Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Pluriels1 : La fête fabuleuse
 Publié le 09/10/13  -  6 commentaires  -  847 caractères  -  145 lectures    Autres textes du même auteur

… le grand plaisir des mots en mer.


La fête fabuleuse



Forces lourdes des vents aux plis contradictoires
Cassant les reins liés dans l'auguste plaisir
D'une houle inventive à l'incertain sabir
Sur l'écume au dos bleu des dauphins – ô Nageoires !


Nourriture au céleste emportement divin
Dans l'effort soutenu des bois du mât craquant
Ah ! ce chant bienvenu où l'étrave traquant
Les flots avance à nos ardeurs son museau fin


Numération du Chant – ô Rêves coutumiers ! –
Mélodie baguenaude en l'île absolument
Comme un soyeux concert la noce enfle les vents
Où une eau indigène encense ses palmiers


Au loin par tous ces mâts partout fleurit la mer
D'un bruit de voiles grand, plongeon tranchant des proues,
Gambadante folie où prime un vent debout
Avec de grands oiseaux naissant par le travers


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   PIZZICATO   
9/10/2013
 a aimé ce texte 
Un peu
Là, je dois dire que je n'ai pas tout compris...
Bon, pour être franc, je n'ai rien compris du tout !
Il est vrai que les tournures et images ...étonnantes ne font pas défaut :
- " Les vents aux plis contradictoires
- " Une houle inventive à l'incertain sabir " en est-ce ??
- " Ce chant bienvenu ---avance à nos ardeurs son museau fin"
Il en est quand même (dernière strophe) qui, à mon humble avis sauvent l'ensemble:
- " Plongeon tranchant des proues "
- " Avec de grands oiseaux naissant par le travers "

   Pouet   
9/10/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↓
C'est "Elle préfère l'amour en mer" revisité?

Bien aimé certains vers comme le premier notamment ou encore "Au loin par tous ces mâts partout fleurit la mer".

En revanche je trouve dommage les répétitions pour un poème aussi court ("vent", "mât") et puis j'avoue que les "ô" me donnent de l'urticaire.

J'aime assez certains vers donc mais je trouve l'expression un brin précieuse et datée à mon goût mais ce n'est que mon goût.

   senglar   
9/10/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Pluriels1,


La troisième strophe se laisse gagner/emporter par un certain maniérisme dont vous lâchez totalement la bride dans la quatrième. J'ai un sentiment exaltant d'André Pieyre de Mandiargues quant à ce foisonnement alors déjanté. Une magie certaine subjugue qui fait que l'on accepte ce grand chant baguenaudant des navires, de leurs mâts et de la mer des îles.

Magique !

Senglar-Brabant

   KIE   
9/10/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
"Nourriture au céleste emportement divin",
enthousiaste, donc. Là, c'est un poil redondant, quand même.
Qualitativement, la troisième strophe paraît légèrement en retrait (impression personnelle).
Une écriture intéressante, quoi qu'il en soit.
Et pour l'impression que laisse ce texte : un éclaboussement érotique.

   jamesbebeart   
16/10/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je reviens sur ce texte qui m'avait plu en GL. Lyrisme, incantation s'invitent, majestueux, dans une langue très belle. Evidemment, on pense à St John Perse.

   motscoeur   
19/10/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Pluriels 1,

J'aime le tableau que tu nous brosses avec ce plaisir de peindre avec les mots... Juste le plaisir de se laisser par le roulis des couleurs, des bruits, des odeurs!
Lecture agréable, en cela c'est bon!


Oniris Copyright © 2007-2018