Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Ramana : Purgatoire
 Publié le 18/04/16  -  14 commentaires  -  1311 caractères  -  163 lectures    Autres textes du même auteur

Un humble pécheur, qui ne se fait que peu d'illusions sur son état post-mortem, essaie néanmoins de marchander auprès de la Très Sainte Vierge une admission au purgatoire, avec des conditions adaptées à sa progression spirituelle…


Purgatoire



Je n'irai pas au Paradis,
La porte m'en sera fermée.
Mon âme est par trop malfamée,
Elle ne vaut pas un radis.

Déjà, poussin, j'étais rebelle,
La classe je n'aimais pas ça.
Mes notes, toujours en deçà,
Me coûtèrent grande querelle.

Des filles, j'en fus bien nanti,
De toutes, je voulus m'instruire.
Afin de pouvoir les séduire,
Trop souvent je leur ai menti.

J'ai dénigré le vin de messe,
Tempêté contre les bourgeois,
Déclamé des hymnes grivois
Dans la débauche et dans l'ivresse.

Sainte Marie, ayez pitié,
L'enfer n'est point à ma mesure,
Mon insouciante nature
Mérite moins d'inimitié.

Accordez-moi le purgatoire ;
Pourtant, je verrais à propos
Qu'on m'y laisse un peu de repos,
Bien sûr à titre transitoire.

Aussi, qu'on ne m'y prive pas
De maintes compagnes plaisantes
Qui seront comme moi naissantes
En ce lieu suite à leur trépas.

S'il m'échappait, par aventure,
Quelques propos malencontreux
Venant troubler vos bienheureux,
Ne soyez avec moi trop dure.

Mieux que quiconque je saurai,
Lorsque ma robe sera blanche,
Souffler aux damnés, en revanche,
Le Juste, le Beau, et le Vrai.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Pieds-enVERS   
1/4/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonsoir

Excellent ....et ça m'a rappelé un texte un peu dans cet acabit que j'ai écrit il y a quelques années (je dois dire moins bien écrit que le vôtre !
D'un bout à l'autre j'ai souri....comme quoi vous envisagez cette arrivée au croisement des 3 chemins ( paradis , enfer , purgatoire ) avec beaucoup d'humour !
Un texte jubilatoire ( tiens ça rime avec purgatoire ! ) :-)
"Accordez-moi le purgatoire ;
Pourtant, je verrais à propos
Qu'on m'y laisse un peu de repos,
Bien sûr à titre transitoire.

Aussi, qu'on ne m'y prive pas
De maintes compagnes plaisantes
Qui seront comme moi naissantes
En ce lieu suite à leur trépas.

Bon n'en demandez pas trop quand même !
Etant moi-même grande pécheresse je vous absous.....bravo

   Lulu   
2/4/2016
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai trouvé ce texte bien harmonieux.

J'ai notamment aimé ce vers : "L'enfer n'est point à ma mesure", l'ayant trouvé presque amusant dans l'expression de son innocence... mais je ne suis pas la Sainte Marie...

J'ai trouvé ce texte plaisant à lire, même si le registre - son côté familier - ne m'attire pas, en général.

   Teneris   
3/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un charmant poème, bien écrit et rythmé, avec une bonne dose d'humour contrastant agréablement avec la gravité du sujet ! J'ai particulièrement aimé le quatrième vers, inattendu et joliment fluide, presque innocent du malheur qu'il suggère. Mêlant puissance du classique et liberté de sens, le style de ces neuf strophes plaît à l'oreille comme à l'esprit par son (in)délicate insolence. J'ai aussi bien aimé la construction des trois premières en deux phrases de deux vers, donnant à la forme un aspect lancinant qui souligne, comme en jeux d'ombres et de lumières l'originalité du sens.

J'ai par contre trouvé les vers suivants un peu plus faibles :
*« Mes notes, toujours en deçà, », à cause de ce « en deçà » final qui semble se référer à quelque chose d'implicite (ou, du moins, que je n'ai pas vu) ;
*« Ne soyez avec moi trop dure. », pour la juxtaposition de « avec » et « moi », qui me semble un peu rugueuse ;
*« Le Juste, le Beau, et le Vrai. », peut-être un peu moins fluide que les autres.

Je doute aussi de l’intérêt de la septième strophe, bien qu'elle soit fort bien écrite. je conçoit qu'il s'agisse d'un personnage plutôt impertinent et insoumis, mais demander des « compagnes plaisantes » au purgatoire va peut-être un peu loin. Ce qui me gêne un peu est que l'on perd la relative innocence du personnage : alors que le reste du poème suggère une âme plus égarée que vraiment débauchée, intimement bonne mais simplement malmenée par la vie, cette strophe montre une certaine volonté de plonger d'avantage vers ce qu'elle sait ne pouvoir mener qu'à sa perte.

Cela dit, ces quelques remarques sont vraiment mineures, en tout cas bien peu de chose en regard de la qualité de vos vers !

   Mourmansk   
5/4/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je dois bien avouer qu'au départ, la lecture de ce texte ne me tentait pas compte tenu du titre.

Bien j'ai bravé mes a priori et j'ai bien aimé le rythme. Il n'y a aucune fausse note, sauf peut-être la dernière strophe que je trouve en-deçà des autres.

