Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Robot : Matin serein
 Publié le 21/06/15  -  13 commentaires  -  329 caractères  -  293 lectures    Autres textes du même auteur

Essai de poème en quatre haïkus tentant de respecter la structure 5/7/5 et les éléments primordiaux :
Tercet 1 la nature – Tercet 2 l’humain – Tercet 3 l’impermanence – Tercet 4 le lien nature-humain.


Matin serein



Matin de printemps
le grillon sommeille encore
le bourdon lutine.

Douces sur la rose
dans le secret du jardin
des lèvres se posent.

L’eau de la rosée
sur la terre qui s’éveille
s’évapore au vent.

L’abeille butine
le parfum toujours présent
du baiser sucré.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bipol   
1/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
vous avez publé votre suite de tercés haïkus dans classique

ce doit être par erreur

car je ne pense pas que cette forme soit classique

dans le deuxième rose

dans le troisième rosée ils sont très prêts l'un de l'autre

sinon les images nous invitent à la sérénité

et je les ai beaucoup appréciées

j'aime beaucoup votre texte

   Purana   
13/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un joli petit poème de quatre haïkus de 5-7-5.

- Les images sont vivantes.
- L'usage des pronoms personnels est évité.
- Les premières lignes sont attractives et attirent l'attention.
- Jolies phrases fragmentaires.
- Les haïkus écrits sur des choses ordinaires de manière ordinaire dans une langue ordinaire.
- Les haïkus expriment des images sans aucune besoin d'explications.
- Des images transcendantes.
- Toute référence à soi-même est évitée.
- Pas trop de verbes (une fois dans les strophes 2, 3, 4 et deux fois dans la strophe 1).
- Il n'y a qu'un seul qualificatif (strophe 4). Bravo !
- Les quatre Haïkus sont ici toujours écrits au présent, ici et maintenant. Parfait !
- Le nombre des syllabes s'accorde bien avec la règle des "5-7-5".
Cependant, je doute que l'on puisse élider le e-muet dans les vers suivants, puisque aucun des e-muets ne se trouve à la césure qui se trouve à la fin de la première ou seconde ligne. C’est-à-dire qu'ici on peut probablement parler de hiatus.

le grillon sommeill(e e)ncore
s’évapor(e a)u vent

J'avoue que je ne connais pas la réponse. J'avais posé cette question sur le forum "Atelier de vos haïkus". J'attends toujours une réponse. Sourire…

Par contre

- Seulement les premiers mots des premiers vers de chaque strophe sont mis en majuscule.
- Il y a un peu trop d'articles, ce qui n'est pas souhaitable dans les haïkus.
- il y a des prépositions (dans, sur), ce qui doit être évité, surtout en début de phrase.

Écrire un haïku n'est pas aussi simple que l'on ne le croit.
Les règles sont parfois presque suffocantes.
D'un autre côté, c'est grâce à ces règles qu'un véritable haïku doit sa beauté et son charme captivant.

Ceci dit, j'ai vraiment aimé lire cet ensemble d'haïkus, joliment écrit et merveilleusement imagé.

Cordialement

   Anonyme   
21/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Robot ! Me voilà serein pour le reste de la journée après cette lecture ô combien bucolique ! Hormis la métrique 5/7/5 parfaitement respectée je ne puis, n'en ayant point la compétence, me prononcer sur le respect des règles traitant des haïkus mais ça n'enlève rien à mon plaisir de lecture...
Une petite préférence pour le second... J'adore les roses !

Bravo et merci...

   papipoete   
21/6/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour Robot; je ne me suis pas encore essayé à cette forme poétique, car ma tentation est trop grande de faire des phrases ( sujet, verbe, complément ), alors que ceux-ci sont à proscrire ?
Ces 4 haïkus m'apparaissent davantage comme 4 petits tercets de 5, 7, 5 vers que je trouve mignons et tendrement bucoliques ! Le 2e a ma préférence.

   Lulu   
21/6/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je trouve ces haïku réussis, car, pour moi, un haïku appelle la sérénité. Or, ici, on y est tout à fait, avec, notamment, la prédominance de la nature.

