   Corto   
19/12/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Cyrano aurait dit "C'est un peu court jeune homme"...

Un poème sur la fin d'un amour, donc sur un thème qui pourrait être développé et illustré par de nombreuses images.
Je reste sur ma faim avec ces "trois tulipes".

Sur le métier il faut remettre l'ouvrage...

   Hananke   
5/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

J'aime bien le symbole de ces trois tulipes courbées ensemble
et la fin d'un amour.
C'est peut-être court mais sur un sujet tellement rebattu, il n'était nul besoin d'en faire plus.
Tout est joliment exprimé dans ce petit poème : la beauté des fleurs
dont les pétales s'ouvrent sur des coeurs noirs et tout est dit, le contraste nous parle de lui-même.

   Luz   
5/1/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour hersen,

J'ai beaucoup aimé.
En peu de mots, tranchants, doux, désabusés ; étonnés peut-être, tout est dit, tout est fini...
Et puis, il y a ce contraste entre le "mon amour" et le "je ne t'aime plus", comme si le "mon amour" traînait encore dans l'habitude de longues années.
Quelques mots très forts : "cœur noir", mot dessiné", "courbées ensemble"
Pas besoin de plus de mots ; tout est dit, avec ce sentiment rendu de l'impossibilité d'en dire plus.

Merci,

Luz

   Lulu   
5/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour hersen,

J'ai bien aimé ce poème très visuel et qui chante à sa façon, triste et posée.

J'ai aimé les mots dans leur simplicité, avec cette image vivante de fleurs ou de nature morte. Les mots du message n'en sont que mieux mis en relief "mon amour / je ne t'aime plus" ; un amour désamour, touchant ce mot qui demeure "mon amour"...

J'ai aimé cette douce et discrète exclamation : - oh ce coeur noir -.

La seule chose qui m'a laissé l'impression d'un trop plein dans ce poème court, c'est "trois tulipes pourpres dans un vase jaune", au coeur du poème. Je trouve que ça alourdit le texte, mais je l'ai lue comme une tension dramatique, une manière de se confronter à la réalité d'un message qui s'annonce et qu'on ne connaît pas encore au moment où on parcourt ce vers… En tout cas, mon sentiment, c'est que ce serait mieux sans ce vers… mais t'ayant entendue une fois dans la vocathèque, je t'imagine assez déclamer l'ensemble avec ce vers compris à merveille et me faire changer de point de vue…

J'aime aussi ce poème pour le sens qu'il véhicule. Le thème du désamour et celui d'en rendre compte n'est pas toujours aisé. Ainsi, ici, par le truchement de la poésie, tu parviens à nous dire aussi que la littérature est aussi essentielle que cela : juste dire.

Au plaisir de te relire.

   eskisse   
5/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Des phrases courtes, des fleurs évoquées sous la forme de constats, une concision toute choisie pour mettre en évidence la brutalité des mots de rupture et la sidération qui s'ensuit .
La métaphore du "coeur noir" qu'on ne supporte pas de voir et qui se colle à vos yeux dit bien toute l'horreur du moment.

Merci pour ce poème.

   Robot   
5/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Le symbole coloré de ces tulipes pourpres dans un vase jaune nous parle de la fin d'une histoire d'amour en peu de mot. Le coeur noir évoque la tristesse. Rien à ajouter, le petit tableau suffit à présenter le propos.

   domi   
5/1/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Un texte qui m'a fait verser une larme..
Magnifique façon de nous amener aux mots en italiques, il fallait faire court pour exprimer ce "choc" , terrible, avec cette sorte de prémonition du "coeur noir"...
On l'appelle encore "mon amour", et les tulipes "s'enlacent" encore, en mourant dans le vase, comme cet amour..
Génials poésie et rendu d'une émotion très forte, merci.

   plumette   
5/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ce court poème très visuel fait un écho vibrant a ce très beau livre sur le deuil qu'est " autoportrait au radiateur" de Bobin. Après cette lecture je n'ai plus jamais regardé les tulipes se faner de la même façon.

Le pourpre et le jaune, le coeur noir, associés aux mots de l'amour et du désamour forment un raccourci saisissant qui ne peut pas laisser indifférent. Je suis restée comme en suspens avec l'incrédulité au bout de la langue, l'envie de dire non !! C'est juste une peur mais pas la réalité.

