Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Lunastrelle : Amer Indien
 Publié le 22/03/10  -  22 commentaires  -  1072 caractères  -  436 lectures    Autres textes du même auteur

(...)


Amer Indien



Le vent en conte encor aux bords des hautes Andes
L’histoire, moments noirs, du temps conquistador
Où l’Homme, sans remords, grava un gris décor,
Un sanglant abattoir, aux abjections si grandes !

L’histoire, moments noirs, du temps conquistador
Crache des jets de mort, pour de simples demandes :
Un sanglant abattoir, aux abjections si grandes !
Cruauté et consorts, et ce pour un peu d’or…

Crache des jets de mort, pour de simples demandes
Accomplis ton devoir, pour ce froid mirador
Cruauté et consorts, et ce pour un peu d’or…
Réveille-toi ce soir, soldat venant des landes !

Accomplis ton devoir, pour ce froid mirador
Répandant son trésor en amères amandes
Réveille-toi ce soir, soldat venant des landes !
Le temps du blanc pouvoir doit cesser sous le cor !

Répandant son trésor en amères amandes
L’Humain scelle son sort, en accords de ténor
Le temps du blanc pouvoir doit cesser sous le cor !
Le vent en conte encor aux bords des hautes Andes…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   belaid63   
22/2/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
je n'apprécie pas particulièrement les répétitions en poésie. mais bon, ici, le texte dégage une force, il y a de l'émotion et une certaine "peinture" que j'aime bien.
Agréable!

   Garance   
24/2/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aime beaucoup la construction, l'écriture aussi.
Dernier vers et premier vers identiques. Le premier vers de chaque strophe correspond au second de la strophe précédente.
Techniquement très bon, pourtant les mots n'éveillent pas en moi l'enthousiasme, je ne voyage pas.

   LeopoldPartisan   
1/3/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Personnellement avec cet artifice de la répétition de certains vers, ce poème perd beaucoup de sa substance et finalement m'a énormément gèné dans sa lecture. Je trouve que le sujet aurait du être nettement plus détaillé en ce que la conduite des concistadors pu avoir d'amer pour les peuples indiens : 500.000 morts en fort peu de temps.

Cela méritait bien plus que ce qui en ressort vraiment :

Le vent en conte encor aux bords des hautes Andes
L’histoire, moments noirs, du temps conquistador
Où l’Homme, sans remords, grava un gris décor,
Un sanglant abattoir, aux abjections si grandes !
Crache des jets de mort, pour de simples demandes :
Cruauté et consorts, et ce pour un peu d’or…
Accomplis ton devoir, pour ce froid mirador
Réveille toi ce soir, soldat venant des landes !
Répandant son trésor en amères amandes
Le temps du blanc pouvoir doit cesser sous le cor !
L’Humain scelle son sort, en accords de ténor

   Marite   
4/3/2010
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime le rythme et le thème de ce poème. Ce qui m'a gênée
c'est la reprise des vers et le manque de variété des rimes: "or" et andes", mais je crois que c'est une forme spécifique: pantoum...? Sinon,les vers (alexandrins) me semblent bien construits. La forme affaiblit le fond je trouve mais ceci est très personnel comme sensation.

   pieralun   
7/3/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un poème bien écrit......., des vers qui sont agréables sans grande originalité sur la forme, mais un thème intéressant.
Tout de même, ce pantoum me laisse sur ma faim; les vers semblent indépendants les uns des autres pour pouvoir s'associer en se répétant à chaque strophe. Ce manque d'imbrication est certainement due à la forme même de ce type de poème, mais ici, ce phénomène me semble particulièrement marqué.
En conclusion, une bonne maîtrise de la prosodie, des vers propres dans la forme comme dans le fond, mais un défaut d'âme, de force, de beauté en partie dus à la forme du poème

   bulle   
9/3/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Je l'ai lu plusieurs fois, pour tenter de comprendre ce qui me dérangeait.

Bon, j'aime beaucoup l'expression, les lignes coulent fluide.

Mais... ceci dit, la structure 'pantoun' est double en musique déjà, par les reprises des vers.
D'après ce que j'en entends, y rajouter des rimes internes, court-circuite un peu l'effet "pantounesque", qui se voudrait plus rond, en "boucle", d'autant que celui-ci est composé en dodécas, et non comme il se devrait en octos ou en décas.

En fait, je pense que ce sont les sonorités qui me paraissent trop âpres "Or/Oir".

De plus, les deux thèmes croisés ne m'apparaissent pas. Nous sommes en néo-classique, je ne chipoterai pas davantage ;)

Ceci dit, j'y reconnais une belle force, un bel enthousiasme, c'est un texte vivant dont j'ai apprécié les mouvements, mais qui me dérange un peu dans son appui musical, ainsi que je l'ai relevé plus haut.

Un bel exercice que j'ai apprécié, quoi qu'il en soit.