J'aime l'ensemble du poème ainsi construits pour les images qu'il recèle. Elles sont apaisantes, et l'on vous suit volontiers dans ce "Matin serein".

Je préfère toutefois les deux premiers haïku que je trouve mieux réussis que les suivants.
Je trouve dommage, en effet, de trouver une subordonnée relative ("qui s'éveille") dans le troisième haïku qui heurte un peu à la lecture.
De même, je trouve dommage, toujours dans le même haïku d'entendre une allitération (certes non voulue) en "s" : "Sur la terre qui S'éveille / S'évapore..." Avec ces trois "s" qui se suivent, cela siffle un peu lorsqu'on lit le poème à voix haute.

Enfin, il me semble qu'il s'agit là d'un bel exercice de style. C'est simple, très visuel, et dans l'ensemble bien agréable à lire.

   leni   
21/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Robot
Je ne connais rien de cette forme poétique
je me suis laisse aller à trois lectures et j'ai ressenti une sérénité
De plus les idées qui s'enchainent créent une belle harmonie
Etonnant Merci à Vous
Mon salut cordial Leni

   troupi   
21/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Robot.

Ce n'est pas la première fois que je vois des haïkus en classique.
Je ne pense donc pas qu'il s'agisse d'une erreur, cependant je ne connais pas les règles qui président ce choix.
Donc 4 haïkus très bien construits et respectueux de l'incipit.
J'aime bien la réponse du quatrième au deuxième.
La délicatesse de l'écriture et la sérénité qui se dégage de ce poème. Peut-être y suis-je plus particulièrement sensible car je passe tous les jours du temps dans mon jardin à observer la petite vie qui se joue sous les moindres brins d'herbe.

   Francis   
22/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une grande délicatesse, une douceur dans chaque tercet qui engendre la sérénité. Une communion entre la nature et celui qui en peint la beauté.

   PIZZICATO   
22/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je lis ce poème aujourd'hui.
Je n'étais pas là hier ; la fête de la musique m'ayant conduit sur une scène (sourire).
J'essaie de me familiariser avec le haïku. Celui-ci correspond bien à la structure que vous détaillez dans l'incipit.
Mais je m'attarde surtout à cette écriture raffinée aux images élégantes.
" Les lèvres douces qui se posent sur la rose " et " le parfum toujours présent du baiser sucré " me séduisent beaucoup

   placebo   
23/6/2015
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime beaucoup les deux premiers haïkus, très visuels pour moi, j'arrive à reconstituer un paysage mental et évocateur, assez délicat.

Plus mitigé sur le troisième : la rosée appelle la rose juste au-dessus, et "la terre" n'est pas assez précis pour que je visualise : est-ce une flaque de pluie d'automne sur le chemin, est-ce l'herbe d'un jardin, l'eau prisonnière des pétales de fleurs ?

Le quatrième est trop sucré pour moi, et le rapport avec les haikus précédents reste flou (baiser / bourdon-abeille).

Bonne continuation,
placebo

   Mona79   
26/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La forme de ces haïkus est parfaitement classique comme l'exige la règle de ce genre. Bien que je ne goûte pas particulièrement ce genre de poésie, j'ai apprécié le côté bucolique de ces petits tableaux qui sont délicatement ciselés, avec une secrète préférence pour le baiser sucré. Merci.

   Pussicat   
27/6/2015
Bonjour, bonsoir, Robot, je ne suis pas experte en haïkus aussi j'éviterai de me lancer dans une analyse de forme.
Ce que je lis respecte le projet énoncé donc à mes yeux votre suite est réussie.
Le soin apporté à ne pas surcharger les vers d'adjectifs confirme le travail effectué, et pour le lecteur c'est un vrai plaisir.
J'entends votre musique, elle est douce à mes oreilles, un exemple :
"Douces sur la rose
dans le secret du jardin
des lèvres se posent."
c'est superbe !
Rien d'autre à ajouter, j'aime !
à bientôt de vous lire,

   Robot   
27/6/2015


Oniris Copyright © 2007-2018