Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Ombhre : Au fil des saisons
 Publié le 13/01/18  -  7 commentaires  -  1133 caractères  -  173 lectures    Autres textes du même auteur

Quatre saisons en aquarelles.


Au fil des saisons



Sur la nuit faiblissante
Que le matin dilue
La blancheur éphémère
Des cerisiers en fleurs.

Chant de printemps.



Le ciel est bleu.
Les nuages en semailles

Blancs.

Vert le bruissement
Des feuilles.

Dans le ciel
Une hirondelle
Se rit du vent.

Douceur d’un soir
D’été.



Petit matin…

Le soleil en sorbet
S’est posé dans les champs.

Gourmandise d’automne.



Les nuages froissés de vent,

Le ciel d’étain
le soir déteint.

Sur les collines froides
Les os des arbres dressés.

Peinture d’hiver.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Brume   
29/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour

Il y a de jolies images comme "Les os des arbres dressés " et "Le soleil en sorbet"

Mais je ne lis rien de neuf. Il y a des mots déjà lus et usés jusqu'à la corde pour le thème comme :
- " Des cerisiers en fleurs " pour parler du printemps
- " Douceur d'un soir d'été " pour parler de l'été

Je pense que vous auriez pu aller plus loin en ajoutant plus de palettes de couleurs, les saisons s'y prêtant bien.

Autre chose que je trouve dommage c'est la révélation des saisons à la fin de chaque description. Vous devriez laisser le lecteur les deviner.

Joli poème qui fait du bien, c'est frais, bien que par vos descriptions j'ai plus souvent le nez levé au ciel et moins sur la terre, vous m'avez emmenée contempler la nature au fil des saisons et c'est toujours agréable à lire.

   Gouelan   
3/1/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Quelques touches pour peindre les saisons, ici et là sur la toile des mots.
C'est aérien et léger comme l'aquarelle.
Chaque image se dilue l'une après l'autre.

"Les os des arbres dressés", une impression qui m'a saisi ces jours-ci. Des branches griffant le ciel.
"Les nuages en semailles", "Le soleil en sorbet" , très belles images.

Une très belle balade au fil du pinceau.

   PIZZICATO   
13/1/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Sempiternel sujet, en poésie, que les quatre saisons.
Rien de bien nouveau, mais certaines images intéressantes
" Le soleil en sorbet
S’est posé dans les champs."

"Le ciel d’étain
Où le soir déteint."

" Les os des arbres dressés. "
Je trouve, moi aussi, qu'il n'était pas essentiel de préciser les saisons.

   Marie-Ange   
14/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je vous ai lu et relu, car la forme donne une impression
de mélange des saisons. C'est assez intéressant, ces intervalles,
ils laissent le lecteur savourer les mots, s’imprégner des images.
Ils sont comme des arrêts sur image, c'est comme voir le déroulement.
C'est alors la visualisation des saisons pour mieux les apprécier, qui se fait tout en harmonie, tout en filigrane.

Peu à peu, cela devient plus intense, plus vivant, plus créatif.

Des phrases par-ci par-là, apporte le côté original :

- les nuages en semailles
- une hirondelle se rit du vent
- le soleil en sorbet "magnifique"
- les nuages froissés de vent
- les os des arbres dressés

Vous avez su mettre votre touche personnelle, avec beaucoup
d'élégance, et surtout de poésie.

C'est un poème dont la lecture se fait sans modération. Il est
léger, délicat, simple mais efficace par le fait qu'il est tout en
vérité.

   papipoete   
14/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Ombhre
Un long et épais coup de pinceau sur 4 vers, puis ça et là des petites touches de couleur " chant de printemps/les nuages en semailles/petit matin ... "
Peu à peu, le tableau s'illumine et la nature resplendit sous la plume du poète !
Les 4 saisons et l'automne en particulier ( le soleil en sorbet s'est posé dans les champs ) passent pour le plaisir des yeux et " le ciel d'étain où le soir déteint " clôt à ravir cette délicieuse poésie !

   Donaldo75   
16/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Ombhre,

Avant d'aller lire ta dernière nouvelle publiée aujourd'hui, je me suis laissé aller à la lecture de ton poème, que j'avais vu passer en Espace Lecture mais n'avais pas pris le temps de commenter.

Très pictural au début, il ajoute une autre dimension dès ces vers:
"Le soleil en sorbet
S’est posé dans les champs."

Et il termine en force évocatrice:
"Les nuages froissés de vent,

Le ciel d’étain
Où le soir déteint.

Sur les collines froides
Les os des arbres dressés."

Bravo !

Don

   myndie   
28/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Ombhre,

je découvre ce petit poème qui m’avait échappé…
La difficulté, quant on veut évoquer un thème aussi rebattu que les 4 saisons, est bien de le faire sous un angle original. Vous y avez réussi.
Vos vers, semblables à de petits coups de pinceaux légers, semblent naître de toutes ces petites choses instantanées qui éblouissent les yeux et gonflent le coeur d’amour pour la nature.

La construction est alerte, condensée , et vous auriez pu donner une impulsion supplémentaire au rythme en faisant le choix total, à la manière des haïkus, de phrases sans verbes, à l’image de celle-ci par exemple :
« sur les collines froides
Les os des arbres dressés »
Il y a des banalités (ex : la première strophe) mais elles sont immédiatement contrebalancées par des trouvailles poétiques, des images pleines de grâce :
« les nuages en semailles »
« le soleil en sorbet s’est posé dans les champs 
gourmandise d’automne »

En plus d’être visuel et coloré, votre poème a une jolie musique qui berce l’oreille et nourrit l’imagination. Moi j’entends bien le vert bruissement des feuilles.
C’est un bel écrin pour les saisons déclinées ici en un échantillon d’instants délicieux.


Oniris Copyright © 2007-2018