Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
oiselle : Ensemble [Sélection GL]
 Publié le 06/08/20  -  7 commentaires  -  581 caractères  -  160 lectures    Autres textes du même auteur

Différents ? Oui, et alors...


Ensemble [Sélection GL]



Le chêne un jour dit au roseau :

« J’aime à te voir danser, léger, t’éparpillant,
Quand mon tronc impassible ignore tout du vent.

Le chant de tes grenouilles berce mon rossignol
L’écureuil me visite et je le sais qui vole
De ses reflets cuivrés, parmi tes libellules.

Je pousse solitaire, l’espace me stimule ;
Tu côtoies tes semblables dans ta roselière.

Je t’offre ma sagesse, apprends-moi l’éphémère !
Si d’aucuns m’ont fait roi, je te ferai bouffon.
À deux, nous tournerons le dos aux aquilons. »


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eclaircie   
21/7/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

Super idée de ne pas opposer deux éléments mais de les assembler pour être plus résistants.
J'aime cette suite à la fable "Le chêne et le roseau" de La Fontaine
Un brin de zéphir souffle sur ce poème, le soin apporté à l'expression est vraiment appréciable.
J'aime particulièrement :
"Le chant de tes grenouilles berce mon rossignol
L’écureuil me visite et je le sais qui vole
De ses reflets cuivrés, parmi tes libellules."
Alors bien sûr le vers
"Tu côtoies tes semblables dans ta roselière." est moins dans le rythme, avec sa construction 7/5 (on l'entend un peu qui dénote)
Globalement, fond et forme m'ont bien plu.

Merci du partage,
Éclaircie

   Melorane   
25/7/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour,
J'ai bien aimé ce texte tout en douceur.
Cependant j'ai quelques réserves:
"J’aime à te voir danser, léger, t’éparpillant,", je n'ai pas compris le sens de "t'éparpillant" ici.
"Le chant de tes grenouilles berce mon rossignol", n'aurait-il pas fallu inverser les deux animaux, car le chant du rossignol est connoté plus agréable (et donc berçant) que le croassement de la grenouille.
En E.L.

   Lebarde   
26/7/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il faut de tout pour faire un monde et c’est avec toutes ces différences qu’il peut tourner. Le roi a besoin de ses bouffons, le fort des faibles et vice et versa.
Belle vision bien utopique qui pourrait fonctionner ...peut être ... a condition que personne n’abuse de sa situation et que chacun fasse profiter l’autre de ses moyens et compétences.

« Ah si tous les gars du monde.... »

Beau sujet, pas nouveau mais traité ici avec l’habile mise en scène du chêne et du roseau qui au lieu de s’opposer allieraient leurs différences, la puissance du solitaire, la fragilité apparente protégée par la foule de ses semblables.

Belle idée en effet que mes « et si ...» personnels de rêveur au bon cœur voudraient bien voir possible.

Tout est délicat et subtil dans ce texte d’une grande poésie humaniste, au vocabulaire simple, un peu enfantin mais tellement touchant et réconfortant.
J’ai bien aimé.
En EL
Lebarde

   Anonyme   
6/8/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Décidément le chêne n'a rien appris des mésaventures de son illustre prédécesseur contées par La Fontaine.

"Je t'offre ma sagesse, apprends-moi l'éphémère"

Voilà qui est bien présomptueux, le chêne n'a pour toute sagesse que le lourd surplomb et la bienveillance un peu méprisante qu'il professe pour plus petit que lui.

On le sent enflé d'une toute-puissance et d'un contentement de soi bien futile offrant au roseau de n'être que son bouffon ; voilà bien une offre léonine qu'un roseau inspiré devrait refuser.

Rien n'a changé depuis La Fontaine en dépit des apparences !

   Hananke   
6/8/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

Dans ce joli petit poème, le chêne se venge du roseau
quelques siècles plus tard.
J'aime bien le premier tercet avec ce rossignol bercé et surtout
les 2 autres vers.
Je ne suis pas certain que le chêne pousse solitaire, ils se côtoient
nombreux en forêt de tronçais.
Le dernier tercet est jubilatoire et le grand arbre majestueux
énonce son ressentiment gardé dans un coin de son écorce
depuis longtemps.

   papipoete   
6/8/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
bonjour oiselle
voilà le genre de poésie à laquelle nous devrions tous applaudir !
Elle nous ramène à notre enfance, quand nous apprenions les fables ; et aujourd'hui ne vous arrive-t-il pas de parler à qui n'a point de corde vocale ? ( je me revois trancher le col de ma vigne-vierge, par obligation et si triste, lui demander infiniment pardon ! )
Quel délicieux et simplissime dialogue à la fois, pour petits et grands ?
NB ni le roseau, ni le grand chêne n'écrase l'autre, mais au contraire s' incline devant ce que chacun sait faire...belle leçon donnée à la créature " supérieure " que nous sommes !
je ne relève pas de tirade en particulier ; elles sont toutes si jolies et diffusent douceur et tolérance à s'en noyer le coeur !

   Gemini   
9/8/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Détournement de la fable préférée de La Fontaine pour y glisser subrepticement (et sur 10 vers, madame !) la morale du Vieillard et ses enfants : "Toute puissance est faible à moins que d"être unie".

Je trouve l'affaire bien menée ; le tableau (en monologue, donc sans action) est peut-être un peu trop descriptif car le sujet n'apparaît qu'au dernier tercet, mais le Bonhomme n'était-il pas avant tout un peintre de la nature ?

Il m'a semblé, et c'est sans doute subjectif, que le rythme était un peu saccadé vers la fin, avec des phrases d'un vers, comme si l'idée manquait de liant. Juste une impression...

Sans parler de prosodie, il manque une rime à "roseau".


Oniris Copyright © 2007-2020