Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : J'ai fait un rêve étrange
 Publié le 21/09/07  -  2 commentaires  -  1720 caractères  -  148 lectures    Autres textes du même auteur

Un pays d'où l'on ne revient pas en principe !


J'ai fait un rêve étrange



Pour l'écouter :

http://www.archive-host2.com/membres/up/1086141494/jaifaitunreveetrange.mp3]Voir le Fichier : [B]jaifaitunreveetrange.mp3

J’ai fait un rêve étrange….



J’ai fait un rêve étrange et me suis réveillée.
La nuit était encore claire et la lune régnait
Dans ces mondes de silence et je me souviens
De l’impression de la mort me disant « Viens ! »

Une flânerie irréelle sous de blancs portiques
M’entraînait vers un cône aux couleurs de feu
Et tout au fond je voyais comme un œil bleu,
Etincelant tout au fond d’une cavité basaltique.

Je tournoyais, en m’envolant dans les cieux
Et baignais dans un silence ouaté et mystique
Alors que se créait en moi une divine musique
Qui emplissait mon corps et coulait de mes yeux

Chaque perle de larme éclatait en note cristalline
Et, comme sur un écran, ma vie défilait à reculons.
J’étais vêtue de voiles à la douce couleur opaline
Et sentais comme une caresse effleurer mon front.

Et je me réveillais étourdie dans un lit tout blanc.
Des machines émettaient des sons régulièrement.
Dans mon bras un tuyau aboutissait à une perfusion
Où étaient pendus à des crochets trois gros flacons.

Et je compris que je revenais d’un pays inconnu
De celui dont on dit souvent que l’on ne revient plus
Et que mon existence ici-bas valait encore la peine
De me battre et pour personne ne ressentir de haine


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Enluminor   
21/9/2007

   Max-Louis   
10/8/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bon jour Titefee,

La parole est à la mort, à ce moment là.
Pourtant l'avocat de la vie entend le cri,
Ose s'interposer au suicide, défend le cas,
Demande indulgence, si ce n'est un sursis !

Max-Louis


Oniris Copyright © 2007-2019