Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Quidonc : Le bateau est parti
 Publié le 18/12/20  -  5 commentaires  -  1418 caractères  -  100 lectures    Autres textes du même auteur


Le bateau est parti



Le bateau est parti qui vogue déjà loin,
Le vent de grands projets lui ballonnait les voiles.
Il croise maintenant sous la forêt d’étoiles
Et garde dans la cale, enfoui sous du vieux foin,
Le cœur d’une astérie !

Avant de lever l’ancre il fallut décharger
Des larmes et des bleus, plusieurs noyaux de prune,
Remisés sous le pont près d’un papillon lune,
Une caisse à savon, quelques fruits du verger,
Une photographie.

Il aura demandé au sagouin qui commande
Sous l’arc aquarellé, là où rien ne vieillit,
Comment différencier la crème Chantilly
De la mousse à raser ! Il faut que tout se vende
À la dernière brise.

Le bateau est bien lourd qui vers l’horizon fuit,
Effluves madeleine et sirop de Pavie
Se réchauffent à peine aux braises de la vie,
Sur les plages les pas s’effacent sans un bruit,
Paris, Rome, Venise.

Des doutes le ressac vient harceler l’espoir,
Ce qui fut pris hier demain n’est plus à prendre,
Mais, comme le phénix renaissant de sa cendre,
L’aube reviendra-t-elle après le feu du soir
Débarquer les valises ?

Sur les quais une pluie émeraude, rubis,
S’écrase en un million de fines étincelles,
Bercés par les sanglots longs des violoncelles
On pleure, on rit, on chante encor tout estourbis
L’air du temps des cerises.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eclaircie   
9/12/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour,

Un poème contemporain, agréable à découvrir, à mon goût.

Je m'aperçois que le hiatus, ba-teau-est, repris dans deux paragraphe, passe bien.
Si la composition est plutôt "classique", l'expression sait mêler un vocabulaire plus large, appréciable.
À ce propos j'aime bien le second paragraphe et son côté hétéroclite. Mais aussi le second vers du premier paragraphe.
J'ai moins apprécié le vers : "Des doutes le ressac vient harceler l’espoir," j'aurai plutôt lu "de doute", ou n'ai-je pas compris le sens.
"Sur les quais une pluie émeraudes, rubis," viens rompre le rythme des 6/6. Seul repéré, il m'a déconcertée.(Peut-être de même dans ce vers : "Sur les plages les pas s’effacent sans un bruit,", moins remarquable, pour moi.)
Quant à "Bercés par les sanglots longs des violoncelles", je ne suis pas fan. (que des violons, haha).

Merci du partage,
Éclaircie

   lucilius   
10/12/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Mon âme de marin, très sensible aux mélopées s'échappant des quais, s'est encore abimée dans le sillage de ce bateau marchand propulsé par Eole.
Quelques coquilles grammaticales dans cette composition, qui n'affectent pas son originalité.

   Donaldo75   
11/12/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Je ne suis pas marin mais ce poème m'a quand même emmené loin sur les flots. Il y a plus que le parfum de la mer, la force des ondes marines et le paysage littoral dans ce poème qui coule tranquillement à la lecture. Les images poétiques ne s'arrêtent pas à la seule narration, ne relatent pas, ne véhicules pas des polaroids convenus sur des situations mille fois vues, lues et entendues. Il y a un vrai ton dans ce poème et c'est également cette tonalité, cette forme de musicalité, cette presque universalité du propos qui le rend si agréable à lire. J'ai relu ce poème à plusieurs reprises et selon mon humeur l'angle de vue, la perspective du lecteur, ma liberté d'interprétaton de ce qui va au-delà des vers, tout ceci à rendu encore plus intéressant le tableau exposé. Et ça, c'est la force de la poésie, quelle que soit la forme choisie.

Bravo !

   papipoete   
18/12/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour Quidonc
nous voici sous le commandement du capitaine Poète, embarqué dans une longue traversée, les cales chargées à bloc, de toute denrée qui trouvera au gré des ports, acheteur preneur;
NB le rythme du texte suit la gîte du bateau, et le mal de mer ne nous prend pas en traître, au gré de ces vers agréables.
vous n'avez pas opté pour la prononciation en diérèse, or dans la 6e strophe, on lit " vi/o/lon/celles " pour avoir 12 pieds ?

   Castelmore   
20/12/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Partir
Partir en laissant sur le quai l’excédent de bagages, le trop ou le mal vécu... mais quid du ressac des doutes pendant ce voyage sur la route des étoiles?

Traiter de façon originale ce thème que certains qualifieront de convenu voire rabâché était une gageure...
L’affronter sous une forme quasi “classique” relevait pour moi du défi !

Eh bien la variété du vocabulaire, l’association de l’univers marin et céleste, la musicalité partout présente, emportent l’adhésion et l’émotion...et témoignent du talent de l’auteur.

Un grand bravo et grand merci pour ce plaisir de lecture.

Castelmore
Edit: je viens de lire encore une fois ... et d’apprécier encore sa richesse !


Oniris Copyright © 2007-2020