Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
TITEFEE : Les couleurs à fleur de bouche [concours]
 Publié le 11/10/07  -  7 commentaires  -  1411 caractères  -  119 lectures    Autres textes du même auteur

On ne peint pas qu'avec les doigts...


Les couleurs à fleur de bouche [concours]



Cette poésie est une participation au concours n°2 : Les couleurs (informations sur ce concours).


Il recule, cligne des yeux, dépose le pinceau.
La toile n’est qu’ébauchée, mais déjà il sait
Qu’il trouvera cette vive couleur ponceau
Et que coquelicots vivront dans l’or des blés.

Il trace une ligne brune à l’horizon,
Soulignée par le vert olivâtre et pâle,
D’un champ d’oliviers argentés, et des buissons
Qui se fondent dans un ciel d’opale.

Sa mèche de cheveux noirs trempe maintenant
Sur sa palette, où s’étale, grasse et ronde,
Une goutte de bleu céruléen, séduisant !

Il voit pendre alors la goutte vagabonde,
S’installant, bleutée, sur son nez et il louche.
Soudain il rit… il ne peint qu’avec sa bouche !



Si vous voulez l’écouter….

http://www.archive-host2.com/membres/up/1086141494/ilpeintavecsabouche.mp3

ou

Voir le Fichier : ilpeintavecsabouche.mp3


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Bidis   
22/10/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Le dernier vers est une lampe que l'on allume en sortant du poème. Alors, on y revient, on relit...
Et l'on ressort bouleversé.

   Enluminor   
12/10/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bravo. La chute fait tout.

   bernalot   
14/10/2007
le Huitième vers est amputé de deux pieds, et toi tu n'es pas amputée des deux mains, tu as écrit ce sonnet superbe surtout par la chute !

   nico84   
31/3/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'ai l'impression que tu es sur le sommet d'une montagne et queje te regarde avec des jumelles.

Je contemple tout en étant persuader de ne jamais pouvoir monter aussi haut ...

Maintenant je peux le dire c'etait le meilleur pour moi :)

   Lariviere   
25/10/2007
Bien que je trouve ce poème là d'une qualité identique, avec un style aussi élaborée, je préfère malgré tout "les couleurs de la folie"...

   macalys   
17/1/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
L'art a une saveur toute particulière dans la bouche de ce peintre !

   Flupke   
5/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'adore ce genre de chute. Vraiment très chouette.


Oniris Copyright © 2007-2017