Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Jaja : Aumône
 Publié le 06/12/08  -  5 commentaires  -  582 caractères  -  48 lectures    Autres textes du même auteur

Noël triste.


Aumône



Il n’a rien du tout,
peau de balle !
Dans son jeu, pas d’atout,
ni de balle.
Les jouets et la glande,
c’est pour eux.
À lui le no man’s land
des galeux,
le trottoir bien cradingue
et la drache,
le froid qui vous déglingue,
vous arrache.
Blotti contre sa mère,
ce zéro,
ce banni de la terre
prend l’euro,
que le passant honteux,
doigts gantés,
dans le faux jour venteux,
a jeté.
Il luit dans la main frêle
du gamin,
seul cadeau du ciel
d’un enfant roumain.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
6/12/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Pour le fond, il n'y a rien a dire. On ne peut qu'être écoeuré par la misère (et l'indécence de certains, à l'approche de Noël).
Non à la misère! non à l'exclusion! Le poète a toujours raison!

Pour la forme, les rimes alternées donnent à cette poésie un air de chanson. Ca se lit bien.

Pourquoi le "faux jour venteux"?Pourquoi 'faux"?

N'oubliez pas de donner au téléthon.

   David   
7/12/2008
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Jaja,

Je ne connaissais pas "drache", cela désigne la pluie dans le poème, Le jour de noêl est bien noir ici. La charité est plus l'objet du poème que la misère, enfin le poème invite un peu à juger l'une par rapport à l'autre plutôt, mais ce n'est pas très affirmé.

   marogne   
10/12/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Vraiment un beau rendu de la mendicité, du contraste entre celui qui est sur le trottoir et celui qui l’emprunte. Je ne suis pas sur d’avoir vraiment apprécié la fin, car l’exploitation de es enfants roumains par des bandes organisées est par nature encore plus inacceptable.

J’ai trouvé le texte très plaisant à lire, chantant, sans doute cette utilisation de vers plus courts, et de rimes qui « sonnent « bien

   marimay   
18/12/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Jaja,
Votre poème est d'un réalisme poignant et au-delà de l'image de cet enfant viennent celles de tous ceux qui tendent la main sur les trottoirs.
Le choix des vers courts bien rythmés, comme déshabillés de toute fioriture, donne de la force au sujet.

   Anonyme   
28/12/2016
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↑
Ne m'en veuillez pas, mais je suis exaspéré de voir "fleurir" sur ce genre de textes qu'au moment de Noël, comme vous le précisez dans l'incipit "Triste Noël", à croire que la misère n'est visible à nos regards, que ce jour.

Désolé mais je n'y suis pas compatissante, surtout lorsqu'on cherche à faire vibrer la corde sensible au travers de l'enfant.

Vous en faites bien trop "Blotti contre sa mère, ce zéro", pourquoi ce "zéro", pourquoi pas "cet enfant", puisque vous dites "sa mère".

J'aimerai lire un jour un écrit qui sache vraiment de quoi il parle, en ayant à cœur, d'être plus dans le véridique et non dans le pathos. Sortez un peu de ces clichés, lus et relus, pour moi, ils sont sans aucun intérêt.

La misère est bien présente, et des associations, des bénévoles luttent sans relâche pour venir à bout de ce fléau qui ne cesse de progresser. A quand un écrit sur ce sujet.


Oniris Copyright © 2007-2019