Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Queribus : La cathédrale de Bourges
 Publié le 07/02/19  -  10 commentaires  -  715 caractères  -  199 lectures    Autres textes du même auteur

Il s'agit d'un sonnet classique pour célébrer une des merveilles de la belle ville de Bourges.


La cathédrale de Bourges



L’édifice est puissant, vu de tous les côtés.
Il bénit l’architecte et ses magnificences
Sans fin. Tel un bateau sur les espaces denses,
Lorgnez tous ses clochers, ses parcours visités.

Saint-Étienne fait voir ses dessins enchantés
Et sa conception montre des références
Pour les siècles. Sur le passé, ses survivances,
Une force nouvelle a mis ses invités.

Parmi les monuments d’une étonnante ville,
Méditez le silence avec sa foi servile,
Le long de chaque allée en allant jusqu’au chœur.

Dans un pays en vert, en douceur pastorale,
On ressent tout à coup un bel élan du cœur
Quand Bourges fait chanter sa haute cathédrale.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Hananke   
23/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Un honnête sonnet sur la cathédrale de Bourges que je connais bien
puisque voisine de ma propre région.

Personnellement, je n'apprécie pas tellement les rimes en tés
des quatrains, je ne les trouve pas adéquates : si cotés peut encore
passé, visités, enchantés et invités ne me semble posés que pour
honorer la rime.
L'inversion d'étonnante ville ne s'imposait pas non plus, une rime
aurait pu être facilement trouvée au lieu de ce servile passe-partout.

Le premier vers du second tercet doit être aussi revu avec ses deux en, il ne prépare pas du tout au deux beaux vers suivants.

Au final, un honnête sonnet qui mériterait une refonte assez importante de la prosodie.

Hananke en E.L.

   Anje   
23/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Classique
La magnifique cathédrale de Bourges a soufflé un sonnet français sans faute. Mais il y a tant à dire sur un tel monument que l'on peut rester quelque peu sur sa faim.
Sans le juger, car tout à fait valable, le trimètre du septième vers impose un changement de rythme dont je ne comprends pas l'utilité. Celà me laisse une impression, tout à fait personnelle, de marche loupée. Ce qu'il faut éviter lorsqu'on escalade la tour de la cathédrale (sourire).
Anje en EL

   Miguel   
23/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'a pu admirer il y a quatre ans la cathédrale de Bourges. Ce poème plein de force rend bien compte de ce qu'elle est. Il est l'illustration de sa beauté majestueuse et de sa solidité. Je m'interroge seulement sur le sens de "foi servile" dans cet éloge.

   leni   
7/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
salut queribus
Un sonnet pour glorifier une cathédrale Le but est atteint Le style est léger sans emphase On y ressent un bel élan du coeurOui je serai se second à citer foi servile UN BON TEXTE dans ton style toujours précis
MERCI Salut amical LENI

   papipoete   
7/2/2019
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Queribus
Coïncidence que celle-là ; effectivement hier-soir je vis un documentaire sur cette fameuse cathédrale !
" Entrez pèlerin du monde entier, et admirez une, sinon la plus belle cathédrale sur la Terre ! acheminez-vous tout au long du choeur, en songeant que depuis l'an 1324, bien des pas foulèrent ce pavé ! "
NB comme si l'on suivait le GUIDE, nous nous laissons transporter dans ce fameux vaisseau de pierres et de vitraux .
Je suis fort mal placé pour dire ceci, mais je trouve votre texte quelque peu " journalistique " .
la césure au 7e vers me semble mal placée ?

   Robot   
7/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
J'ai eu le plaisir de découvrir la cathédrale de Bourges et cette visite en vers m'a rappelé un bon souvenir.
Sur la versification, je trouve que les derniers vers des quatrains sont un peu guidés par la rime. Visités et invités me paraissent un peu placé au forceps. Notamment sur ce vers:
"Une force nouvelle a mis ses invités." dont j'ai du mal à saisir le sens.

Par contre j'ai beaucoup apprécié les tercets.

Je modère mon appréciation par une flèche descendante en raison des rimes cités ci-dessus

   senglar   
7/2/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Queribus,


Je ne sais pas si Bourges a quelque chose à voir avec le mot bourgeois. Mais c'est ainsi que m'est apparue sa cathédrale dans ce sonnet classique. Bien classiquement sage et sans grande ambition. Je n'y ai pas retrouvé les grandes envolées mystiques des fabuleuses cathédrales gothiques, une arche qui tangue en suppliant les cieux, pas de mâts ici, de flèches ni de rostres comme des bras griffus qui déchirent les nuages. J'y ai trouvé par contre un climat apaisé, propice au recueillement non à l'exaltation, de quoi satisfaire finalement à la promenade du dimanche, une déambulation à tête reposée et pour la digestion (lol).

Du bon travail trop stable où j'eusse aimé l'élan, une prise de risque, Jésus en cosmonaute et Dieu en collant doré sous une boule à facettes. Ce bateau est trop solidement amarré et s'il se veut une caravelle, celle-ci est échouée ou bien en cale sèche. N'est-ce pas la ville qui étonne dont la cathédrale n'est qu'un des monuments. Celle-ci devrait en être le parangon. Ô Saint-Etienne !


Senglar

   PIZZICATO   
7/2/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Rendre la somptuosité de la cathédrale de Bourges avec un sonnet est une entreprise courageuse.

Ici, c'est surtout ce qu'elle fait naître, en la regardant, qui est mis en valeur ; un ressenti, la méditation.

Une lecture agréable

   TheDreamer   
8/2/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↓
C'est un beau thème que celui des monuments et c'est un thème assez coriace (je l'avais survolé dans l'un de mes sonnets). Pour le monument comme pour le poème tout est question d'architecture. Le vôtre est un sonnet contemporain de forme Peletier (ABBA ABBA CCD EDE).

La forme du sonnet restreint la possibilité de s'étendre dans la description, mais je déplore que vous restiez dans votre présentation de l'édifice à la surface des choses. Grâce à vous j'apprends que la cathédrale de Bourges est dédiée à Saint-Étienne tout comme celle de Metz, ma ville de coeur.

Merci.

   embellie   
8/2/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Sonnez carillons, dans ce sonnet à la gloire de ce bel édifice!.
Je regrette seulement que ma compréhension soit mise à l'épreuve pour le vers "Une force nouvelle a mis ses invités" et pour "sa foi servile". Bel hommage au demeurant.


Oniris Copyright © 2007-2019