Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Lylah : Accalmie mensongère
 Publié le 27/08/16  -  15 commentaires  -  829 caractères  -  313 lectures    Autres textes du même auteur

Après…


Accalmie mensongère



Accorde à la souffrance
sa part d'irréversible
sans chercher plus avant
qui de l'eau
ou du ciel
aura déterminé
la première frontière



Loin du sol immobile
l'arbre
nourri de pierre
s'épuise à étayer
son tournoiement tremblant
aux froides verticales
d'un soleil sans étreinte


Sans jamais parvenir
à libérer le cri
de la foudre vaincue
dans l'aubier refermé
sur un autre printemps





Mais


ce besoin de dire
que cerne le silence
– accalmie mensongère
qui mesure le temps –



Ces fêtes détournées
que l'aube n'atteint pas





Mais là
l'insoutenable
sur ma peau sans oubli


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   dom1   
15/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La " mise en page " est discutable. Pour le reste, j'aime bien la teneur de l'ensemble. Précision chirurgicale et ombres chinoises fortes de votre talent.

Pourquoi mettre ces mots entre tirés ?

- accalmie mensongère
qui mesure le temps -

dominique

   Brume   
27/8/2016
Bonjour Lylah
Je trouve l'image étrange:
"Loin du sol immobile" - oui le sol est généralement immobile. Même sous une dimension émotionnelle l'image n'est pas très heureuse.
Idem pour "sur ma peau sans oublie" - le "sans oublie" me gêne car bizarre.
"dans la peau" aurait été mieux non? Sans que cela n'enlève l'idée de mémoire, de souvenirs.

Bon je n'aime que la première strophe car elle est selon moi plus accessible, moins imagée, moins de superlatifs.
Toutes les autres strophes comportent pratiquement des images à chaque ligne. Là vous en avez bien abusé. Et du coup je n'arrive pas à entrer dans votre poème ni en ressentir de l'émotion ou une quelconque atmosphère. En faite ce n'est pas l'abus d'images qui me gêne le plus mais leur incohérence.
Comme je n'ai rien compris je ne met pas de notation.

   Lulu   
27/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Lylah,

j'ai assez aimé les trois premières strophes de votre poème, puis me suis enlisée dans la suite, faute de comprendre.

J'ai aimé votre écriture suggestive dans les trois premières strophes. Les images nous apparaissent dans un ton et un rythme que j'apprécie beaucoup. On sent une belle sensibilité.

Plus loin, dans la seconde partie de votre texte, j'accroche moins, mais surtout, je ne comprends pas du tout votre dernier vers.

   MissNeko   
27/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

J ai beaucoup aimé les 3 premières strophes. A partir de "mais" j'aime moins ( quantité moindre )

La première strophe est magnifique : quand on a souffert, il reste malheureusement des traces indélébiles ( c est ce que j ai compris)

Il y a beaucoup de pessimisme dans vos vers : il arrive un moment où on ne parvient plus à voir le nouveau printemps.
Merci pour ce partage

   PIZZICATO   
27/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai apprécié la première strophe, poétique et expressive.
Ensuite, deux strophes dont j'ai trouvé les images un peu grandiloquentes auxquelles j'ai eu des difficultés à accorder un sens précis.
" libérer le cri
de la foudre vaincue ", " l'aubier refermé ", " Ces fêtes détournées
que l'aube n'atteint pas "...

   Pouet   
27/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bjr,

Un très beau titre que cette "accalmie mensongère", les rayons du soleil ne sauraient faire oublier la noirceur de l'orage.

Je suis toujours aussi friand de ces mots, de ce ton, de cette sensibilité à fleur de peau.

Parfois philosophique, métaphysique, à l'instar de:

"qui de l'eau
ou du ciel
aura déterminé
la première frontière"

J'y vois un chagrin d'amour mal digéré (mais c'est peut-être autre chose, un "accident de la vie"...) qui nous donne une bien belle poésie. Du regret, de la souffrance, de la nostalgie... mais de la beauté.

Encore et toujours un grand plaisir à vous lire.

