Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Pluriels1 : Verbe
 Publié le 25/11/12  -  6 commentaires  -  1348 caractères  -  133 lectures    Autres textes du même auteur


Verbe



Goutte à goutte vivace du sang
menant la fête somptuaire
au chant des laines reines dépouillées.

Un cri savant mouille les lampes.

Lueur d’enfance sous un océan de chaleurs,
lent envahissement à petits pas de deux
et l’entrée au ballet des corps où s’inverse le temps.

Poids dévorant d’un arc-en-ciel descendu,
flux si mortel aux rideaux cramoisis.

Frontière ouverte au langage partagé du silence
sublimant l’ombre portée, ouvrant la nuit du feu
aux sommets des gestes en fleurs.

Souffle aux flammes des seins,
frissonnements au puits des mains,
l’épaule où s’arrondit le jour élève l’onde des satins.

Buissons odorants des profonds jardins où se lisent les roses.

Emmurant l’onde au creux des reins où vont les mains,
silencieux touchers des rives mnémoniques,
et la flamme des lèvres compose un grand éveil.

L’impossible du cœur rejoint les rives du chant.

Proie ! Je suis proie et chasseur au lit des pages matinales
sur le ventre doux à l’envers de tes parfums,
ouvrant l’envoûtement joyeux des paupières.

Voyage de la lune à ton souffle fécond.

Richesses d’un brasier où circule le sang,
vers ta petite mort nous nous posséderons.

Une nuit.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Marite   
4/11/2012
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Une floraison de mots et d'images, surtout au début du poème, dans lesquels j'ai eu des difficultés à saisir ce que l'auteur souhaitait exprimer.
J'ai eu le sentiment que l'expression écrite prenait le pas sur la nature réelle des ressentis qui devaient arriver à nous, lecteurs.

La composition également me laisse perplexe avec la succession des strophes irrégulières : 3 - 1 - 3 - 2 - 3 - 3 - 1 - 3 - 1 - 2 - Une nuit. Evoque-t-elle quelque chose ?

Désolée, en dépit de certaines expressions travaillées, je n'ai pas "accroché" à ce poème.

   kamel   
14/11/2012
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour

Parfois,l'écriture creuse un fossé entre le lecteur et le mode de son interprétation d'où elle est codifiée par des métaphores qui épanouissent la forme,une main de maître vient de poser ces vers en calligraphie pour imposer une richesse c'est-à-dire l'art de l'écriture, un chef-d'œuvre est devant vous à multiples regards où le verbe se transforme en un fourmillement de termes pour l'expliquer.
Cependant la transparence du corps humain est bien détaillée pour expliciter ce "verbe" qui reste encore à définir,fabuleux ,un trésor est caché dedans,son auteur pourrait bien m'envoyer son contenu.Bravo

   rosebud   
25/11/2012
 a aimé ce texte 
Pas
Bref, n'y allons par quatre chemins, c'est encore un poème cochon! Mais vous décidez de brouiller les pistes justement, par amour d'un hermétisme affecté que je ne goûte pas.
Tout de même, pour:

"Buissons odorants des profonds jardins où se lisent les roses"
et:
"et la flamme des lèvres compose un grand éveil"

la ficelle est un peu grosse! L'obscurité pas assez opaque.

En revanche pour:

"Un cri savant mouille les lampes"

C'est assez joli et parfaitement incompréhensible.

Et puis, une petite chose en passant: "fêtes somptuaires" me semble tout simplement faux: si les dépenses réalisées pour les fêtes peuvent être somptuaires, les fêtes elles-mêmes ne le peuvent pas. On ne peut pas tout se permettre, même en poésie libre.

   Arielle   
25/11/2012
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Je suis partagée entre une impression de préciosité trop artificielle pour me toucher "silencieux touchers des rives mnémoniques,"par exemple et le respect, voire l'admiration devant certaines formules très musicales à défaut d'être émouvantes.

J'ai surtout aimé la fin du poème à partir de Proie ! dont la simplicité me semble plus sincère, moins préoccupée par la célébration du verbe qui, en dépit du titre, ne me paraît pas être le sujet.

   brabant   
25/11/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour Pluriels1,


A première lecture j'ai eu le sentiment d'un poème érotique... en action. ça baise, ça cocotte et ça jouit...
Ben oui !
A deuxième lecture je me suis dit que non : "Verbe"... et puis ".../ Une nuit.", je me suis dit que l'"espectateur" (épectase/spectateur) était dans l'imagination.


Certaines choses m'ont gêné/interrogé :
- qu'est-ce que l'enfance vient faire là-dedans s'il s'agit de la baise de deux adultes ?
- cette scène est sublimée, pourquoi alors l'expression technique de "petite mort" qui qualifie l'extase féminine en psychologie ? Il n'y a pas ici de 'petite mort' mais un embrasement, une mort qui crépite.

Alors je suis un peu embêté, d'autant plus qu'il y a des vers que je ne comprends pas :
"au chant des laines reines dépouillées" : effeuillage sauvage ?
"Un cri savant mouille les lampes" : 'postillonnage' ?
"Poids dévorant d'un arc-en-ciel descendu" : l'arc-en-ciel n'est-il pas éthéré ?
"silencieux toucher des rives mnémoniques" : que vient faire la mémoire ici ? mémoire primale ?
etc... etc...

Mais à coté de nombreux soucis d'interprétation, il y a des vers magnifique avec lesquels je me suis trouvé en résonance :
"Souffle aux flammes des seins,
frissonnements au puits des mains,
... ."
"sur le ventre doux à l'envers de tes parfums"
etc... etc...


En dépit de l'ambiguïté de ma lecture, je reste sur une impression vaguement favorable, trouble, vaguement agréable...

Le cochon !...

:)

   Artexflow   
26/11/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Faut dire que moi, la poésie, ou ça me touche et ça me donne envie de pleurer, ou je trouve ça pas top top.

Là, je trouve ça pas terrible, mais bien sûr, comme souvent, et très souvent sur Oniris, je reconnais le travail, et il y a quelques vers qui m'ont plu : flux si mortel aux rideaux cramoisis., par exemple.

Globalement je dirais que ce qui me déplaît c'est que c'est à la fois trop et pas assez imagé. Vous avez des envolées genre Poids dévorant d’un arc-en-ciel descendu et c'est précédé de et l’entrée au ballet des corps où s’inverse le temps....

En fait, j'aurais aimé d'abord ne rien comprendre à votre poème, lire les commentaires, comprendre, me trouver débile, relire et décortiquer vos vers, comme un petit voyeur/poète/sournois, soulever le rideau des mots, et lire la brûlure de vos amants, mais là j'ai compris, et tout le monde comprendra tout de suite, je pense, et bon, je me suis dit : "ce poème a-t-il marqué mon âme ?" non, "a-t-il trouvé résonance en moi ?" non plus "est-il bien écrit ?" oui évidemment ! "vas-tu continuer encore longtemps à écrire de cette manière ?" non désolé j'arrête tout de suite.

Voilà, donc, ce que je dirais ! Forme honorable, je ne ferais pas mieux, fond un peu simple, pas trop assez sublimé selon moi.
Je note bien moins, en revanche je serai heureux de lire votre prochaine contribution ! Bon courage !

   tchouang   
11/3/2013
Commentaire modéré


Oniris Copyright © 2007-2018