Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Rimbaudelaire : La loi des reins (2015)
 Publié le 13/12/15  -  12 commentaires  -  1380 caractères  -  254 lectures    Autres textes du même auteur


La loi des reins (2015)



J’ai rêvé de sculpter dans la glaise ou l’ébène
Tes courbes que tu veux mettre encore à la benne,
Avec mes doigts tremblants, tout imbibés de vin,
Pour patiner ton dos si bigrement divin.

Mais cette tâche était pour mes mains des plus vaines
À m’tailler au hachoir et mon crâne et les veines,
Soûlé par ton parfum de prunes de mombin,
Oh ! j’allais à coup sûr teinter l’eau de mon bain…

Alors las, j’ai croqué tes hanches de sirène,
Et j’ai craqué la tête hélas plus très sereine,
Ravagé par tes yeux aux reflets malandrins,
Gribouillant affolé ces cons d’alexandrins !

Me voilà presque inerte au milieu de l’arène,
Vaincu par tes seins lourds mais aussi ma migraine,
Mon gland indigo qui d’ailleurs n’a plus de frein,
À désirer sans fin ton écrin purpurin…

Hé ! plus que mon mandrin, je voudrais que tu prennes
Comme un mandarin fou de mon cœur vil les rênes,
Toi qui clames toujours que j’adule tes reins
Seuls ! et ne pense qu’aux rapports adultérins !

……………………………………………………………………………………………

Post-scriptum : Bon c’est vrai, mais ne fais pas de scène !
Vois mon cœur turgescent ! N’est-il pas plus obscène ?
Vois ses éjaculats bouillants et diluviens !
Abandonne-toi, vite ! et sans fin, dis-lui : « VIENS » !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Damy   
26/11/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Une sensualité envoûtante qui me va droit aux tripes ! Le vocabulaire et la musique des échos m'ont réellement mis dans une sorte d'extase ou de transe malheureusement subitement interrompues par mon désir de vous faire savoir mon émotion.
J'aurais juste élidé le "m'" du 6° vers (faut voir).
Merci pour ce moment de chamboulement.

   Curwwod   
1/12/2015
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↓
Après un premier vers qui met en appétit et semble prometteur (imaginant que vous aviez l'intention de composer en classique un texte tout aussi classique dans son inspiration) j'attendais voir se développer un ensemble de procédés poétiques générateurs d'émotion. Las, aussitôt, le lecteur (moi) sombre dans l'ennui du calamiteux, de la vulgarité, sans doute volontaire, où l'on ne perçoit même pas d'érotisme. On entre dans le domaine du porno. Mais après tout, si vous aimez ça!!

   Anonyme   
2/12/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour

Oula les reins en tremblent encore! sourire

Dire que j'ai bien aimé est un euphémisme ....il y a dans ce texte tous les bons ingrédients qui font saliver de plaisir !
Sensualité , humour
Des mots qui vont du familier ( bigrement ) à celui du parfum des voyages ( je ne connaissais pas la prune de mombin )! :)et j'adore l'affolement qui vous a conduit à écrire " ces cons d'alexandrins "!
il y a quelques perles que je pourrai citer
" mon gland indigo qui , d'ailleurs n'a plus de frein "Vous donnez envie de répondre ....attention ! contrôle technique , quand à l'indigo....pourquoi me fait-il penser aux Schtroumpfs?

Bref ...je me suis bien amusée à vous lire!
Merci

   Miguel   
3/12/2015
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
L'élégance du classicisme ne survit pas à cette fouterie. L'érotisme s'accommode mieux de la grosse artillerie que des jeux de mots et d'esprit. "Mettre à la benne", chez moi ça veut dire jeter aux ordures ; faut-il entendre la même chose ici ? Mais alors pourquoi "encore" ? Que signifie "craquer la tête" ? Mais sans doute je suis encore trop peu dégrossi pour tout comprendre aux subtilités de ce poème.

   papipoete   
13/12/2015
 a aimé ce texte 
Pas
bonjour Rimbaudelaire; j'avais survolé ce poème en espace lecture, persuadé qu'il ne remporterait guère de louanges; je me suis trompé, et vois qu'il a séduit, qui ? comment ?
L'écriture m'apparait maladroite, syntaxe, images ou métaphores; et si le sujet ne me fait pas rougir, je ne le vois pas traité poétiquement.
Le " post-scriptum " n'aurait-il pas mérité un langage crypté?
Mais je suis quand-même surpris de sa parution ( tant mieux pour l'auteur ), quand je songe à des textes dont j'eus connaissance, et ne passèrent pas le cap de l'édition, et me rendirent triste pour leur auteur ( qui étaient ptis nouveaux ou apprentis ).
Mais c'est le jeu...

