Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Forums 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Robot : Aurais-je le désir d’aller à la cascade
 Publié le 07/10/22  -  14 commentaires  -  842 caractères  -  189 lectures    Autres textes du même auteur

Quatrains.


Aurais-je le désir d’aller à la cascade



Blessé par ton dédain qui m’éloigne ce soir,
Je convertis en noir le rideau de ma peine
Tissé de pleurs croisés, à la trame, à la chaîne.

Je masque la fenêtre ouverte au désespoir.

J’aperçois ton soleil, il décline au lointain.
Je reste affligé, seul, assis sur la corniche.
Sur un fleuve agité mon désir est en friche.

Un paysage meurt dans un gris incertain.

Demain je me rendrai chemin de l’alouette
Où nous allions souvent aux rendez-vous d’amour.
J’arpenterai les bois, les sentiers alentour.

Avec l’espoir au moins de voir ta silhouette.

Mais si tu ne viens pas je maudirai le sort.
Aurais-je le désir d’aller à la cascade,
De grimper aux rochers, d’en tenter l’escalade ?

De chercher après toi le cap d’un autre port ?


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
26/9/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Le sujet m'apparaît des plus rebattus, cependant la présentation originale des quatrains, leur séparation en trois vers plus un, est selon moi élégante et parlante : le narrateur croyait faire un tout avec l'être aimé et se trouve soudain rejeté dans la solitude. Je me dis qu'il pourrait être intéressant de mettre en valeur cette belle idée en réservant l'expression des sentiments du narrateur, le « je » du poème, à ces vers isolés, consacrant les groupes de trois vers à l'évocation du paysage qui reflète l'amour perdu ou du moins en danger. En l'occurrence le propos n'est pas suffisamment contrasté, me dis-je, entre les deux éléments de chacun des quatrains.

J'aime bien la rime riche alouette/silhouette mais, en dehors de la présentation des quatrains, pour moi votre poème manque de force d'expression, il ne renouvelle pas le sujet. J'ai le sentiment que vous n'allez pas au bout des implications de votre choix formel.

   Donaldo75   
7/10/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Robot,

Je ne vais pas me lancer dans un commentaire composé mais juste te donner mon impression de lecture. J'aime beaucoup le découpage des quatrains parce que je trouve que l'espacement du troisième vers et du quatrième renforce la tonalité de l'ensemble, un peu comme si la poésie changeait de mouvement - au terme musical du terme - à chaque quatrain. Le rythme coule bien à la lecture et la rime s'avère mélodique; le tout respire la tranquillité et pourtant c'est triste, une tristesse tranquille en quelque sorte.

Merci pour le partage.

   Hananke   
7/10/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour
Si le thème du texte ne l'est pas, la présentation est pour le moins
originale.
Chaque vers isolé résume bien le quatrain qui le précède.
Quelques beaux vers :
Je convertis en noir le rideau de ma peine
De chercher après toi le cap d’un autre port ?

Bon, un texte qui ne révolutionnera pas le genre mais qui se lit
avec plaisir dans son innovation.

   wancyrs   
7/10/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Salut Robot,

Pour moi, la poésie tarde à décoller ; les deux premiers quatrains me semblent forcés. à partir du troisième quatrain ça décolle vraiment et tout devient plus fluide. Le texte montre jusqu'à quel point une blessure d'amour peut affecter ceux qui en souffre ; ici le narrateur ne sais plus s'il s'adonnerait à nouveau à ses plaisirs habituels, ni à conquérir un autre cœur. Oui, ça peut être cruel un chagrin d'amour !

   papipoete   
7/10/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Robot
Je regarde par delà le lointain où je ne vois rien, plus rien depuis que ton visage n'y parait plus, venant me rejoindre me prendre par le coeur. Je t'attendrai pourtant quand-même, à notre banc des rendez-vous d'amour ; mais si tu ne viens pas...
NB Quand l'amour file un mauvais coton, que la peine tisse un rideau noir de " pleurs croisés, à la trame, à la chaîne ", malgré l'espoir d'au moins distinguer de l'aimée sa silhouette, il nous faut se faire une raison. Laisser se tarir ce torrent de larmes, et bientôt choisir " le cap d'un autre port "
Comme le brouillard de ce matin, ce poème dépose sa brume au vert des prés, aux vers de cette douloureuse histoire.
Heureux les " Casanova " qui ne savent pas ce que c'est qu'aimer, comme Ugolin " je t'aime d'amour ! "
" demain je me rendrai chemin... " est mon passage préféré ( je l'empruntai trop de fois... )
Les monostiches martèlent des mots lourds de sens
la raison de la non-forme classique ne me saute pas aux yeux !

   Anonyme   
7/10/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Robot,

"Demain je me rendrai chemin de l’alouette
Où nous allions souvent aux rendez-vous d’amour.
J’arpenterai les bois, les sentiers alentour.

Avec l’espoir au moins de voir ta silhouette."

J'aime beaucoup ce passage qui renforce l'espoir de revoir l'aimée, de la reconquérir.

La présentation est originale

J'aime beaucoup l'ensemble de cet écrit, l'ultime tentative pour, peut-être la retrouver, la reconquérir ou repartir avec cette blessure de ne plus être aimé.