Plumette

   papipoete   
5/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour hersen
trois tulipes dans un vase jaune, attendent que sur elles, leur maîtresse se penchent... au fond d'elles un coeur noir ; au creux du coeur, un cri du choeur " je ne t'aime plus "
NB en quelques lignes, l'auteure joue avec 3 fleurs, 3 couleurs pour délivrer cette funeste déclaration de désamour, posée là par cette main qui n'offrira plus de bouquet à sa mie...
Bel exercice que de " faire court ", pour en dire " si long " avec ce chant de tulipes !

   Cristale   
5/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Vers, page, seize vers libres, la page est claire, traits parfaits découvrant leurs déliés, oh ce poème...
Seize vers libres sur la page claire, un tableau peint de ta pensée, "chers amis, il ne m'aime plus".
Traits parfaits, s'alignant, et pourtant... oh ce poème !

Un baume pour les yeux fatigués des choses laides qui, bien qu'annonçant une triste nouvelle, emplit l'espace de sa naïve fraîcheur.
J'accroche la peinture de tes mots sur le mur virtuel de mon regard ainsi je pourrai l'admirer, où que je sois.

Bon jour et merci Hersen pour ce délice fleuri dans sa goutte de désamour.

Cristale

   stony   
5/1/2019
Bonjour, Hersen,

Je ne commente habituellement pas les poésies car ne n’est pas « ma » catégorie, mais je voulais te dire l’admiration que j’ai pour ceux capables d’exprimer quelque chose en si peu de mots alors que moi j’en abuse. Surtout que ce peu de mots n’altère en rien la précision, tellement les sentiments peuvent être calqués sur les images.

Te dire qu’habituellement, je n’apprécie pas trop les artifices typographiques ou les décalages de phrases, mais que là, ça passe. Grâce au reste, sans doute.

Te dire que je me suis demandé pourquoi il y avait trois tulipes et non deux. Un enfant en plus d’un couple ?

Te dire aussi – mais ça, c’est une extrapolation au-delà de ce que tu as écrit – que mon interrogation quant au nombre des tulipes associée à leurs couleurs ont poussé le Belge que je suis à une seconde lecture de ton poème, totalement différente de la première, à laquelle tu n’auras vraisemblablement pas songé.
Vivant dans un pays dont l’existence est en sursis, succombant peut-être un jour au désamour, le noir, le jaune et le rouge (pourpre) sont des symboles forts. Ajoutons à cela que la Belgique est née d’une séparation d’avec les Pays-Bas, pays des tulipes. Là aussi, le peu de mots n’altère pas la précision. Etonnant !

   FrenchKiss   
5/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Hersen,

J’ai toujours été un sourd-muet de l’amour.
Alors je sais que tulipe/vase se dit en écartant légèrement les doigts en forme de tulipe et en frappant le poignet sur le cœur. Merci d’avoir pensé à nous.

Bon, je vais pas en faire des tonnes, c’est magnifique.
« Mon amour
je ne t’aime plus »

C’est quand même plus vénéneusement subtil que le « Je t’aime moi non plus » de la chanson.

Mais ayant décidé de ne plus jamais parler de prosodie sur le site, je m’en tiens désormais à l’intrigue. Et là y’aurait de quoi dérouler un tapis pourpre et noir à cette liaison perverse.

- Pourquoi des tulipes POURPRES ? Dans un vase JAUNE ? Fleuriste à Amsterdam, je n’ose pas dévoiler ici le sens érotique de ces couleurs mêlées. Tu es passée près, le Parme aurait été un vrai désastre.

- Pourquoi TROIS ? Tous les hommes savent qu’il faut toujours offrir un nombre impair de fleurs à une femme. OK, mais qui est ici cette troisième tulipe ? J’avais d’abord cru à des obsèques amoureuses, et puis non, « courbées ensemble, s’enlaçant » me fait dire que la perversion érotique n’aura donc jamais de limites. Et c’est tant mieux.

Surtout, n’oublie pas d’arroser tout ça.

FrenchKiss
Qui jaloux est venu ce matin voir sa maîtresse avec cinq tulipes rouges bonnet G.

