Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
LenineBosquet : Une partie de campagne
 Publié le 27/02/17  -  14 commentaires  -  749 caractères  -  287 lectures    Autres textes du même auteur

"Du goudron et des plumes" (Anonyme, États-Unis, 1832)
"Dégage" (Anonyme, Tunisie, 2010)


Une partie de campagne



Laudateur putassier, caudataire atterrant,
Le sourire en plastoc prêt à servir sa soupe,
Il fend fier la foule en flattant échine et croupe
Du notable à bedaine assis là, gras, luisant.

C'est la députation, en politique errant,
Que l'homme vient chercher au milieu de ce groupe.
Il sait, pute à souhait, comment mener la troupe
Des bœufs à l'isoloir, l'abattoir du votant.

Mais, pour un gueux du coin, un gars plutôt sanguin,
C'est ce genre de gus que seul l'appât du gain
Bouge de bauge en boue qui, vraiment, le débecte.

Il saisit l'arriviste au col blanc tout propret
Et, l'ayant installé le cul nu face au pré,
D'un coup de pied, dans la cuve à fumier, l'éjecte.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Donaldo75   
8/2/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour,

Il y a du souffle dans ce poème violent, au rythme effréné. Lu à voix haute, il perd cependant un peu de sa force à cause de quelques malheureuses incidentes. C'est dommage parce qu'un sonnet, c'est comme une chanson, en fait.

Ici, on n'est presque dans le registre du groupe "Trust" mais en version classique.

Merci pour la lecture,

Donaldo

   GilbertGossyen   
12/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Cela fait rêver. Je parle de la qualité poétique de ce texte bien sûr. Il y a beaucoup d'assonances amusantes, et j'ai beaucoup aimé le mélange de texte construit et de mots populaires. Quant à la chute, c'est tout un symbole.

   Arielle   
27/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une partie de campagne puissamment charpentée par une réjouissante faconde mais dont quelques dérapages au niveau du rythme gâchent un peu la belle envolée (vers 3 et 14).
Pute et putassier à quelques vers d'intervalle sont un peu redondants alors que la "députation" apporte un joyeux rappel phonique.
La scène est vigoureusement menée dans les limites précises du sonnet et couronnée par une chute digne du personnage

Edit : Je verrais bien Fine, la mascotte du Salon de l'Agriculture dans le rôle du gars un peu sanguin ;-)

   Pouet   
27/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bjr,

Ah je ne m'attendais pas à ce genre de campagne, ça me plaît bien.

Je trouve ici, l'ensemble du poème réjouissant. Rien à jeter à mon sens. On pourrait regretter la "répétition" putassier/pute mais non en fait car "pute à souhait" fait écho à "putassier", fond et forme. De l'assonance des familles (d'accueil). Vive la députation!

Franchement, du lourd. Un propos d'école pour les cols blanc pas proprets.

Vrabo!

   Anonyme   
27/2/2017
Bonjour LenineBosquet,

Ça fait du bien de rencontrer un auteur qui a de la gouaille. Il n’y en a pas tant que ça sur le site. Par contre, faut un semi-remorque de matériel d’escalade pour crapahuter dans vos vers. C’est plein de crevasses (« Il fend fier la foule en/ flattant échine et croupe – « D'un coup de pied, dans la/cuve à fumier, l'éjecte », plein de loopings à l’endroit ou à l’envers, on ne sait pas bien (« C'est la députation, en politique errant »).
Vous savez quoi, on va oublier les vieux alexandrins ringards pour parler dorénavant de dodécasyllabes.

Vous m’êtes sincèrement sympathique, Lenine. Choisir un sonnet, c'est-à-dire la forme fixe la plus classique qui soit, pour faire sa révolution de Février, respect. Finalement, je crois que j’aime bien les dégagistes de la poésie. Laissez-moi juste le temps de me rincer les oreilles, j’ai comme des gravillons dans le casque.

Ludi
Harnais, sangles, piolets, sonotones, manuels dodécasyllabiques...

   Ramana   
27/2/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ce coup de pied au cul fait rêver beaucoup d'entre nous, mais hélas ce n'est pas le cas de la majorité, qui croit encore aux discours de tous ces "bonimenteurs" professionnels qui ne respectent que les promesses faites à leurs compagnons mafieux.
La poésie engagée se trouve être le vecteur efficace d'une dissidence disons vertueuse, dans le sens où la noble et puissante harmonie du verbe qui s'en dégage relègue à leur juste niveau les basses œuvres.
J'apprécie le côté humoristique potache de votre texte, plus près de Brassens que de Neruda.

   Anonyme   
27/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'ai lu ce poème en EL et il m'a fallu réfléchir si longtemps à ce que j'allais mettre en guise de commentaire que j'ai laissé passer le train.

En fait la première référence qui me soit venue est Le Forgeron de Rimbaud s'adressant à Louis XVI, dans un autre registre que le sonnet bien entendu, mais tout de même c'est du même ordre en ce qui concerne le genre. Bref, j'adore cette manière de traiter la poésie et le sujet. Bravo !

   PIZZICATO   
27/2/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Cette " partie de campagne " n'a sûrement pas un parfum de violette...
La cuve à fumier sied fort bien à ce genre de " laudateur putassier, caudataire atterrant ".
La punition du goudron et des plumes existe-t-elle encore ? on en verrait beaucoup emplumés, de ces "cols blancs tout proprets "...

   jfmoods   
28/2/2017
Le poète a déjà eu l'occasion de le montrer : rien ne lui est plus étranger que le lisse, cela aussi bien sur le fond que sur la forme. Ce sonnet, dont le titre camoufle habilement l'enjeu, en constitue un nouvel exemple. Le thème, d'une triste actualité, subit ici un traitement au gant de crin. La forme est âpre, quelque peu malmenée...