   Leo   
19/3/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Un bel exercice : pantoum et rimes internes... Diable ! que de risques ! Piégé par la structure elle-même dans la dernière strophe, mais vous vous en sortez brillamment.
Ce qu'on craint, dans ce genre d'exercice de virtuosité et de maîtrise technique, est ce la réussite passe par une perte de sens. Vous n'échappez pas, par moments, à cette critique, l'absence notamment de la "double ligne" propre au pantoum, censée aider à donner du sens, ne vous aide pas en cela;

Mais le résultat reste très largement lisible, de qualité et à aucun moment on ne sent que l'écriture soit vraiment forcée. la preuve, les rimes internes ne me sont apparues qu'à la deuxième lecture.

   jamesbebeart   
22/3/2010
 a aimé ce texte 
Un peu
Je tiens à saluer l'intention louable de l'auteur d'évoquer cet épisode historique, mais pour ma part l'essai n'est pas totalement transformé. La force -indéniable- de certains vers est amoindrie par le rythme souvent heurté du récit, vraiment anti-musical. Bref un ressenti plutôt mitigé, donc.

   Anonyme   
22/3/2010
D'abord, un grand coup de chapeau pour la composition de ce pantoum. En prime, tu nous offres des rimes aux hémistiches.
Du beau travail.

Sur le fond, ce poème édifiant s'intègre dans dans la tonalité dominante de ce site: l'esprit de sérieux.

   Anonyme   
22/3/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Lunastrelle et bravo pour ce premier texte "onirien" !
Iy a beaucoup de force dans ces lignes que je trouve particulièrement bien écrites... C'est vrai que la reprise de certains vers, façon pantoum mais point pantoum, enlève peut-être un peu de charme à la lecture qui, de ce fait, s'avère un peu plus compliquée... Le thème des Conquistadors est très intéressant ainsi que le jeu de mots utilisé dans le titre.
Ce texte est très prometteur et j'attends les suivants avec impatience... Amicalement, Alex

   calouet   
22/3/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Pas spécialiste de poésie (de quoi suis-je spécialiste d'ailleurs? :)), j'avoue que le titre, que je n'aime pourtant pas particulièrement, m'a attiré car cette partie de l'histoire internationale me touche, m'intéresse... Merci donc pour avoir abordé ce sujet.

Concernant la forme, je suis hélas resté sur ma faim, largement. J'ai pour tout dire trouvé ça assez lourd, du point de vue des sonorités et des vers répétés, même les rimes aux hémistiches (pourtant techniquement je crois que c'est plutôt réussi) m'ont donné cette impression d'excès. Au final, je trouve ça trop solennel. Désolé ne n'être pas plus enthousiaste, Lunastrelle.

   Anonyme   
22/3/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Curieuse forme (et originale) que ce texte en spirales s'imbriquant les unes dans les autres. Cela lui donne un côté "lancinant et obsédant" qui se prête bien au propos.

Et la fin qui reprend le début comme si cela ne devait jamais finir et n'être jamais oublié.

   Anonyme   
24/3/2010
 a aimé ce texte 
Pas
Le "jeu de mot" du titre ne me plaît pas.
Je le trouve vraiment trop "léger", limite "humouristique" pour un sujet qui, à n'en pas douter, doit se parer de "gravité".
Pas convaincu par le ton général du poème.
Faire du "style" pour "faire du style" c'est bien tant que le message ne s'en trouve pas tronqué.

Pour moi ce poème est un exercice de style un peu "inconvenant" pour les "indiens" qui sont encore parqués sous Obama le prix Nobel de la paix, dans des réserves.
Trop de clichés sous une forme consensuelle.
La question n'étant pas "l'amertume" mais la "vérité".

Désolé, je note le fond avant la forme.

   Lechat   
23/3/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour Lunastrelle

En première lecture, les termes "conquistador" et "hautes andes" des premiers vers m'avaient envoyé en Amérique du Sud ! En seconde lecture, j'en ai déduit qu'on était en Amérique du Nord au temps des massacres des indiens.
Tout ça pour dire que les termes ne sont pas, à mon avis, suffisamment précis pour décrire la scène.
Les rimes me semblent même souvent forcées, d'autant plus qu'il a fallu en trouver deux fois plus pour permettre les échos à la césure !
Une lecture qui me laisse donc le sentiment mitigé d'un exercice dans lequel on sent beaucoup trop l'effort de l'artiste.

Edit :

Après un rapide parcours d'internet, il s'agirait bien d'un épisode sanglant entre conquistadors et Indiens des hautes Andes en Amérique du Sud.
Mon commentaire précédent est donc stupide.
Vous pouvez le mettre à la poubelle.

   Lunastrelle   
23/3/2010

   irisdenuit   
24/3/2010
Salut petite Lune,

Je te préfère nettement dans le libre onirique, tu y excelles. Un classique que tu maîtrises certes très bien (bien que je ne sois pas l'experte et que je n'aime pas le classique).

Le fond ne me touche pas malheureusement. Il y a trop de douleurs et d'injustices sous mes yeux (enfants battus, indigents, aînés délaissés, etc.).