   Zorino   
5/1/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour Hersen,

1ère lecture : rien compris (comme bien souvent à la première lecture d'ailleurs. Trop émotif). Mon cœur bat trop fort. Les émotions se bousculent dans ma tête. Je pense ne pas reprendre ma lecture et laisser tomber. "Mais non Olivier, c'est trop con. Si ça se trouve, tu vas comprendre à la 2ème lecture. Retournes-y !"

Café, sans sucre.

2ème lecture : la symbologie de vos mots commence à prendre forme. Les images apparaissent, presque limpides mais quelques passages me sont encore flous. Je sens cependant qu'à ma troisième lecture, il va se passer quelque chose. J'y retourne, confiant. De plus, le poème est court.

3ème lecture : ça y est, tout se désembrunit sous ma boite crânienne. Mon cœur bat fort à nouveau. Je sens mes yeux s'humidifier. C'est tout simplement magnifique.

"Alors, je t'avais bien dit d'y retourner Olivier !" me dis-je, un sourire au coin de la bouche.

Merci pour ce touchant partage

ÉDIT : j'ai beaucoup apprécié le fait que vous livriez goutte à goutte des informations, permettant ainsi au lecteur de se construire lentement dans sa tête sa propre pellicule.

   jfmoods   
5/1/2019
Le regard de la poétesse se fixe d'abord sur l'essentiel. Un métaphorique écrin amoureux s'ébauche ("tulipes / vase") dont les couleurs ("trois tulipes pourpres / le vase est jaune", "trois tulipes pourpres dans un vase jaune") et le double sens du titre (chant / champ) viennent souligner la richesse sensorielle. La troisième fleur signale-t-elle l'enfant, fruit infiniment précieux de cette union ?

Derrière l'harmonie du tableau (anaphore : "courbées ensemble" × 2, "s'enlaçant"), une vérité bien amère impose bientôt son joug ("écartant leurs pétales", anaphore : "- oh ce cœur noir -" × 2, marqueur d'opposition : "cependant", paradoxe : "un mot dessiné de ta main / mon amour / je ne t'aime plus").

La construction du poème, minimaliste (deux verbes conjugués, recours au mode participe, tirets, italiques), s'avère d'une grande efficacité pour manifester la souffrance de la perte.

Merci pour ce partage !

   Annick   
5/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Habilement écrit, ce poème court mais percutant va à l'essentiel par des symboles : des couleurs, des mouvements, un contraste.
Avec cette impression qu'on ne pouvait écrire les choses autrement.

J'ai tout aimé et particulièrement la répétition en fin de poème de :

– oh ce cœur noir –

L'interjection "oh" et les tirets mettent en valeur "ce coeur noir". Bravo pour l'idée.

   Stephane   
5/1/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour hersen,

Un poème intelligemment construit et écrit de la main d'une poétesse touchée par la grâce. A la fois concis et d'une précision diabolique. Chaque mot a été préalablement réfléchi et posé délicatement sur la feuille, sans rien laisser au hasard. Le propos est clair : "je ne t'aime plus" - oh ce coeur noir -

Un bijou de poésie.

Cordialement,

Stéphane

   Palrider   
5/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ce poème va à l’essentiel en peu de mots et peu d’images, mais sa force est que ces mots et ces images sont justes...bravo hersen

   PIZZICATO   
5/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Peu de mots dans cette poésie, mais associés au langage des fleurs ils sont d'une justesse sans conteste.
La tulipe poupre est la symbolique de l'amour passion qu'il soit partagé ou rejeté.
Jaune, elle désigne l'amour non partagé ; ici c'est le vase qui la remplace. On a les deux couleurs antagonistes. Subtil.

Le "coeur ",de couleur sombre ou claire, peut symboliser un cœur brisé ou au contraire un cœur léger.

Voilà tout est dit. Et le mot " mon amour je ne t'aime plus " vient corroborer le message.

" trois tulipes pourpres dans un vase jaune ". Un nombre impair certes, mais cette troisième fleur n'est-elle pas un autre message ? ...

   Donaldo75   
5/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour hersen,

J'attendais que tu écrives un poème sur les chocolats, surtout en ces périodes de fêtes. Bon, ce sera pour décembre prochain, je suppose. Snif.

