Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Nat : Deux vieux
 Publié le 03/10/07  -  5 commentaires  -  598 caractères  -  31 lectures    Autres textes du même auteur

En marchant dans la rue...


Deux vieux



Je souffrais une aurore sans joie
Et filais dans la rue.
Flânant à un souffle de moi,
Deux silhouettes menues,
Deux ombres.

Ces vieux, ignorant mon regard las,
Lièrent leurs doigts fendus.
Mes yeux enivrés par l’émoi
Couvrirent leurs pardessus
Si sombres.

Et mes parents que la vie émailla,
Dans son tohu-bohu.
Et ma mémoire, Papa,
Que les cris éperdus
Encombre.

Mon Amour, j’y resonge parfois
À leurs mains si ténues,
À leurs paisibles pas,
À leurs saisons échues
Sans nombre.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Couette   
4/10/2007
je suis habituellement plus attirée par la poésie régulière .. mais ce charmant poème la vaut largement! j'ai aimé les fins de strophes : deux ombres, si sombres etc.. Bien! vraiment j'ai apprécié! Amitiés

   guanaco   
4/10/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Joli poème sur cet Amour qui grandit à mesure que les corps se flétrissent et qu'ils disparaissent.
La 3ème strophe me pose problème: "encombre" ne prend-il pas la marque du pluriel 'encombrent" pour les "cris éperdus"?
Enfin le terme "tohu-bohu" contraste (à mon avis) avec la tonalité du poème et ne me paraît pas approprié.
Merci. ;)

   Nat   
4/10/2007
Ah oui, "encombre" devrait être "encombrent". Comment ai-je pu laisser passer ça?

Sinon, tohu-buhu contraste intentionnellement pour marquer la différence entre ces deux personnes et les parents évoqués.

   Anonyme   
6/10/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Contenu original et très émotionnel. Pour la forme j'aime surtout le rythme et la structure de la dernière strophe : crescendo de mots je tés au sens de notre vie.

   Anonyme   
13/5/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Je suis en plein dans votre écrit, et vos mots me parlent, j'ai eu des parents comme les vôtres :

"Et mes parents que la vie émailla,
Dans son tohu-bohu.
Et ma mémoire, Papa,
Que les cris éperdus
Encombre."

Alors dans notre "intérieur" abimé par ce vacarme, par des images douloureuses, je dirai l'image est forte, et nous réconforte avec la vie, le bonheur durable est possible, cela est très réconfortant.

Très très bel écrit ...


Oniris Copyright © 2007-2019