Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
marogne : Impressions du soleil levant (2)
 Publié le 16/03/08  -  7 commentaires  -  3932 caractères  -  13 lectures    Autres textes du même auteur

Quelques images pour sentir ou ressentir le Japon (suite)


Impressions du soleil levant (2)




XIII

Rose bonbon, vert pomme, bas à résille, dentelles, jaune citron, ombrelle, mitaines.
Sourire, démarche de guignol, jambes improbables, elle est triomphante au milieu de la foule.
Indifférente.

XIV

Le costume uniforme est parfait ; l’attaché case, à sa main, est posé.
Un cadre supérieur ?
Quatre heures du matin.
Il gît sur le trottoir, saoul.

XV

Une folie de néons, un murmure, la foule s’y presse.
La porte passée, le bruit envahit l’être, insupportable, irrémédiable.
Ils sont là, seuls dans la foule, isolés par le bruit, devant la machine, le regard fixe, la main jouant avec les billes.
Pachinko !

XVI

Simples, ses traits bonhommes font oublier la taille, leur force surprend.
Énormes, démesurées ses mains à l’unisson.
Harmonie.

XVII

Les troncs en laque rouge, parfaits, se répètent comme à l’infini, miroirs.
Leurs faîtes épousent le geste du pinceau, le geste de l’artiste répété à la perfection.
Ils montent sur la colline, passage vers le sublime.

XVIII

Blafarde, elle vous regarde, illuminée.
Ses traits apaisants ne dissimulent pas le poison qu’elle vous prépare.
Lanterne, elle guide vers la fin, et le geste du maître s’en joue, vaincue elle est.
La mort.

XIX

Elle ne veut plus lui parler.
Affalé sur la table, il cherche une explication, auprès de ses collègues, dans la saveur douceâtre du saké.
Mais il est là, il est normal de ne pas rentrer chez soi.
Sa fille le verra un autre jour.
Sa femme est habituée.

XX

Une fine brume au-dessus des corps congelés.
La musique, percussions, témoin de leur qualité.
Par centaines, tous les matins, hors de leur monde, ils témoignent.
Calmes, témoins d’une liberté perdue.
Autour d’eux, l’agitation, les cris, le chaos, le commerce.

XXI

Un déferlement de bleu sur la rue grise, des cris, des éclats de rire, l’uniforme.
Les socquettes, blanches, et les chaussures, seuls éléments personnels.

XXII

Un étang au milieu des arbres corsetés attire tous les chemins, eaux calmes parsemées de brindilles, île sauvage.
Sur les rives, une accumulation d’objectifs sur leur trépied, l’appareil photo apparaît dérisoire devant leur taille, tous attendent.
La vedette déplie son cou, sur un rocher, crépitement des déclencheurs.
L’oiseau symbole de renouveau.

XXIII

Une des plus belles avenues, large, dégagée, froide.
Dans un immeuble sophistiqué, acier, béton et verre, se pressent ceux qui recherchent le dernier cri.
On s’extasie devant les boîtiers, les images décrites à coups de pixels, la musique en boîte, menés par des hôtesses au sourire figé.
Souriez ! Si vous voulez être photographiés.

XXIV

Îlot de silence, richesse des ors et des laqués, perfection du détail, foule qui se presse.
Un murmure souligne les gongs, ils se font face.
Lui tout en noir, elle dans un kimono improbable, immaculé.
On retient son souffle.
Mariage.


13 Jeune fille au parc de Uéno, Tokyo
14 Près de la gare de Shimbashi, Tokyo
15 Salle de Pachniko, Ikebukuro, Tokyo
16 Grand Boudha, Kamakura
17 Succession de « Tori », temple « zeni arai benten », Kamakura
18 Estampe de Hokusaï, « la lanterne » dans la série des fantômes.
19 Fin de journée de travail, on mange, on boit, entre collègues avant de rentrer se coucher - Tokyo
20 Vente aux enchères de thon, marché de Tokyo, cinq heures du matin
21 Groupe de jeune fille sortant d’une école, quartier «du livre », Tokyo
22 Korakuen garden, Tokyo
23 Immeuble SONY, Ginza, Tokyo
24 Mariage dans un temple au nord du palais impérial, Tokyo


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   widjet   
16/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une excellente (et pédagogique !) idée que de donner un résumé de ces "instants de vie". J'aime vraiment ces phrases courtes, poétiques, percutantes et même effrayantes.
Critique non déguisée d'une ville artificielle (mais je pense qu'on peut l'appliquer à pleins d'autres villes du monde) aux visages multiples mais sans réelle personnalité. Cette petite visite guidée japonaise est à l'image de sa ville : fascinante et anonyme, factice et mystérieuse.

La suite....Vite !

Widjet

   clementine   
17/3/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Tous ces clichés qui reflètent des moments de la vie sont comme un panorama qui défile sous nos yeux, intéressant.

   Anonyme   
17/3/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Alors là je dis OUI, de superbes instantanés... Magnifique.
Le Japon me fait de l'oeil depuis quelques temps, j'irais bien y traîner mes tongs... Cela confirme mes impressions... Mon
préféré: la vente aux enchères de thon... Le fond, la forme, vraiment rien à dire...

   Anonyme   
17/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
j'attendais la suite et je ne suis pas déçu..

Elles sont vraiment douces ces impressions

*s'est laissé bercer*

   mimich   
6/5/2008
Impressionnistes, certes oui ,ces croquis ,comme autant de touches qui se succéderaient sur un tableau de Monet.
L'oeil tente de saisir l'essentiel à travers une personnalité.
Sur le forme je poserai une question à l'auteur:
Dans ce genre de texte où l'on abandonne et le mètre et la rime, c'est à dire qu'on se libère des contraintes, quelle est la différence entre ce qu'il convenu d'appeler la prose et la poésie?
Certes on décide arbitrairement d'aller à la ligne mais pour quelles raisons car on pourrait toujours utiliser par exemple les points de suspension pour mettre en valeur un mot, une expression , une image etc.. Merci d'avance à l'auteur

   Bidis   
22/7/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un Japon plus imparfait, moins stéréotypé peut-être que dans le poème précédent. En tout cas, il me plaît davantage.

   Anonyme   
26/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Les images sont plus riches et les clichés éblouissent par rapport au précédent, cependant j'ai un peu moins aimé certaines descriptions que je trouve moins poétiques... J'ai préféré


Oniris Copyright © 2007-2019