Tu sais que j'aime les poèmes courts, car je trouve qu'ils sont percutants quand ils sont réussis. Et la forme libre est idéale pour donner de l'impact aux mots, aux images, aux symboles.

Eh bien, j'ai beaucoup aimé celui-ci. Il est réussi, touche le lecteur en plein dans son cortex émotionnel, frappe par son côté pictural et sa force poétique.

Bravo, chère poétesse !

Don

   LEPOETEPOETE   
6/1/2019
Commentaire modéré

   wancyrs   
6/1/2019
Je suis toujours admiratif des gens qui sont en mesure d'analyser de façon extraordinaire les textes qui semblent si simple à mes yeux... Moi je vois un tableau qui lentement se peint au fur et à mesure que le poète avance dans son idée ; un tableau qui laisse un goût amère de rupture, et c'est triste. Je ne sais pas comment on note ça ! Alors je me tais et je compatis...

Merci de nous partager ce moment intense de peine ;
- oh ce cœur noir - est si plein de sens pour moi !

Wan

   Marite   
6/1/2019
Sensible très souvent à l'expression poétique libre, surtout quand elle évoque un ressenti très profond, heureux ou malheureux, ici je n'ai pas été touchée. Est-ce parce que la description du vase et des tulipes est dominante ? Peut-être question de pudeur de la part de l'auteur qui ne souhaite pas s'attarder sur ses émotions ?

   Brume   
6/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour hersen

J'ai hésité à laisser un commentaire car que dire de plus ce qui a déjà été dit?

Mais...oh j'aime ton poème!
C'est une peinture, aux couleurs vives, des traits élégants. Et ce mot dessiné concis, intense, fait partie du tableau à part entière.

Ce n'est pas une simple description, c'est une histoire muette.

Un poème très visuel à la charge émotionnelle comme j'aime.
Pas d'analyse, juste la "vue" qui s'émerveille.

   Eki   
6/1/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Lorsque les tulipes et l'amour tirent leur révérence...

Comme j'adore cet écrit...Vous avez su mêler subtilement la douceur et la douleur...

Il y a cet éclatant vase jaune qui défie toute noirceur et le chagrin.
Quant aux tulipes, elles ont renoncé à se présenter altières, elles portent le deuil, le vôtre, accompagnent ce désamour...

Mais pas tout-à-fait,

Ces fleurs encore insolentes, si l'amour ne l'est plus, refusent de se désunir. Elles vous renvoient l'image d'un charme parfait, désuet...C'est une inclination déviante en quelque sorte !!

C'est exquis, Hersen !

Eki vous offre des immortelles...Là, on sait à quoi s'en tenir

   hersen   
6/1/2019

   LEPOETEPOETE   
6/1/2019
 a aimé ce texte 
Pas
Corto a raison. je pense que l'auteur pouvais développer, et pour dire cela il fallait aller à l'essentiel

je t'aime
Adieu

ce genre de poésie libre sur ce thème est courante, que dire sans être
démodéré de ma libre conscience ?

   Ellis   
7/1/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Quel beau poème. Minimaliste, simple et épuré et pourtant si intense. Peut de choses écrites et pourtant tout est dit. Il fait écho à ce que chacun d'entre nous a pu connaitre. Le choc, l'hébétude, si joliment exprimés. Bravo.

   Cat   
7/1/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
C'est une peinture minimaliste que j'entends respirer sous mes yeux.
L'éternelle scène des trois qui ne font pas bon ménage quand s'effiloche l'amour.

Le pinceau de l'artiste, tel un fleuret champion fait mouche précise et pique droit dans l'émotion.

J'aime ici le jeu des couleurs, pudique qui dit tant avec si peu de mots, et remplit d'essentiel en trois lignes l'espace.


Merci hersen,
tu t'y entends en fresque des cœurs.


Cat

   STEPHANIE90   
7/1/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Succinct, mais qui touche l'essentiel, le cœur, avec je trouve juste une touche de retenue tout à fait charmante.
Quelle sensibilité et justesse dans :

courbées ensemble
s'enlaçant
et cependant
– oh ce cœur noir –

Je suis jalouse, je ne sais pas aussi bien être succincte. Arf !!!