Aussi ce questionnement du dernier quatrain:

"Aurais-je le désir d’aller à la cascade,
De grimper aux rochers, d’en tenter l’escalade ?

De chercher après toi le cap d’un autre port ?"

Oui, tout un chacun se poserait la même question après une séparation douloureuse.

J'aime le fait que cette peine et ce désespoir soient exprimés avec beaucoup de retenue.

Une belle lecture .

   Lotier   
7/10/2022
Je suppose que le dédain de la dame est une source poétique inépuisable pour le monsieur. Sans doute est-ce réciproque, je ne sais pas. Eh bien ce poème ne m'a pas épuisé, bien au contraire, je l'ai trouvé à la fois touchant et délicat, bien tourné. Seule la menace à peine voilée d'aller voir ailleurs au dernier vers m'a paru en décalage avec l'ambiance du récit.

   Ornicar   
7/10/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Robot,

Fin d'une histoire et fin de non-recevoir. Que faire ? Vivre dans le souvenir comme évoqué dans le troisième quatrain ? Aller de l'avant comme le narrateur se le demande dans le dernier vers de la dernière strophe ? ("De chercher après toi le cap d’un autre port ?")
Malgré quelques réserves, j'aime votre chant avec son climat de mélancolie et d'incertitude. Deux termes qui me semblent caractériser parfaitement votre poème.

La première strophe par exemple me plaît beaucoup avec sa métaphore de la "fenêtre ouverte au désespoir". Je trouve l'image, longuement développée sur trois vers, dès plus poétiques. J'éprouve néanmoins de la réticence pour le choix du verbe "convertir" qui me paraît mal adapté dans ce contexte. J'aurais mieux vu cette formulation, parmi d'autres possibles : "Je veux repeindre en noir..."
Au vers 7, l'idée de ce désir "en friche" est parlante, évoquant à la fois la perte, la traversée d'un désert affectif et le chaos intérieur de son narrateur. Mais quel rapport entre cette métaphore d'inspiration plutôt "terrienne" et le "fleuve agité" qui précède ? Pour moi, ce vers manque de cohérence et l'image ne peut réellement fonctionner.
Enfin, ces deux points d'interrogation, marques par excellence de l'incertitude, concluent de bien belle façon le texte, un peu comme une musique se terminant sur un accord non résolu, faisant ainsi écho au " paysage (qui se) meurt dans un gris incertain" de votre huitième vers. Mais quelle est l'importance alors de cette "cascade" dont il n'est fait nulle mention, même furtive, en amont de votre poème ? On s'en doute un peu mais, tout de même, l'information manque pour la cohérence du récit.

Mon appréciation d'ensemble est à l'image de votre poème : favorable mais toute en demi-teinte. Mieux que "bien", mais moins bien que "beaucoup".

Ornicar

   Provencao   
8/10/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Robot,


" Je masque la fenêtre ouverte au désespoir. "

Tout est dit. Confesser à l'esprit et en recevoir la joie est parfois compliqué et difficile et il est peut-être plus facile de s'abstenir du mal et d'accepter la souffrance, comme confession de son amour.

" De chercher après toi le cap d’un autre port ?"
Est-ce une voie autre....à la lueur et au reflet de la vie.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Cyrill   
8/10/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Robot,
J’ai trouvé ton poème une progression dans les émotions. On part du désenchantement, du dépit amoureux, du désespoir même, pour se retrouver à renouer avec l’espoir avec un narrateur qui revoit tout de même ses ambitions à la baisse ( Avec l’espoir au moins de voir ta silhouette ).
Mais finalement, la conquête - ici la reconquête - est questionnée sous forme de métaphore cascadante et escaladante. Rien n’est acquis, le dénouement des « pleurs croisés » reste en suspens.
C’est un poème tout en finesse, de ce romantisme un peu suranné qui en fait le charme. Les vers 4 détachés des trois précédents lui confèrent de la légèreté. Le registre de vocabulaire est d'une simplicité qui force le respect.

édité pour un petit rajout
Merci pour la lecture.

   Miguel   
8/10/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un thème intemporel, éternel : tant qu'il y aura des coeurs il y aura des peines de coeur. Cela est traité avec un grande délicatesse, à travers des vers très musicaux et doux, parés de belles images. Et, mise à part la question secondaire des rimes, le tout est d'un grand classicisme.

   Yannblev   
9/10/2022
Bonjour Robot,

C’est aussi le charme de la poésie que de rebattre les thèmes en les mettant en valeur par une forme originale qui dans sa construction et le choix du verbe sait, au-delà du thème, rebattre l’émotion et en ouvrir d’autres chez le lecteur de passage.
Sans aucun doute votre texte y parvient avec une sensibilité particulière, tant dans les mises en scène qu’il propose que par les sentiments qu’il impose foncièrement.

Merci du partage.

   Anonyme   
9/10/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Chagrin d'amour ne dure qu'un temps dit la chanson (me souviens plus laquelle) ! C'est malgré tout la légèreté de l'espoir qui rejaillit de votre cascade, accentuée par la mise en forme des quatrains qui envole le rythme !

Arrivé au terme du poème, on a envie de reprendre les quatre vers isolés pour former un ultime quatrain qui résumerait l'ensemble en accentuant l'espoir.

   Robot   
13/10/2022


Oniris Copyright © 2007-2023