- débordement de l'alexandrin (vers 5)
- écho assonantique ("putassier", "pute à souhait")
- allitérations ("s", "b")
- choc des allitérations ("b" / "p", "f"/ "v", "c"/ "g" / "j", "s" / "z")
- assonances ("an", "ou", "u")
- glissement assonantique interne ("taire", "teur", "gueux", "gars", "guin", "bau", "bou")
- glissement assonantique à la rime ("propret", "pré")

L'improbable préfixation et suffixation d'un mot noyau ("pute", "putassier" / "députation") et la construction par croisement de chaque côté de l'hémistiche ("Des bœufs à l'isoloir, l'abattoir du  votant.") résument l'enjeu délétère du propos. Le dernier vers, répondant à l'entête, illustre une notion de "dégagisme" bien dans l'air du temps.

Merci pour ce partage !

   Francis   
28/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Vous aviez apprécié (je crois) "le silence des agneaux" et moi, je suis sensible à votre "campagne". Le jeu des sonorités, le registre lexical donnent une force réelle à cette poésie engagée.Cette campagne me fait penser à celle des porcheries industrielles au moment de l’épandage : appât du gain et puanteur du lisier vont de pair. Elle me rappelle aussi les slogans fascistes, xénophobes, antiparlementaires... des années trente. Troupe des bœufs à l'isoloir, notable à bedaine, gras, luisant, arriviste à col blanc me donnent la nausée. Cet après-midi, j'irai peut-être voir le film de Lucas Belvaux "Chez Nous" mais je crains de me faire du mal ! Un auteur est témoin de son époque et sa plume quitte parfois les tableaux bucoliques pour traduire sa révolte, exprimer ses idées. Merci pour ce partage.

   plumette   
28/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
que donnerait ce poème déclamé sans que l'auditoire puisse avoir le texte sous les yeux? Un festival de sons qui claquent bien en rapport avec le thème!

Que c'est bien dit et réaliste, jusqu'à la chute qui fait plaisir au lecteur qui sait bien malheureusement que ce candidat parachuté réchapera de sa partie de campagne.

Merci pour ce très bon moment de farce réjouissante!

   Anonyme   
28/2/2017
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour,

L'avis suivant n'engage que moi :

Tout ça se voudrait libertaire mais c'est tout juste populiste (car il y a un populisme de gauche), passé au crible de mes références et de mes ressentis.

Du point de vue de la forme, l'erreur est de vouloir faire tenir le propos dans le moule du sonnet presque classique : or les contraintes du sonnet peuvent être soit un tremplin pour l’inspiration, soit un carcan embarrassant.
Ici, c'est la seconde optique qui prévaut :

- le vers 3, si déséquilibré, prend l'air d’une phrase et non d'un vers.
- les deux rimes masculines qui se suivent aux vers 8 et 9 étonnent l'oreille
- le premier tercet est confus : il faut s'y prendre à plusieurs reprises pour en saisir le sens, alors que le discours se voudrait pourtant limpide
- le rythme du dernier vers est à retravailler

Pour le fond :

Le "notable à bedaine" sent la barricade de 1870 et son Rimbaud tardif ; tout comme le "col blanc" du tercet final : cliché absolu de la révolte teintée de rouge.

L'écho "putassier" / "pute à souhait" n'est pas, ô combien ! des plus fins ni des plus inspirés.

Le vers 8 et son troupeau de bœufs me renvoie au fameux : "Les Français sont des veaux" gaullien.

Le tableau final ne me séduit pas : j'y trouve quelque chose d'enfantin ; la chute, qui devrait être véritablement percutante, ne m'amuse même pas.
Elle st décidément bien confortable, cette rébellion-là.

Finalement, ce crachat rimé (car c'est ce que vous faites : cracher des postillons rimés sur l'opportunisme en politique) a dû vous satisfaire et vous soulager, une fois le dernier mot lâché ; mais c'est tout. En matière de révolte ou de rébellion, je crois qu'un coup de feu est plus utile qu'un vers.

A.

   Pepito   
1/3/2017
Bonjour Lenine, à votre patronyme, déjà, on pressent ce qui nous attend au coin du bois.
De la forme je ne parlerai point, tant tout ce qui dévers me fait tordre le groin. Juste que se soulager en envoyant du bois fait plaisir, sur l'instant, à vous comme à moi. Malheureusement, ce qui est sorti à grands coups de pied, a de fortes chances de revenir de l'autre coté. Non seulement il ne va pas déguerpir, mais grâce à vous, revenir en martyr. Si votre façon ne me semble pas efficace, la direction prise, elle, me réjouit la face. ;=)

Pepito

   Proseuse   
1/3/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour LenineBosquet,

Ici, tout ricoche et rien ne glisse !
on dirait que même les mots tapent du pied pour montrer la colère !
le texte autant que les images sont forts et j' aime assez ce que j' entends .. dans le fond !
Quant à la forme, je ne suis pas du tout experte pour émettre un avis, le seul que je puisse donner c' est que les rimes ( qui parfois gênent ma lecture) ici ne m' ont pas dérangée
Merci pour le partage


Oniris Copyright © 2007-2018