Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : La mariée
 Publié le 26/12/07  -  2 commentaires  -  1337 caractères  -  10 lectures    Autres textes du même auteur

Liberté ?


La mariée



Cliquez pour voir l'image

Cliquez pour écouter ce poème

Je me suis inspirée de l'image ci-dessus....
et si ça vous dit, faites-en autant
en prose ou en rimes, inspirez-vous, vous aussi, de l'image.




Tant Bleutée était la nuit… impulsion de liberté !
Elle courait éperdue et n’éprouvait plus de doute.
Finie pour elle la course contre cette vie et le temps
Elle s’était affranchie enfin et là-bas dans la vallée
Elle rejoindrait celui qui ne cessait de la peindre,
En blanche robe de mariée : dentelles et rubans.

Elle avait su dire non et avait dû fort surprendre
L’homme qui à l’autel voulait voler ses vingt ans
Et ses parents qui la contraignaient à se soumettre
À la loi inique de son rang en adjurant son amour

Rien de ce qu’elle avait été ne pouvait suspendre
Cette forte exigence désirant les instants tendres
Où Elle serait enfin libre de vivre ces nuits velours
Soudée au corps chaud de celui où elle allait naître
Vierge et femme, dénudée de tous ses anciens atours


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
19/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
L'amour a vaincu ! Comment rester insensible à ce que l'auteur a su me transmettre ? Je ne résiste pas !

Bonne idée aussi d'avoir choisi une image. Quelquefois ça peut aider à la compréhension du texte.

   strega   
16/5/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bon, attention, commentaire débile à souhait. (enfin, si tant est que mes autres commentaires ne le soient pas :)

C'est trop beau (prendre la voix d'une pré-adolescente regardant Titanic pour la première fois)

Han, c'est romantique, quelle rebelle cette mariée, et puis quelle chanceuse aussi, être peinte par un peintre attitré, quelle joie dis donc.

J'avais prévenu de la teneur progestéronienne du commentaire hein.


Oniris Copyright © 2007-2019