Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : L'Alsace
 Publié le 29/08/07  -  2 commentaires  -  1764 caractères  -  125 lectures    Autres textes du même auteur

Promenade entre Alsace et Vosges... en musique... vous n'aurez qu'à fermer les yeux pour voir surgir devant vous les coteaux de la route des vins, et les maisons à colombages parées de balcons où fleurissent des géraniums.


L'Alsace



L’alsace, à l’heure douce des cerisiers en fleurs
Voit les arbres sortir peu à peu de leur torpeur
Et des hampes immaculées, à peine écloses,
Sourd, entêtant, un parfum délectable ce jour.
Des verts coteaux plantés de vignes alentour
Abeilles poudrées de pollen, délaissant les roses
Viennent récolter le troublant nectar de l’amour.

Les Vosges se prélassent dans le bleuté de l’heure
Et les villages sortent ainsi de l’hivernale mort
Des bourgeons sortent des treilles, la vigne pleure !
Et de l’écorce rayée, des sarments roux enfin sort
La première feuille fragile, de ce printemps alsacien.
Le soleil est encore pâle mais déjà on le sent bien !
Les jours de froidure ne seront plus que souvenirs
Le vin est là en promesse dans le raisin en devenir.

Les maisons à colombages se parent de géraniums
Et l’on peint de neuf toutes les jolies devantures.
Les pavés des rues voient se renouveler l’aventure
De la jeunesse joyeuse qui se moque de Podium
Pour chanter ensemble jusqu’à la prochaine revoyure
En levant haut son verre comme s’il était un trésor.

L’ALSACE pourtant n’est pas vaine et se souvient
Que le sang des siens fut versé sur la terre première
Et que sous ses pieds dorment tous les anciens.
Leurs descendants farouchement perpétuent la lumière
De cet humour que seul le patois conserve encore.
Une histoire par eux contée fait naître un éclatant rire
Qui roule dans la vallée et se perd sur les coteaux d’or.


http://www.archive-host2.com/membres/up/1086141494/lAlsace1.mp3


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
17/3/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Je suis d'origine alsacienne alors j'aime ce texte !

   lotus   
30/8/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Voilà une région que je compte visiter bientôt et ton poème augmente mon impatience...


Oniris Copyright © 2007-2020