Mais je tenais à laisser ma trace. Je note pas. Je sais ce dont tu es capable.

Gros bisous,


Amicalement, Iris (Mariesarah)

   Chene   
25/3/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour,

60 millions d'Amérindiens décimés en moins de deux siècles par la conquête espagnole et portugaise en Amérique Centrale et Latine, et sans "les formes".

Il y a dans ce "pantoum néo-classique" une forte contradiction entre le thème traité, le génocide des peuples amérindiens, et la forme choisie : une des formes les plus contraintes de la prosodie (et en plus en y ajoutant des rimes internes).

Je pense que l'auteure a fait fausse route, et c'est dommage.

L'expression se trouve trop contrainte par la recherche des rimes. Elle oscille entre des mots d'une extrême violence ("abattoir sanglant", "crache des jets de mort", par exemple) en adéquation avec la réalité historique et des mots d'une banale platitude ("simples demandes", "et ce pour...", par exemple).

Pour conclure, je dirais "un coup pour rien", alors que j'eusse espéré me retrouver dans l'atmosphère du film "Mission" de Joffé et de ses choeurs mis en musique par Ennio Morricone.

A une prochaine lecture, certainement

Chene

   Flupke   
25/3/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Les répétitions soulignent davantage l'aspect cyclique de l'histoire et me gênent donc moins que d'habitude, ici. (L'histoire enseigne que l'histoire n'enseigne rien).

Surtout beaucoup aimé:
Accomplis ton devoir, pour ce froid mirador
Répandant son trésor en amères amandes

   Anonyme   
3/4/2010
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Bonjour,

Pas spécialement fan du titre. L'amérindien décomposé ne me plait pas, étrangement ça me fait penser au Schweppes Indian Tonic (chuuut pas de pub)....

Ensuite, on connait mes penchants qui sont loin du classique, et le pantoum est une des formes de poésie que je préfère le moins. En effet, je déteste les répétitions. Et malheureusement, cette forme de poésie ne me retient pas spécialement.

Non plus trop fan de rimes, je me retrouve avec des dodéca rimés à l'hémistiche, ce qui ne me plait pas, vraiment pas du tout.

Bon, ça c'était pour la forme, pardon de m'être appesantie, passons à l'oeuvre soi-même.

"Le temps du blanc pouvoir doit cesser sous le cor !"
et
"L’Humain scelle son sort, en accords de ténor" me semblent assez faibles dans l'évocation poétique.
la double rime en or ne me convainc pas du tout, d'ailleurs comme toutes les rimes en or de ce poéme.

Pourtant le sujet mérite que l'on s'y arrête. Je pense que le choix de la forme ne sert pas vraiment le propos.

Désolée Lunastrelle, une prochaine fois peut-être...

   Anonyme   
24/7/2010
 a aimé ce texte 
Bien
La forme , déjà naturellement très chantante, que tu adoptes ici transforme ce pantoum en une espèce de danse macabre.
Je note quelques difficultés : les hiatus (mais tu as dû les repérer) ; une cheville (abjections si grandes) ; des consonnances qui alourdissent certains passages ("son sort, en accords de ténor", les trois pour du troisième quatrain).
Je note un vrai beau vers : "Réveille-toi ce soir, soldat venant des landes !"
Je salue l'audace des rimes internes, même si la forme déjà très musicale n'en avait pas vraiment besoin.
Le reprise finale du premier vers, qui semble devoir reprendre tout ce qui précède, avec ces points de suspension, illustre bien la persistance du souvenir local de cette exploitation de l'homme par l'homme.

   Anonyme   
23/5/2010
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Je ne suis pas convaincue. Je ne saurais dire exactement ce que j'espérais... Un plaidoyer ? Des dénonciations originales ? Un souvenir de l'histoire beaucoup plus consistent précis, une façon de retracer la "route des larmes". Bref, pour moi le titre est beaucoup trop fort par rapport au contenu : rimes compliqué, poésie trop forcé, structure bien trop rigide pour un Peuple en mouvement. L'amertume est vaguement présente, mais ... pour être franche, elle sonne tellement caucassien, alors...

   Anonyme   
24/3/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Il n'y a pas grand chose à dire, sur la forme qui est "parfaite", reste que cela dessert à mon avis, le fond. Vous avez une grande maitrise des techniques poétiques et en cela c'est plaisant à lire.
Cependant ici cela n'a pas permis de dramatiser toute l'horreur du sort de "L' Amer Indien" à cette époque, car les phrases répétées lui nuisent, l'idée ainsi n'est pas assez développée. Elle donne l'impression de tourner en boucle, comme un disque qui aurait des ratés.

Par contre les rimes intérieures appuient, elles à l'inverse sur "L'histoire, moments noirs, du temps conquistador".

Encore une fois, je vais plus saluer la plume au talent indéniable, tout en regrettant qu'elle n'est pas pu apporter au fond, le côté fort que j'en attendais surtout sur un tel sujet.


Oniris Copyright © 2007-2019