Me voilà touché au cœur...

   leni   
8/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
salut Hersen
je me suis laissé guider
l'aimé apprend qu'il ne l'est plus Selon Sa sensibilité il fait passer
ce message par 3 tulipes
Son amour se fane les tulipes se fanent laissant un coeur noir
Ecrit à la main "mon amour je ne t'aime plus"
comme si l'amour flirtait toujours dans les parages
Puis rideau mais l'amour laisse une empreinte
C'est très subtil Merci pour ce partageLENI

   Pouet   
8/1/2019
Slt,

perso j'hésite entre le "vraiment pas" et le "passionnément".

Minimalisme, épure et force évocatrice. Certes.

Me manque un petit quelque chose toutefois. Quoi? Ben... Sûrement des mots. Mais je suis probablement jaloux, moi qui ne "sais faire" qu'avec plein de mots, plein de métaphores...

J'ai peut-être été un peu agacé à la manière de l'inculte qui se moque de l'érudit se pâmant devant un Kandinsky.

Sûrement trop subtil pour moi.

Bien aimé ce "cœur noir de tulipe".

Pour rester dans l'épure, j'aurais enlevé le "oh" de la fin. D'autant que je ne sais pas trop comment le prendre ce "oh", s'il est d'ironie il me questionne, d'exclamation il m'ennuie, de déception il me "redonde", d'appui il me semble superflu, donc je lui coupe la tête.


"Je ne t'aime plus mon amour, je ne t'aime plus tous les jours."

Flotte comme une fragrance de mano negra fleurie...

Voilà mon sentiment, un peu confus et un peu con mais très sincère car je sais que je peux l'être avec l'auteure.

   FANTIN   
10/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Peu de mots mais choisis pour dire l'essentiel. J'aime beaucoup ce minimalisme si évocateur. Tableau intime, hollandais à défaut d'être japonais, ce poème me fait quand même penser à la savante économie et à la force condensée des haïkus.
Le petit mot de rupture, avec l'heureuse opposition des termes (mais pourquoi "dessiner"?) vient dramatiser sans s'appesantir ce qui autrement aurait pu n'être qu'une belle description.
Bravo. J'en redemande!

   Amandine-L   
21/2/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
J’aime tout dans ce poème.

Le parallèle entre les tulipes et le « mot dessiné ». La disposition aérienne. Le dépouillement. Les mots, juste ce qu’il faut pour nous mettre dans l’ambiance et aborder le sujet, rien n’alourdit le propos ; des pépites qui laisse place à l’imagination, à la scène.

Deux vers comme refrain du « Chant » « trois tulipes pourpres dans un vase jaune ». Un poème, un chant, comme un désamour incompris, « oh ce cœur noir » marque, pour moi, la surprise. Malgré le désamour, le poème nous donne à voir une image du printemps avec ces tulipes.

Tout en délicatesse, finesse et justesse. Bravo !
Au plaisir de vous lire.

   senglar   
21/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour hersen,


Remarquablement concis.

Subtil le titre :)

La troisième tulipe c'est l'intruse :(
Mais tous les coeurs sont noirs dans un habit pourpre : le deuil dans la passion ; et le vase jaune, signature de la trahison.
On ne sent pas la victime affectée. C'est peut-être ça l'élégance.

senglar

   apierre   
2/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Court,efficace, d'une densité implacable.On entre sonné dans le poème et on ne sait pas comment en sortir malgré sa brièveté.C' est très bien réalisé !Impossible de se raccrocher à des objets ,à des couleurs, tout nous ramène au noir profond !

   Didadou   
22/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je ne pense pas... être analytique. Je ne le souhaite pas l'être lorsque je lis un poème. Ces tulipes m'ont parlé.
Elles m'ont raconté une histoire que l'on ne saurai retranscrire sans dénaturer sa nature mystérieuse.

Ce texte a cette délicatesse, avec suffisamment d'évocations, de charmes, de rythmes et de respirations, pour m'emporter dans mes souvenirs vivaces d'amour et de grâce ; que ce texte est beau...

Vous m'avez donné envie de découvrir vos autres écrits. Ce que je fais de ce pas, en fort bonne disposition.


Oniris Copyright © 2007-2019