Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
irisdenuit : Trop peu, trop tard
 Publié le 19/07/10  -  14 commentaires  -  700 caractères  -  293 lectures    Autres textes du même auteur

Insouciance...


Trop peu, trop tard



Les bras ballants le long de mon impuissance,
j’entends le cri de l’océan otage d’un carcan obscur ;
je vois l’humeur du vent doux se muter
en tourbillon meurtrier et la cime des montagnes
vomir sa hargne sanglante.

Je sens l’utérus de la terre palpiter sous mes pieds.

Un désert unicolore se dessine entre mes cils.
La frayeur étreint l’oiseau-rieur lové dans ma poitrine.

Il pleut des blessures acides sur ma désinvolture.

À genoux sous un ciel au regard austère,
en quête de l’absolution, je me saoule d’espoir
à l’heure où la nature règle ses comptes.


Baisée par la blancheur crue du réel.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   brabant   
19/7/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↓
C'est assez effrayant !... L'apocalypse auprès de ça, c'est du gnangnan.

J'aime l'image de la Terre-Mère:
"Je sens l'utérus de la terre palpiter sous mes pieds."
(très beau vers)
Que va-t-elle engendrer ?


Pourquoi cette colère ? S'agirait-il d'un texte écolo:
"Insouciance"," oiseau-rieur", "désinvolture" seraient-ils les responsables de cette frénésie meurtrière, chronique d'un tsunami annoncé, de la nature (Nature), qui, à l'heure de l'agonie, règle ses comptes avec l'homme ? Repentant. Terrorisé. Impuissant. Païen/Religieux. Panthéiste.
Où les clefs de la rédemption se trouvent-elles ?
Pourquoi regarde-t-il vers le ciel ?


"En quête de l'absolution" me semble maladroit. A la recherche de ,... ou bien: En quête d'absolution ?...
Le vocabulaire de la vengeance est impressionnant.

   kamel   
3/7/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

un thème élaboré avec justesse par des mots révélateurs mis en forme à l'aide de métaphores. Les verbes de perception et de sensation offrent une information sur la personne qui supervise cet univers avec insouciance.
Le fond parait-il apporter une large signification à partir de l'idée véhiculée dans le poéme.Il comporte aussi des vers qui donnent vraiment une bonne impression de plaisir et de goût à lire,un procédé qui laisse le lecteur à rester uniquement dans cette charge sémantique employée pour la déchiffrer.

Bonne continuation

   Lunastrelle   
7/7/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Délicieux, horriblement délicieux même... Alors que le contenu glace l'échine, et paralyse le lecteur sur place! Mais c'est exactement ce que l'on ressent en fait, lorsque l'on se trouve en face de nous-mêmes... C'est exactement la même impression que j'ai eue, et ici je l'aime bien en fait...

Je relèverai quelques maladresses néanmoins:

"je vois l’humeur du vent doux se muter ": c'est le "se muter" qui me laisse perplexe.

"j’entends le cri de l’océan otage d’un carcan obscur ; ": manque de souffle, et une petite virgule pour moi dans le vers là.

   shanne   
11/7/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,
Une bonne description de l'insouciance et de ses conséquences.
Un tourbillon, qui nous oblige à prendre conscience que nous sommes des êtres responsables même vis à vis de la nature, nous plaque presque au sol
J'ai adoré:
- Je sens l'utérus de la terre palpiter sous mes pieds
- Il pleut des blessures acides sur ma désinvolture
Bravo et merci à vous

   belaid63   
19/7/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour Irisdenuit,
voila un texte dense, très dense. J'aimes cette concentration de sentiments qui monte crescendo jusqu'à l'étouffement.
oui, l'insouciance est ici maitresse de tous les vices (sourire) et c'est l'environnement direct de l'homme qui en prend.
certaines images sont fortes, "un désert unicolore" m'a beaucoup plu, surtout qu'il insiste sur le prisme personnel (entre mes cils). "je me saoule d'espoir" aussi, c'est ce qui reste quand on a tout raté.
un poème qui interpelle nos consciences
merci Iris
belaid

   alex2   
19/7/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
"Je sens l'utérus de la terre palpiter sous mes pieds", "Il pleut des blessures acides sur ma désinvolture", "J'entends le cri de l'océan otage d'un carcan obscur", "La frayeur étreint l'oiseau-rieur lové dans ma poitrine"... autant de vers qui compensent les petites maladresses de ce poème bien troussé ! Désolé pour l'effet "inventaire" de mon commentaire, du reste.
J'achoppe sur le "se muter" (l'emploi du pronominal était-il nécessaire ? "Muter", plutôt !) et surtout sur le dernier vers, qui dénote fortement avec le reste. Changement assez brusque de registre qui ne me convient pas ici (alors que je ne suis pas foncièrement contre l'emploi d'un vocable familier et percutant, comme ce "baisée" ici...). Je le trouve intempestif.

