Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
raaide : Évasion
 Publié le 08/05/21  -  7 commentaires  -  1060 caractères  -  223 lectures    Autres textes du même auteur

Partiellement inspiré d'un film d'adolescence.


Évasion



Sois sale, sois vulgaire, et sois crue ! Ah, mon âme,
Puisqu'un siècle brisé qui souille la Vertu
S'enrichit en riant de ta douleur infâme
Et gêne ton essor comme un marin têtu,

Sois sale ! – Va goûter de ton sang les arômes
En absorbant l'ivresse immense du combat,
Et quitte les cachots des villes monochromes
Pour gagner la Forêt que nul homme n'abat.

Imite les fiertés féroces et stupides
Qui vibrent dans la voix des fauves prédateurs :
Car aucun d'eux ne craint ni les dieux ni les rides,
Et leurs rugissements sont des souffles vainqueurs.

Bats-toi, disais-je : ainsi, le fruit de ton audace
Nourrira ton orgueil et sculptera ton corps ;
L'adversaire frappant ta chair et ta carcasse
Est le complice heureux de tes sanglants efforts !

– Les voyageurs pensifs, les fous mordant leur blouse,
Que tu n'aperçois pas dans ton monde attristé,
Apprends à les chérir ; sois-en même jalouse :
Ils ne connaissent plus la honte d'exister !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   inconnu1   
24/4/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
Je ne vois pas de quel film il s'agit mais vous nous direz. Sans doute quelqu'un qui préfère vivre en ermite dans la forêt plutôt qu'en contact avec un monde trop moderne. Je ne comprends pas tout car certaines allusions sont personnelles, mais j'aime. J'aime l'ambiance Baudelairienne, j'aime certaines images (les fous mordant leur blouse...), j'aime la fluidité des vers. C'est d'ailleurs la dernière strophe que je préfère. Des choses à changer? Non rien ne m'a choqué. Donc encore du grand art sur Oniris

Bien à vous

   Miguel   
26/4/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
Si l'on me posait une devinette, et qu'on me demande de qui est ce poème, j'aurais tendance à dire : Baudelaire. On est tout à fait dans l'univers d'abjection où il se complaît souvent, avec cette tonalité désabusée, ce mépris de soi et des autres, ce désespoir jubilatoire, ces vers d'une beauté à couper le souffle, avec leurs images, leur rythme puissant, leurs sonorités funèbres, et cette chute magistrale. Un chef d'oeuvre ; j'enrage : que ne l'ai-je écrit !

   Hananke   
8/5/2021
Bonjour

Je revois bien ce poème pour avoir fait la remarque en E.L. qu'il perdait
la catégorie classique à son dernier vers.
Mais je ne l'ai pas commenté car je n'ai pas bien compris le message
de ce texte qui semble bien écrit.
Je ne vois pas, non plus, de quel film il peut s'agir.
Vous me direz que je ne vois pas grand chose et je ne mettrai
pas d'appréciation à cause de cet aveuglement persistant.
Autrement, je découvre une belle écriture et de beaux vers.

   Eclaircie   
9/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Raaide,

Un poème très fort et "violent", volontaire, qui ne peut laisser indifférent le lecteur.
Il faut cependant passer la barrière (pour moi, ç'en est une) de la construction tendance classique, du vocabulaire qui va avec (l'âme, par exemple, la Vertu, de même).
Je ne vois pas trop de quel film il peut s'agir (Orange Mécanique, ou Vol au dessus d'un nid de coucou, me viennent en tête).
Ma curiosité n'est pas entamée, cependant.
Le dernier vers est vraiment bien trouvé, bien placé et conclut de manière magistrale, ce texte.

Merci du partage
Éclaircie

   GiL   
15/5/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Raaide,
Les alexandrins sont forts, les images puissantes ; l’ensemble, baudelairien, dégage une impression de densité et de profondeur… mais je n’ai rien compris ! J’ai relu plusieurs fois de haut en bas, de bas en haut, puis dans le désordre : rien n’y fait, je ne comprends pas ! Le titre ne m’aide pas, et encore moins l’exergue…
Me voici bien en peine pour mettre une appréciation globale !

Une semaine plus tard : ce poème me fascine. En oubliant l'exergue qui m'a dérouté et à force de relectures, j'y vois plus clair, mais j'ai toujours du mal à interpréter les strophes 2 et 3 (peut-être dans quelques semaines referai-je un addendum ^^). Et, après tout, qu'est-ce que j'en ai à faire ? Cela ne m'empêche pas de donner une appréciation ! Je suis admiratif, merci Raaide.

   Quidonc   
9/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il y’a dans ces vers comme un désespoir de vivre mais aussi une envie d’ éternité, une envie de liberté sauvage. Alors je me suis demandé qui pourrait nous apporter cette éternité sauvage ? Et à la relecture de votre texte, une réponse m’est apparue, fulgurante, brûlante comme la lumière... les vampires et le film «  générations perdues » m’est revenu en mémoire.
Évidemment ce n’est qu’un ressenti. Quand à la forme, je laisse les experts en juger, moi j’ai beaucoup aimer le charme sauvagement fantastique de texte. Bravo et merci pour ce partage.

   Queribus   
21/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

J'ai beaucoup apprécié votre écriture quasi parfaite;Il est dommage que vos rimes attristé et exister ne permettent pas le classement en classique mais ça n'enlève rien à la qualité de votre écrit aux accents baudelairiens très évidents. J'avoue aussi que votre texte demande plusieurs relectures pour en saisir toutes les subtilités mais la musique et l'harmonie de vos vers sont un vrai régal pour les amoureux de notre langue. Votre poème est un bel exemple de perfection et pourrait servir de modèles d'étude à des étudiants.
Bravo et merci encore.

Bien à vous.


Oniris Copyright © 2007-2020