Bonne continuation,

Mourmansk

   papipoete   
6/4/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
néo-classique
Vous avez péché sur terre, mais n'avez point tué, ni frappé quelque innocent ! Luxure et beuverie sont bien véniels péchés, par nos temps si sombres . Assurément, vous ne méritez pas l'enfer ; et au purgatoire, une place pourrait vous être retenue !
Sainte-Marie vous accordera sans-doute cette prière, mais qu'à la chair vous puissiez encore goûter au Ciel, risque de laisser la Vierge-marie dubitative ...
Un poème léger et agréable, avec son dernier quatrain savoureux .
papipoète

   Vincendix   
18/4/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je pense que vous aurez l’absolution, dénigrer le vin de messe ce n’est pas un péché, celui que j’ai gouté était une vulgaire piquette.
Quant aux filles, résister à la tentation, seuls les saints le peuvent, et encore je n’en suis pas certain, et puis faute avouée et à demi pardonnée.

Ne vous faites pas d’illusion, les jolies dames ne passent pas par le purgatoire, elles vont direct au paradis, elles sont réservées aux « élus », déjà sur terre c’est pareil !
Une lecture facile, la forme choisie donne de la fluidité au texte qui, même s’il n’est pas sublime, est plaisant.

   Pimpette   
18/4/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Je peux imaginer Villon ou Rutebeuf dans le même exercice avec le plus que leurs styles incontournables ajouteraient à votre oeuvrette!

Mais c'est tres sympatique tel quel

Le meilleur:

""S'il m'échappait, par aventure,
Quelques propos malencontreux
Venant troubler vos bienheureux,
Ne soyez avec moi trop dure.

   StayinOliv   
18/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Nul doute qu'avec un tel poème le Paradis aurait tors de se priver de votre présence ! J'ai trouvé original ce texte, ce requiem pour sauver son âme. Vos péchés, comme déjà dits, ne sont pas terribles, mais ce texte l'est, lui, en quelque sorte ; terrible par sa maitrise et ses métaphores !

   Robot   
18/4/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Rien que pour ces vers vous méritez le paradis...
Mais le narrateur y serait-il vraiment à l'aise s'il ne pouvait plus avoir la liberté des péchés véniels qui agrémentent la vie.
En tout cas j'ai parcouru et apprécié votre texte avec la jubilation d'un mécréant car j'y ai surtout vu beaucoup d'humour.

   Anonyme   
19/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Une lecture matinale fort agréable !
Le titre déjà à attiré ma curiosité et je n ai pas été déçu.
L'écriture est bien maîtrisée , et cette petite pointe d'humour n'est pas pour me déplaire.
Un tout petit bemol
"Né soyez avec moi trop dure" qui a gêné ma lecture.
Mais il fallait une rime !

   Anonyme   
19/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,
"Mieux que quiconque je saurai,
Lorsque ma robe sera blanche,
Souffler aux damnés, en revanche,
Le Juste, le Beau, et le Vrai."

Et oui, qui mieux qu'un pêcheur pour évaluer le pêché. Les anges, les saints seraient-ils d'affreux mécréants reconvertis. Nos juges d'ici bas seraient-ils d'anciens repris de justice (ou de justesse), d'horribles assassins. Voilà une belle perspective pour comprendre notre mystérieux univers ( et ces multiples autres parallèles que l'on suppose, que l'on ressent, que l'on espère, comme l'au-delà et ses différents lieux de punition, de perfection, de béatitude ou de simple repos.) Une belle idée en effet qui peut nous inciter à penser que nos pauvres vies ne s'arrêtent nullement à l'unique que l'on vit, que l'on croit vivre...
Belle poésie que ce purgatoire et jolis passages tels que: "Mes notes, toujours en deçà,
Me coûtèrent grande querelle." ou "L'enfer n'est point à ma mesure,
Mon insouciante nature
Mérite moins d'inimitié."..."Mieux que quiconque je saurai,
Lorsque ma robe sera blanche," ...
C'est vrai que vu les fautes ici citées, il n'y a pas de quoi fouetter un chat, les démons hélas ont sans doute à faire à plus forte partie avec les vrais tordus qui peuplent ou ont peuplé notre sol. Et s'il leur fallait éradiquer chaque mauvaise pensée de l'âme des uns et des autres, l'enfer et surtout l'éternité n'y suffiraient pas.
Beau texte, belles réflexions qui en découlent. Rythme et rime corrects et faciles de lecture. Pour moi, c'est une réussite.
Bravo. A vous relire avec autant de plaisir.

   Cristale   
19/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Ramana,

Une écriture maîtrisée, agréablement rythmée, joliment rimée et voici un poème dont je me suis régalée en le lisant.

Je doute qu'il y ait des "passe-droits" "là-haut" mais peut-être qu'en déclamant à la Sainte Vierge : un sonnet, deux rondeaux, trois chants royaux, une petite exception vous sera accordée quant à votre séjour transitoire...

Merci pour ce plaisir à vous lire, toujours renouvelé.

Cristale

   bolderire   
19/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai souri et ri aussi, les images ont défilés...bravo, hips!

   Anonyme   
7/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Vouloir le Purgatoire, à défaut du Paradis, sans toutes fois renoncer aux plaisirs vous ayant conduit en Enfer... Vraiment très beau le texte.
Néanmoins certains vers m'ont semblé légers "Mes notes, toujours en deçà". A part ça, chapeau.

Bonne continuation à vous.


Oniris Copyright © 2007-2018