   jfmoods   
28/8/2016
Le rythme intérieur du poème est assuré par une suite d'hexasyllabes parfois tronqués. Les blancs qui structurent le texte manifestent l'étirement douloureux du temps. Hormis la forme impérative d'entame ("Accorde") et l'adjectif possessif du dernier vers ("ma peau"), le sujet s'efface derrière des images le figurant métaphoriquement dans l'échec à s'épanouir (personnification : "l'arbre nourri de pierre / s'épuise", groupe nominal : "l'aubier refermé"). Un passage retient particulièrement l'attention : il s'agit de la construction paradoxale ("foudre vaincue") qui semble dessiner les contours d'une relation amoureuse dont l'intensité extrême se serait lentement et inexplicablement effilochée, essoufflée, éteinte, au fil du temps. Impossible de trouver, au sein du couple, le nom du responsable (alternative inquestionnable soulignant une distance désormais incommensurable : "qui du ciel / ou de l'eau"). Une ligne de fracture sépare irrémédiablement présent et passé (groupes nominaux : " la première frontière", "un autre printemps"). Le "sol immobile" matérialise un voeu de stabilité, alors que le rapport au monde s'est considérablement délité. La chaleur dispensée naturellement au corps est aujourd'hui inaccessible (groupe nominal élargi : " froides verticales / d'un soleil sans étreinte"). L'écriture tente, sans succès, de faire la part des choses ("accalmie mensongère" donnant son titre au poème), de déposer une clarté salvatrice sur les strates du souvenir (personnification : " Ces fêtes détournées / que l'aube n'atteint pas"). Les assonances ("ou") et les allitérations ("s", "b") présentes dans les deux derniers vers suggèrent un douloureux, un oppressant enkystement.

Merci pour ce partage !

   Vincente   
28/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonsoir Lylah,

L'écriture est belle, les images fortes, la lecture était bien agréable.
Mais j'ai eu du mal à suivre votre intention, un peu comme si la complexification de l'expression prenait le pas sur l'importance du propos. Chacune des trois premières strophes paraît assez claire, et après le basculement du "Mais", les trois suivantes me semblent un peu absconses, avec malgré tout les très beaux vers "ce besoin de dire / que cerne le silence" et "Mais là / l'insoutenable / sur ma peau sans oubli". Je trouve dommage de ne pas avoir ouvert un peu plus le chemin dans le "Après..." en exergue.
Le titre ne m'a séduit ni dans la beauté des termes, ni dans leur signification.

Au plaisir de vous retrouver dans une prochain texte plus évocateur.

   bolderire   
29/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,
le temps n'efface pas tout....un poème délicat, suggéré, qui ne sur-détermine pas. Comme un cri étouffé...Bravo!

   Alcyon   
31/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour

je vois dans ce poème une belle leçon sur le lâcher prise
teintée de fatalisme (Accorde à la souffrance sa part d'irréversible)
malgré cette souffrance palpable, j'ai envie de continuer à croire que tout est en mouvement dans la vie et que cette "accalmie mensongère" a sa part de vérité
beaucoup d'émotions à la lecture

   Anonyme   
2/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
"Ces fêtes détournées
que l'aube n'atteint pas"

ces deux vers sont très beaux je trouve, c'est dommage que le reste du texte ne soit pas toujours à ce niveau. en effet, c'est un texte sympathique mais qui, pour moi, ronronne un peu trop.
Je pense qu'il parle du moment qui suit la rupture, le chagrin qui envahit tout, et j'aurai aimé que l'aspect plein de pudeur ici, soit un peu plus renforcé par des pointes de souffrance plus lisible (comme les deux vers que j'ai cité ci dessus).

Bon ce ci dit, je fais peut être dire n'importe quoi à ce texte !

   Anonyme   
2/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poème assez complexe dans sa beauté.
J'imagine ici un amour qui s'étiole. Enfin c'est ce que laisserait croire les deux sublimes premières strophes.
Mais ensuite, le poème laisse peut-être entendre qu'il y aurait des coups portés physiquement.
"que cerne le silence" aurait quelque part rapport avec un œil au beurre noir.
Et cette dernière strophe qui pourrait pudiquement évoquer les hématomes.

   Anonyme   
3/9/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Accepter la fatalité, ou comme si c’était nécessaire et fatal, accepter est la seule issue souvent, la plus saine…pour reprendre plus loin, après…

Car ce besoin de dire…
Car ces fêtes détournées…toutes choses comme un levain…

Et puis, à la fin, ce qui vous appartient le plus et qui reste sans oubli…

Je voudrais vous dites que tout passe…même le pire…mais en fait je n’en sais rien.

Votre texte est beau, tout en retenue, et avec des images superbes, comme cet 'aubier refermé sur un autre printemps' de cet 'arbre' 'nourri de pierre', etc., etc.

Grand bravo et à vous relire.

Corbivan

   FABIO   
5/9/2016
Un sens que seul l'auteur garde surement secret.
quelques jolies choses .dans l"ensemble c'est pour moi assez torturé. du coup difficile d'évaluer.

   plumette   
6/9/2016
trop hermétique pour moi, même si je trouve l'agencement de certains mots très beau.
j'ai aimé : "Accorde à la souffrance
sa part d'irréversible"

j'ai aimé également lire :" Mais là
l'insoutenable
sur ma peau sans oubli "

je ne peux pas noter en raison de ce sens qui m'échappe presque totalement.

Plumette


Oniris Copyright © 2007-2019