   Marite   
20/7/2010
 a aimé ce texte 
Bien
J'avais lu plusieurs fois ce poème en Espace Lecture et n'arrivais pas à formuler ce que je ressentais. Je ne pouvais pas faire la liaison entre le titre et les vers et l'un d'eux me bloquait: "Je sens l’utérus de la terre palpiter sous mes pieds. "... A la lumière des commentaires parus, je comprends mieux et apprécie maintenant ces vers libres.

   Anonyme   
21/7/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
quand les éléments s'agitent...un vrai vacarme.
des images offrant une belle impression visuelle: tourbillon, colère.
un poème en mouvement:

"Je sens l’utérus de la terre palpiter sous mes pieds."

et la narratrice au milieu, spectatrice, et ressentant la force des sensations de tout ce qui l'entoure.
l'émotionnel de la narratrice s'y ajoute:

"La frayeur étreint l’oiseau-rieur lové dans ma poitrine."
"Il pleut des blessures acides sur ma désinvolture" j'aime beaucoup le fond.
des images fortes, un déluge d'émotion

sur la forme juste un petit détail, j'aurais mis une virgule après " en tourbillon meurtrier"

mais cela reste malgré tout fluide

   RLatent   
21/7/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Sublime ! D'une effrayante beauté, l'impuissance de l'homme face à un monde qui s'emballe, l'impuissance et, il me semble, le sentiment de culpabilité, la recherche d'un pardon qui nous viendrait d'ailleurs, de plus haut si possible. Mais cette lucidité ne l'emporte que trop rarement, l'homme "se saoule d'espoir", se voile la face, ne veut rien voir.
Et l'encre : magnifique ! Le langage est d'une précision incisive, d'une violence bienfaitrice :

"je vois l’humeur du vent doux se muter
en tourbillon meurtrier et la cime des montagnes
vomir sa hargne sanglante"

Ces trois vers me frappent tout particulièrement, claquent en moi, résument à eux seuls l'essentiel de ce que j'ai dit plus haut : impuissance, décadence, sublime enfin !

   MCboulette   
22/7/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai peur ... et c'est bon : les premier vers me porte directement dans ce monde ou menace le chaos à chaque pas, chaques vers. La brutalité du texte sans introduction retranscrit bien le moment et puis l'oiseau-rieur comme réconfort ,génial.merci.

   Lechat   
22/7/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Irisdenuit

Ce texte me fait pensé, en version inversée, au poème Luftballons publié il y a quelques temps sur ce site et que j'avais énormément apprécié.
Ici, c'est le personnage qui semble léger (peut-être plus désabusé que léger) et les éléments naturels sont personnifiés sous des traits agressifs et finissent par anéantir le personnage central.

Le choix du champ lexical permet la confrontation entre la hargne des éléments et la mélancolie du sujet jusqu'à la soumission de ce dernier.

Sans être autant emballé que pour Luftballons, cette lecture m'a également plu.
Merci à vous

   framato   
22/7/2010
 a aimé ce texte 
Un peu
Selon moi, c'est un texte qui s'apparente plus à la prose qu'au vers libre, dans le sens où le découpage en vers est artificiel et n'ajoute pas grand chose au final. Le découpage n'impose pas sa respiration, il n'est donc pas porteur de sens. Le texte est composé de phrases entières, bien construites, régulières, c'est pour moi (mais ça n'engage que mon ressenti de lecteur) de la prose.

Ceci dit, un texte tremblement de terre, ouragan, éruption volcanique, désertique... Pas mal de calamités en peu de mots aussi un manque d'unité de sens. Mais la nature a tant de moyens de régler ses comptes...

Le dernier vers est superbe !

   LEVENARD   
23/7/2010
Cette vue de l'Apocalypse, c'est pas ma tasse de thé, je trouve cela un peu trop théâtral. Mais enfin, dans le genre, c'est tout de même plutôt réussi avec des images qui ne font pas grand guignol et qui finiraient bien par nous "foutre la trouille".

par exemple
la cime des montagnes vomir sa hargne sanglante
Il pleut des blessures acides sur ma désinvolture
Mais le dernier vers ?

Baiser de la blancheur crue du réel.

Sinon baisée ? Vraiment, baisée ???
Je ne peux dans cette phrase le lire, le sentir que dans son acception crue, par rapport au reste, tout à fait déplacée et incongrue...

   chienbrun   
28/7/2010
J'ai beaucoup aimé ce poème.

Bien plus que l'apocalypse, que la fin du monde, j'y vois autre chose de plus personnelle.
La dernière phrase pour moi est la clef, toute la raison d'être du texte.
Merci.


Oniris Copyright © 2007-2020