   PIZZICATO   
13/12/2015
<< Tes courbes que tu veux mettre encore à la benne,>> pas très élégant je trouve.
<< Avec mes doigts tremblants, tout imbibés de vin,>> agréables prémices pour une femme !...
<< Ravagé par tes yeux aux reflets malandrins >> Il existe, à mon avis, plus flatteur comme qualificatif, non ?

Si je vous dis que je trouve ce poème d'un romantisme ... discutable, me croirez vous ?

   Anonyme   
13/12/2015
Commentaire modéré

   lala   
13/12/2015
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour RIMBAUDELAIRE (en toute modestie !)

Avec des doigts "tout imbibés de vin", la plume se libère.
Le thème que vous avez choisi, scène de sexe assez crue, ne me gêne pas plus que les amusements scatologiques qui ont fleuri ces derniers temps.
J'apprécie même vos rimes riches.
Ce qui me déplaît, c'est le manque de cohérence de l'ensemble : des vers chahutés qui rendent pénible la lecture, un vocabulaire hésitant entre le soutenu et le vulgaire, le manque d'images, l'ensemble étant un récit versifié, pas vraiment une poésie.

   Robot   
13/12/2015
 a aimé ce texte 
Un peu
Un fond qui n'a pas su choisir entre sensualité et érotisme. C'est peut être cela qui donne une impression de vulgarité, non pas à cause de la crudité du texte (on en a lu d'autres) mais parce que la poésie est insuffisamment présente pour donner une émotion doucement sensuelle ou fortement érotique.
Filer la métaphore n'est pas inutile parfois et ici ça manque.

   Anonyme   
13/12/2015
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↓
Je n'aime ni le fond, ni la forme de ce texte, de cette lecture, n'en ressort que la vulgarité, elle déborde de tout les côtés, il s'y s'ajoute un l'étalage et un déballage d'états d'âme, qui sont vraiment sans aucun intérêt. Il est inutile de s'attarder plus longtemps, sur ce texte sans consistance, tout ce qu'il y a de plus insipide.

   Pouet   
14/12/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Je trouve sympathique ce petit poème bien inoffensif ma foi et qui ne me semble pas relever d'une infâme pornographie (ô mon dieu quelle horreur :)

Bref j'aime assez qu'on vienne un peu "casser les codes" du sacro-saint "classique", même si je ne vois pas ici de quoi s'offusquer ou de "piquer un fard" devant quelque termes suggestifs... Oui oui on peut parler de sexe en poésie pourquoi pas? Et on peut même écrire "éjaculer" hou là là quelle outrecuidance, que c'est olé olé alors... :)

Puis j'ai appris l'existence du prunier "mombain" qui, il est vrai, rime bien avec "mon bain"...

Bonne continuation

   Arielle   
14/12/2015
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime assez le ton gentiment provoc de cette histoire qui se réclame, en fin de compte, plus du coeur que des reins.
Certes, on peut s'inquiéter pour la santé du narrateur en voyant virer son gland à l'indigo mais la licence poétique n'est pas faite pour les chiens et "l'écrin purpurin" qui suit me rassure : il n'est pas daltonien, le bougre !
Je réponds donc à la question du post-scriptum : non, le coeur turgescent ne me paraît pas plus obscène que les vers qui précèdent et la sirène aux seins lourds ferait bien de déchiffrer entre ces cons d'alexandrins la part de tendresse que réclame son Pygmalion trop imbibé.

   GilbertGossyen   
18/12/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ce texte m'a beaucoup amusé. De l'humour, de l'érotisme (ou plus), de la provoc qui fonctionne assez bien si j'en crois les commentaires. Oui, j'ai passé un bon moment.


Oniris Copyright © 2007-2020