Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
margueritec : Rêvez les roses
 Publié le 08/05/15  -  12 commentaires  -  386 caractères  -  251 lectures    Autres textes du même auteur

Au coin du feu...


Rêvez les roses



rêvez


rêvez encore aux
roses en flammes



le ciel
endort en gris
les jardins
le vent
déflore le printemps
la terre
se nourrit
de la mort



les roses de feu
prisonnières d'un buisson
gelé
jaillissent
dans la nuit
et donnent aux souvenirs
le goût d'un avenir


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Vincent   
18/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
es roses de feu
prisonnières d'un buisson
gelé
jaillissent
dans la nuit
et donnent aux souvenirs
le goût d'un avenir


particulièrement cette strophe

mais tout votre texte m'a emballé

le rythme d'abord

et les tonalités

et puis bien sûr les images qui décollent

merci à vous

   Lulu   
27/4/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↓
J'ai bien aimé me représenter les roses lorsqu'elles "jaillissent / dans la nuit / et donnent aux souvenirs / le goût de l'avenir".

Cependant, je n'ai pas compris pourquoi "la terre / se nourrit / de la mort"... Cela m'intrigue et m'empêche d'apprécier ce poème dans son ensemble.

Un poème épuré, mais trop bref. J'aurais aimé un peu plus de relief aux "roses en flammes".

   Francis   
8/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poème que je dédie à Sophie Scholl , ma rose blanche. "Et donnent aux souvenirs, le goût d'un avenir." Elle vivait l'époque où la terre "se nourrit de la mort."
J'ai pensé à elle dès que j'ai lu vos vers. Pourquoi ?

   Anonyme   
8/5/2015
Je dois dire que mon opinion est assez mitigée.
La première strophe me plaît beaucoup avec ses trois images qui, pour ma part, ont chacune une allure d'aphorisme.
Par contre " les roses de feu
prisonnières d'un buisson
gelé
jaillissent
dans la nuit " ne me séduit pas plus que ça.
Mais c'est quand même un tour de force de faire apparaître diverses situations en si peu de termes.

   Anonyme   
8/5/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonsoir Margueritec

Je lirais votre poème dans la continuité d'un recueil, je pense qu'il se "délierait" naturellement.
Dans une suite d'impressions dispersées deçi-delà ou une "piste" de mots répétés qui viendraient petit à petit constituer le cadre de votre univers poétique.
Le souci c'est qu'on ne sait pas... et -c'est mon sentiment- j'ai l'impression que ce texte jeté ici, comme ça, est un orphelin.

Vous écrivez une chose grave.
"la terre
se nourrit
de la mort"

Cette phrase retentit fort. Conteste-t-elle une conscience du divin ?
Sans contester la conscience elle-même... sinon les souvenirs n'auraient pas un goût d'avenir...

Rêvons puisque nous en sommes capables avant de redevenir nourriture....
Merci.

   Mauron   
8/5/2015
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai beaucoup aimé ce texte sauf ses deux derniers vers, "souvenir", avenir", deux mots à la rime trop facile selon moi, deux mots abstraits et qui "simplifient" le propos. Dommage. Le reste était suspendu entre musique et sens, comme j'aime, allant de l'un à l'autre sans jamais s'y fixer.

   Anonyme   
9/5/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Un texte court parcourut d'une véritable aura, ce qui en fait sa force.

Des roses en "feu", gelées par l'hiver (c'est ce que j'y vois), et qui surgissent ("jaillissent", pour reprendre vos propres termes) au printemps (d'où "déflore le printemps).

Une belle aisance dans l'écriture. Une belle pureté aussi...

Bravo,

Wall-E

   Robot   
10/5/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je le trouve assez agréable à DIRE ce court texte. Sans aller jusqu'à dire qu'il est impérissable il ne manque pas de charme. Je vois ces roses de feu comme les flammes dansantes qui s'agitent dans une cheminée. Je vois ces roses prisonnières d'un buisson gelé, comme les lueurs des tisons qui demeurent dans la cendre refroidie. Je vois une belle métaphore du temps qui passe.

   Pussicat   
14/5/2015
Les roses ne sont celles que l'on croit lire, celles qu'on imagine, et j'aime pour cela la dernière strophe .
Je suis moins convaincue par :
"la terre
se nourrit
de la mort"
trop facile et qui affaiblit votre court texte.
Maintenant, ce passage s'inscrit parfaitement dans la strophe.
Je lis et relis :
"rêvez encore aux
roses en flammes" pour la musique...
à bientôt de vous lire

   Provencao   
1/10/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le funambule du souvenir au goût de l'avenir m'a littéralement enthousiasmée ...j'ai été bluffée par l'aspect nébuleux du poème où tout un chacun peut y voir, entendre, lire ce dont il a envie..........

   Anonyme   
29/5/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Le texte est un peu court mais dans l'ensemble je l'aime bien. Mais peut-être le coté court aussi donne un peu plus d'impacte aux mots. En fait, c'est surtout la dernière strophe que j'ai aimé. Là j'arrive sans mal à associer la nuit aux rêves, aux souvenirs...( vous voyez j'ai carrément zappé les roses et le reste!!)

   leni   
30/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
A Margueritec
après tes explications j'ai suivi le fil de ton texte Merci pourquoi ne pas donner un indice ça aiderait Pas tout dire comme avant un film de Culombo C'est uns suggestion
Salut cordial Leni


Oniris Copyright © 2007-2022